undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été Early Bird Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles
19
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
17
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:9,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"Mob Rules" (1981) est le second album avec Ronnie James Dio au chant et, même s'il est un poil en deçà du chef d'oeuvre qu'est "Heaven and hell", on peut tout de même parler d'album incontournable.
La musique de Black Sabbath a rarement été aussi lourde et puissante que sur cet album. Est-ce la frappe de Vinnie Appice qui remplace le batteur original, Bill Ward, qui donne cette impression ? En tout cas, ça démarre fort avec "Turn up the night". D'entrée, on est saisi par ce son énorme et le chant toujours aussi divin du maître Dio. Autre chose que l'on entend bien sur cet album, c'est la basse, mixé très en avant (Geezer Butler a dû être très satisfait du mixage!) La suite est du même tonneau: "Voodoo" avec son riff écrasant et son solo lumineux suivi de "Sign of the southern cross", pachydermique. Dio, au sommet de son art, y livre une prestation sans faille. Vient ensuite un instrumental bizarroïde dont Black Sabbath a le secret et qui peut être considéré comme l'intro du titre "The mob rules", décapant à souhait (avec encore un solo qui tue !).
On va éviter le titre par titre, la suite est du même acabit. Mention spéciale au superbe "Falling off the edge of the world". Seul "Over and over", dernier titre doté pourtant d'un superbe solo ne me satisfait pas complètement (mais ce n'est que mon avis...)

On notera enfin la pochette, particulièrement réussie (ce qui n'a pas toujours été le cas pour les albums de ce groupe), bien glauque où l'on voit apparaître sur la toile tendue au centre du dessin la tête du diable. Une réponse au saint suaire? Les plus attentifs trouveront d'ailleurs une grosse ressemblance entre ce diable et celui qui ornera les pochettes des albums de Dio (le groupe) par la suite. Coïncidence ?

Cet album marque également la fin de l'âge d'or de Black Sabbath qui, après le départ de Dio et Appice va avoir du mal à trouver une stabilité au niveau du line-up, ce qui aura des conséquences sur la qualité des futures sorties. Tony Iommi, restera le seul maître à bord après le départ de tous les autres jusqu'au retour de tout ce beau monde pour l'album "Dehumanizer" (1992). Mais ceci est une autre histoire...
22 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voici donc la toute nouvelle réédition du classique "Mob Rules". Paru pour la première fois en 1981, cet album avait déjà été remasterisé par deux fois il me semble (dans les années 90 par le label anglais Castle Communications, et il y a deux ans de cela par le label Rhino Records). Alors, une nouvelle version de cet opus était-elle vraiment nécessaire ? Et bien, sans aucune hésitation, je l'affirme: oui, mille fois oui !

Je ne peux véritablement vous dire si le son de ce "Mob Rules - Deluxe Edition" est identique, supérieur ou moins bon que celui des remasterisations précédentes, je ne les possède pas (et non, je n'avais jusque-là que l'album dans sa version CD originale) et ne suis donc pas en mesure de faire la comparaison. Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il sonne bien. L'essentiel de ma chronique va plutôt porter sur les bonus proposés par cette édition. Car oui, il y a des bonus, et pas des moindres !

Cet album culte se voit complété par deux pistes bonus: une version rare de "Die Young" en live, à la production assez brute, qui sonne plutôt bootleg mais que le fan ne voudra pas laisser passer, ainsi que la chanson "Mob Rules" telle qu'elle avait été proposée pour le film "Heavy Metal" ("Metal Hurlant" en français), avec un mix légèrement différent... il s'agit en fait d'une version démo que certains membres du groupe (notamment Geezer Butler) disent préférer à celle qui a fini sur l'album. Les deux versions sont assez semblables, la production de la démo est juste forcément plus "crue", la ligne de basse sur le couplet est notamment plus discernable, ce qui n'est probablement pas étranger au fait que Geezer la préfère.
La présence d'un livret de seize pages est également à noter. On y trouve notamment des notes du journaliste Bryan Reesman, des extraits d'interview et quelques photos (principalement des pochettes de singles, des posters promos ou autres tour programmes...), mais pas de paroles, ce qui me semble toujours un peu dommage et étrange, surtout lorsqu'il s'agit d'une ressortie qui se veut aussi complète que celle-ci. Un détail, certes...

