undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Plus d'options
Mozart : Don Giovanni
 
Zoom
Voir une image plus grande (avec un zoom)
 

Mozart : Don Giovanni

28 novembre 2005 | Format : MP3

EUR 19,29 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre Artiste
Durée
Popularité  
30
1
6:18
30
2
1:40
30
3
1:16
30
4
2:06
30
5
0:27
30
6
2:35
30
7
4:02
30
8
1:14
30
9
3:25
30
10
2:26
30
11
5:28
30
12
0:27
30
13
1:29
30
14
2:00
30
15
1:37
30
16
1:33
30
17
3:14
30
18
0:37
30
19
1:17
30
20
0:52
30
21
3:56
30
22
0:18
30
23
2:48
30
24
2:50
30
25
0:23
30
26
4:20
30
27
1:21
30
28
1:23
Disc 2
30
1
1:01
30
2
3:47
30
3
0:34
30
4
1:48
30
5
2:30
30
6
2:08
30
7
2:19
30
8
1:19
30
9
1:24
30
10
2:48
30
11
1:32
30
12
2:11
30
13
1:07
30
14
1:34
30
15
4:50
30
16
0:24
30
17
1:21
30
18
1:50
30
19
1:06
30
20
3:12
30
21
1:38
30
22
3:13
30
23
0:21
30
24
3:02
30
25
2:21
30
26
2:22
30
27
0:19
30
28
1:52
30
29
0:29
30
30
4:37
30
31
1:47
30
32
3:47
Disc 3
30
1
3:39
30
2
3:37
30
3
0:36
30
4
1:50
30
5
5:01
30
6
0:12
30
7
4:36
30
8
2:14
30
9
1:14
30
10
5:19
30
11
1:06
30
12
1:39
30
13
2:57
30
14
1:40
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Version mythique par excellence, l'enregistrement de Don Giovanni par Giulini est celui par lequel j'ai découvert cette oeuvre alors que j'étais encore adolescent. Le choc fut profond et durable au point que je n'ai longtemps écouté que cette version.
La curiosité et les moyens financiers aidant, j'ai élargi mon spectre en musardant du côté des grand live de Salzbourg (Furtwängler, Mitropoulos), d'autres grand classiques (Krips) ou des versions plus modernes (Haitink à Glyndebourne, Harnoncourt avec le Concertgebouw, Karajan à Salzbourg, Festival d'Aix 2002) sans oublier l'admirable film de Losey (avec Maazel à la baguette).
Au retour de cette pérégrination m'est venue l'envie de remettre la version Giulini sur la platine de mon lecteur de CD.
Et là miracle ! L'émotion de la première écoute est revenue comme il y a 25 ans.
Alors oui pas de doute, la version est bien un grand classique indémodable.
Et le premier responsable en est bien sur Giulini en personne. Ceux qui pourrait hésiter à la seule lecture de son nom devront surmonter leurs appréhensions. En effet, cet enregistrement remonte à octobre/novembre 1959, Giulini a alors 45 ans, c'est un jeune maestro fougueux qui électrise l'orchestre, à des années lumières du vieux sage chenu qu'il deviendra plus tard. Donc si vous avez dans l'oreille le dernier style de Giulini et ses divines longueurs, oubliez vos préjugés, ce qui nous est donné à entendre ici, c'est un jeune lion possédé par une énergie dévorante.
Lire la suite ›
4 commentaires 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
C'est une référence devant laquelle on a coutume de s'incliner. Giulini crée et anime un drame avec un talent incomparable. Schwarzkopf n'a jamais été meilleure et Sciutti est inimitable en Zerline (encore que le rôle réclamerait un médium plus charnu). Taddei est l'admirable chanteur que l'on sait mais ce n'est pas la basse requise (sa partie est la plus grave de l'oeuvre !). Wächter n'a pas le velours de Siepi mais sa caractérisation est remarquable. Sutherland étonne et fascine, plus quelle ne convainc. Alva est trop léger pour Ottavio. Une légende certes, mais ce n'est pas l'Unique.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Ciné Max le 21 décembre 2002
Format: CD
Une interpretation légendaire de ce chef d oeuvre !!!
Tout est en symbiose ! La direction de l orchestre a la fois preste et intense sans aucun temps mort !!!!
L interpretation de Wachter en un Don giovanni plein de vitalité et de panache !!!!
Dona Elvira par une Schwarzkopf au sommet de son art !!!
Scuitti dans une Zerline tout en finesse et seduction....
Les autres interpretes s integrent parfaitement à l ensemble !
Assurément un must de Guiliani !!!!
1 commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 19 février 2007
Format: CD Achat vérifié
L'interprétation de Giulini est de loin la meilleure interprétation du chef d'oeuvre des opéras de Mozart. Elle surclasse toutes celles que j'ai pu entendre. Une fraîcheur, un enthousiasme, une clarté de voix, une orchestration d'une précision remarquable. Exceptionnel.

En outre, mon grand-père mozartien m'a toujours élevé sur la rare qualité du livret écrit par le prêtre défroqué Lorenzo Daponte. Sublime texte. Du Boileau, du Mariveau, du Molière : du génie ! L'esprit révolutionnaire est en outre exprimé avec éclat dans l'air de "la liberta !", mais aussi celui, sublime, de "Finch'han dal vino calda la testa, una gran festa fa preparar".

La poésie inspire le texte comme en évoquant l'amour :

"Dalla sua pace (...)

De sa paix dépend la mienne;
ce qui lui plaît me rend la vie,
ce qui l'afflige me fait mourir.
Si elle soupire, je soupire aussi ;
sa colère est mienne, ses pleurs sont miens;
et je n'ai de bonheur si elle n'en a point.
(...)"

Et la peinture sociale de la noblesse, quant offensé par Zerlina du fait qu'il ne puisse donner crédit à sa parole, Don Giovani s'exclame :

" (...) La noblesse porte peinte dans les yeux l'honnêteté. Or donc, ne perdons point de temps : à l'instant même je te veux épouser."

Révolutionnaire Mozart. Quel génie ! Quelle beauté !
2 commentaires 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique