undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:18,71 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 août 2013
Voilà que le train des Oubliés de l'Histoire rentre à nouveau en gare. Un de plus. Car de ceux là, les Oubliés, on peut encore et toujours en remplir des wagons, de première ou de seconde classe, voire plombés pour un aller simple vers les oubliettes, les mouroirs de la saga Rock, les années quatre-vingt n'ayant pas encore eu droit à leurs Nuggets ou Pebbles, ces compilations ultimes, dressées en forme de Panthéon où les critiques rocks viennent humblement se recueillir avant de plonger leur plume dans l'encrier qui les nourrit et d'entonner encore la Légende Dorée qui fait vendre et revendre ad nauseam les vieilles références discographqiues, amorties depuis belle lurette, des officines du disque.
Aujourd'hui donc, le chef de gare s'intéressera aux titres de transports du Fourrage Familial. C'est que de transports, ce groupe n'est pas avare, alignant quarante deux titres sur ce double cd. La musique ? Dans les années quatre-vingt, on l'aurait dite punk, comme ça, par paresse plutôt que d'avoir à trouver quelque chose de plus pertinent, de plus recherché et l'on se serait cru convaincant en surlignant une fois encore le mot de quatre lettres dans la rubrique commentaires et critiques. On aurait dit pire encore en crachant le mot new wave comme on le fait d'un mot grossier dont on ne peut cependant se passer. Il faut dire que le futur sésame "post punk", autre paresse intellectuelle à venir, n'avait pas été inventé. Ceci dit ça n'était pas totalement faux non plus mais punk-new wave à la façon des premiers Mekons, de This Heat (dont on retrouve ici certain membre), d'Alternative TV, des 49 Americans (dont l'intégrale vient d'être rééditée), des Flying Lizards, des Slits du "return of the giant slits", de the Work (et des formations parures sur Woof Records), de Red Balune, Chemical Bank, etc. On peut penser aussi aux vétérans de Slapp Happy et même, pourquoi pas, à certaines facéties de Robert Wyatt ainsi que, pour faire bonne mesure, aux Tueurs de la Lune de Miel ou à Aksak Maboul ou au COS de "swiss chalet", ceux-ci amenant un peu de belgitude à cette scène sous forte influence du nonsense britannique. Un des premiers manifestes de Family Fodder fut de publier un disque dédié aux sunday girls (belle reprise par ailleurs, présente ici) que venait de faire connaître Blondie, suivi de peu par "dinosaur sex" ainsi que de l'érotico-tico "(with a) banana" tirant ce gang londonien de bricoleurs pop du côté de la famille tuyau-de-poêle-punk. Leur imparable "tube" reste à ce jour "savoir faire" et son refrain (en français) qui aligne, de cette enthousiaste manière qui fera la marque de Stereolab longtemps après eux, la liste des choses que la Family Fodder se devait alors d'apprendre :"apprendre à faire des passoires/apprendre à faire des rasoirs/apprendre à faire des lumières/apprendre à faire des éclairs/apprendre à faire des petits pains/hey Savoir Faire/apprendre à faire avec les mains." Avec les mains !? Le b.a.-ba du do-it-yourself, bien sûr. Vous avez dit punks ? C'est pas faux.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)