De toute façon, cette nouvelle édition vaut l'achat ne serait-ce que pour le disque bonus qui n'est autre que le "Live at the Hammersmith Odeon", sorti pour la première fois il y a trois ans mais épuisé presque aussitôt tant le pressage fut limité. Depuis, de nombreux fans (dont votre serviteur) se désespéraient de mettre la main sur cet enregistrement rare, parfois disponible sur certains sites, mais à des prix prohibitifs. Désormais, tout cela, c'est du passé !
Cette galette bien garnie (79 minutes et 48 secondes !!) fera le bonheur des amateurs. Enregistré à Londres, le 31 décembre 1981 et le 2 janvier 1982, ce live propose un setlist évidemment proche du "Live Evil" (sorti fin 1982) puisqu'il s'agit de la même tournée. Cependant, quelques petites différences sont notables: on y trouve les morceaux "Country Girl" et "Slipping Away" (du moins, une partie de cette dernière suivie d'un solo de batterie de Vinnie Appice), alors que la chanson "Heaven and Hell" passe de 19 à 14 minutes puisque privée du segment "The Sign of The Southern Cross". Mais l'atout principal de ce concert est qu'il sonne bien mieux que "Live Evil" qui avait un son très sourd. De par sa production plus claire et "punchy", "Live at the Hammersmith Odeon" l'emporte donc haut la main sur son prédécesseur. L'ensemble paraît nettement moins pâteux et la section rythmique bénéficie, cette fois-ci, d'un traitement équitable. En revanche, le public est toujours sous-mixé... certaines choses ne changent pas. Et puis bien sûr (mais est-il vraiment besoin de le préciser ?), la performance de monsieur Ronnie James Dio au chant est impériale.

Vous l'aurez donc compris: parce que c'est un album de légende, parce qu'il est remasterisé et agrémenté de deux bonus, et surtout parce qu'il contient un excellent concert indisponible sous une autre forme, "Mob Rules - Deluxe Edition" fait partie de ces disques que vous ne regretterez pas d'avoir acquis, que vous le possédiez déjà ou non.

Retrouvez cette chronique dans sa version longue sur le webzine auxportesdumetal.com
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Fort de la réussite publique et artistique du précédent, Black Sabbath (désormais sans Bill Ward, remplacé par Vinny Appice, et renforcé par Geoff Nichols aux claviers) va tenter le follow-up total avec celui-ci, un décalque parfait de HEAVEN AND HELL, sans bien sûr y parvenir complètement. Mais reconnaissons au groupe le mérite de s’en approcher au plus près de ce qui pouvait être espéré suite à une telle réussite.
Car, même si aucun de ces nouveaux morceaux n’a la grâce de ceux de son illustre modèle, la qualité ici est tout de même soufflante : THE SIGN OF THE SOUTHERN CROSS et sa lourdeur lancinante est un nouvel épique qui pique, VOODOO et son riff typique possède l’étoffe du classique, THE MOB RULES peut challenger NEON KNIGHTS dans le registre de la speederie qui tue, et la COUNTRY GIRL a tous les atouts riffeux pour séduire le classic rocker le plus aguerri. Sabbath s’approchant même de Led Zeppelin sur un SLIPPING AWAY d’anthologie, avec ses breaks certifiés et un Ronnie James Dio plus convainquant que nature en clone de Robert Plant ! Seuls deux ou trois morceaux ne sont pas à la hauteur, dont malheureusement ce faible TURN UP THE NIGHT en ouverture, qui a pour effet de rebuter ceux qui ne pousseraient pas plus loin l’expérience et qui passeraient à côté de la bonne tenue de ce groupe en plein second souffle. Ce qui sera confirmé par la grande tournée qui suivît (immortalisée sur le génial LIVE EVIL).
Tops : THE SIGN OF THE SOUTHERN CROSS, VOODOO, THE MOB RULES, SLIPPING AWAY, COUNTRY GIRL
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2006
Après le départ d'Ozzy Osbourne, on ne donnait pas cher de la peau des "Sab four". Erreur. Ozzy sortait un premier album solo au ras des paquerettes et black sabbath sortait "heaven and hell" leur meilleur album.

Puis sous la direction de martin Birch,toujours dans les bons coups (BOC,Maiden,Whitesnake,Rainbow...)ils sortirent Mob rules, un des disques les plus puissants de la scene hardrock. Dio au sommet de sa voix et le reste à la même hauteur. Ils avaient ce qu'il a manqué à la plupart (dont Dio en solo): du son!
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2002
Deuxième album réalisé avec Ronnie James Dio au chant, Mob Rules est l'un des sommets de la carrière de Black Sabbath. La production de Martin Birch est fantastique et puissante.Des compositions grandioses, un heavy metal épique, ce disque est l'une des pierres angulaires du genre et n'a pas à rougir face aux productions des jeunes loups de la New wave of British heavy metal. A noter que le morceau titre a figuré en bonne place sur la B.O. du dessin animé "Métal hurlant."
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'album "Mob Rules" enregistré de l'aveu même de son chanteur dans des conditions moins clémentes que le crucial "Heaven And Hell", est pourtant aussi impérial que son prédécesseur. Les deux édifices assemblés s'avérant pratiquement sans failles.
Il sera publié en Novembre '81, entre temps Bill Ward usé par les tournées et divers excès, a cédé ses baguettes au batteur Vinnie Appice. Mais c'est encore avec Martin Birch, que les Butler, Dio et Iommi, vont produire ce nouvel album. Construit de la même manière que son illustre aîné, un brin plus dark, il démarre par un titre au tempo enlevé "Turn Up The Night", suivi d'un sombre et hypnotisant "Voodoo". Tony Iommi a encore composé un nombre important de pièces délectables, que ce soit l'envoûtant et magnifique "The Sign Of The Southern Cross", l'instrumental "E5150" qui fera office d'introduction aux concerts, et qui précède là le titre éponyme "The Mob Rules", ainsi que le progressif "Falling Off The Edge Of The World". Ces morceaux étant relevés par l'univers maléfique (et magique) de Ronnie James Dio, tout comme "Country Girl" et un "Slipping Away" (aux énormes lignes de basse de Geezer Butler). Seul "Over And Over" une douce et lancinante complainte enivrante aux solos diaboliques, qui clôt avec brio ce second album avec Dio, ne sera pas intégrée aux concerts du groupe. Un groupe qui ne tardera malheureusement pas à se disloquer, car suite à des problèmes d'ego, incapable de s'accorder le quatuor va se scinder en deux parties, (les Anglais d'un côté, les Américains de l'autre).
Ce line up n'effectuera donc malheureusement pas de suite immédiate à ce "Mob Rules". Car au terme d'une tournée conflictuelle, accentué par la production houleuse du pourtant monumental "live evil", les membres de ce Black Sabbath se sépareront, puis se reformeront dix ans plus tard. Sur sa "Deluxe Edition" (publiée en 2010) figure en bonus tracks, une version live de "Die Young" et le titre "The Mob Rules" dans sa version démo d'origine (la bande-son du film Heavy Metal), et surtout un second CD collector "Live at the Hammersmith Odeon", comprenant pas moins de cinq extraits de cet album. Une édition indispensable.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2015
Fans de la première heure de Dio j'ai toujours préféré ses prestations au sein de Black Sabbath. C'est un album à avoir absolument avec le monument qu'est Heaven And Hell par dessus tout.
Je le recommande chaudement, on peut aussi adorer le jeu fabuleux de Geezer Butler bassiste de grand talent (à mes yeux)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2003
N'en déplaise aux puristes cet album avec RJ Dio est certainement l'un des tous meilleurs du Sab 4. Le son est énorme meme 25 ans aprés et je le réécoute avec plaisir régulièrement.Sur les 9 Titres on peut dire que tous sont trés bons. Que ce soit la grosse cavalerie (Turn up the night) les mid tempos (Voodoo) ou les morceaux plus lents (Sign of the southern cross) tout roule impeccablement. La dessus la voie de Dio est exceptionnelle. Le seul regret est que suite à ce 2éme opus sortira un live de bonne facture mais la collaboration Dio et Iommi s'arretera là pour une bonne quinzaine d'années. ils referont un album ensemble mais le feu sacré n'y sera pas (Dehumanizer) Par conséquent ce Mob rules est à acheter pour tous ceux qui sont passés à coté en 1981...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2007
on ne change pas une équipe qui gagne : toute l'équipe de "heaven and hell" est une nouvelle fois au rendez-vous, sauf le batteur Bill Ward remplaçé pour "raisons de santé" par Vinnie Appice, le frère du légendaire Carmine Appice. on se demande si le phénoménal succès d'ozzy en solo avec randy rhoads n'était pas une source de motivation supplémentaire pour iommi et Butler tant cet album est magnifique. figure le titre "voodoo" où Rj Dio réalise une des meilleures performances vocales de sa longue carrière. c'est hélas (à mon humble avis) le dernier grand album de black sabbath, mais quel album !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 février 2016
L'édition Deluxe comprend Mob Rules classique 9 titres + 2 bonus tracks (Heavy metal soundtrack et Die Young live)

+ 1 CD live at the Hammersmith du 31/12/1981 au 02/01/1982 de 14 titres, 80 mns.
Setlist des anciens albums (Black Sabbath, War pigs, NIB, Children of the grave...), Heaven & Hell (H&Hell, Children of the sea, Neon knights...) et Mob Rules (Mob Rules, Voodoo, Country girl, Slipping Away...)

Le concert Hammersmith tourne bien. Selon moi, mieux que le Live Evil de 1982. Plus chaleureux. Dio, concentré, est vraiment bien. Dans le mixage, la voix est légèrement devant, très peu de reverb, ce qui me semble un peu plus logique et équilibré que Live Evil où la guitare est clairement devant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
12,99 €
9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)