• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Mrs Dalloway a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 4 images

Mrs Dalloway Poche – 1 janvier 1981

Ce titre fait partie de la sélection Rentrée scolaire. Découvrez notre boutique en cliquant ici
3.7 étoiles sur 5 47 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 14,65
Poche, 1 janvier 1981
EUR 6,50
EUR 5,95 EUR 1,19
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 3,90
CD
"Veuillez réessayer"
EUR 79,00 EUR 68,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Mrs Dalloway
  • +
  • Une chambre à soi
  • +
  • Les Vagues
Prix total: EUR 18,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Les préparatifs d'une soirée, l'errance mentale d'un personnage énigmatique... C'est sur ces rares éléments d'intrigue que repose le récit d'une journée dans la vie de Clarissa Dalloway. Dans sa première oeuvre véritablement moderniste, Virginia Woolf rompt définitivement avec les formes traditionnelles du roman. Les souvenirs (ceux de Peter Walsh l'amour d'autrefois, de Sally Seaton l'amie de jeunesse) ressurgissent au gré de tout un réseau d'impressions et de sensations propres à l'héroïne, qui elle-même est vue à travers les yeux d'une myriade d'autres personnages (sa fille, Peter lui-même) qui traversent cette journée rythmée par le carillon de Big Ben, seul élément objectif qui demeure dans ce tableau impressionniste. Par un mouvement de ressac, le texte opère des incursions dans les différentes consciences en présence, qui à leur tour se coulent hors d'elles-mêmes pour envahir le monde extérieur et se relayer. Les différentes voix, sur le mode du monologue intérieur et du discours indirect libre, viennent enfler le texte, formant ainsi un entrelacs de "courants de conscience" tissé avec une aisance qui, déjà remarquablement maîtrisée, n'est pourtant qu'un prélude à la Promenade au phare et aux Vagues qui constitueront l'apogée de l'oeuvre de Virginia Woolf. --Sana Tang-Léopold Wauters --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Présentation de l'éditeur

Traduction nouvelle

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Il m'a fallu m'y reprendre à deux fois pour lire Mrs Dalloway ; ayant fini tous les Jane Austen, je cherchais quelque chose dans cette continuité et dans mon ignorance, je pensais que Virginia Woolf pourrait me l'apporter. A ma première lecture de ce roman, j'ai donc été plutôt déçue et je n'ai pas réussi à le finir.
Je m'y suis remise un an plus tard sans aucun préjugés et là, je l'ai dévoré.
Mrs Dalloway raconte la vie d'une femme londonienne à travers elle et à travers ses proches. Nous plongeons tour à tour dans ses pensées, dans celle de son mari, de sa fille et d'un ancien fiancé qui réapparaît ce jour-là. Tout y est donc subjectif et en monologue intérieur.
A côté, nous avons Septimus qui de retour de la "Grande Guerre" a plus ou moins plongé dans la folie. Ce personnage a son importance car il semble "canalyser" les sentiments de l'héroïne et comme elle dirait elle-même, son suicide remplace en quelque sorte le sien. Virginia Woolf a d'ailleurs connu les même affres que Septimus et on peut s'imaginer qu'elle s'est inspirée de ses propres visions pour les retranscrire à son personnage.
Bref, un roman à ne pas laisser passer.
Remarque sur ce commentaire 58 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
C'est le premier ouvrage de Virginia Woolf que j'ai lu. J'ai eu le même sentiment que lorsque j'ai découvert Proust. C'est de l'impressionnisme intimiste sous forme de roman. Il faut se laisser aller. Il y a des moments où on se perd un peu et puis surgissent des éblouissements extraordinaires d'une poésie,d'une finesse avec un texte d'une force évocatrice extraordinaire. A lire lentement, avec des relectures immédiates pour bien savourer. J'ai pensé sans cesse à la traductrice Pascale Michon dont le travail est admirable. Il repose sur une compréhension très profonde de l'oeuvre.Merci
3 commentaires 30 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Romur TOP 500 COMMENTATEURS le 2 juin 2013
Format: Poche
Unité de temps (moins d'une journée de 1923, rythmée par Big Ben), unité de lieu (quartier de Westminster) mais pas unité d'action puisque nous suivons deux destins parallèles et indépendants : Septimus Warren Smith et Clarissa Dalloway. Septimus, traumatisé par les horreurs de la guerre, a sombré lentement dans la folie et n'est plus accompagné que par sa femme italienne et un psychiatre. Clarissa, femme à la quarantaine épanouie mais secrètement inquiète, mondaine et fascinante, prépare la réception du soir, entourée de ses amis, relations, anciens amours et domestiques.

L'écriture est un peu déroutante puisque nous passons d'un personnage à l'autre, ou plus tôt de l'esprit à l'autre, sans préavis, en suivant le fil rarement linéaire de la pensée, des souvenirs et des impressions. Les sensations, les mouvements de l'âme sont décrits avec finesse et acuité, y compris ces hésitations et ces non-dits avec lesquels nous compliquons notre existence et nos relations.

Le résultat est un roman grave et drôle, pas facile à lire (encore moins en anglais compte tenu de la structure grammaticale un peu alambiquée et du vocabulaire riche).
Je recommande de l'ouvrir quand on a du temps et de la tranquillité devant soi pour pouvoir bien se concentrer et s'immerger dans le récit. A ouvrir peut être aussi quand on a une certaine maturité pour pouvoir comprendre la psychologie des personnages (et de V Woolf) : « L'avantage de vieillir, c'est tout simplement que les passions demeurent aussi vives qu'auparavant, mais qu'on a acquis la faculté qui donne à l'existence sa saveur suprême, la faculté de prendre ses expériences et de les faire tourner, lentement, à la lumière. »
2 commentaires 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Clarissa Dalloway s'apprete à donner une réception, Septimus erre dans Londres. Deux moments de la vie de deux personnages qui se déroulent en même temps sans aucun lien. Au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans la lecture du livre, on ressent une certaine tension nerveuse, celle de Clarissa, puis on commence lentement à sombrer dans la folie avec Septimus...Ecrit avec force, virginia Woolf maîtrise tellement bien sa narration qu'elle nous noie, nous broie avec ses personnages. Un classique.
Remarque sur ce commentaire 24 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Romur TOP 500 COMMENTATEURS le 1 février 2014
Format: Broché Achat vérifié
Unité de temps (moins d'une journée de 1923, rythmée par Big Ben), unité de lieu (quartier de Westminster) mais pas unité d'action puisque nous suivons deux destins parallèles et indépendants : Septimus Warren Smith et Clarissa Dalloway. Septimus, traumatisé par les horreurs de la guerre, a sombré lentement dans la folie et n'est plus accompagné que par sa femme italienne et un psychiatre. Clarissa, femme à la quarantaine épanouie mais secrètement inquiète, mondaine et fascinante, prépare la réception du soir, entourée de ses amis, relations, anciens amours et domestiques.

L'écriture est un peu déroutante puisque nous passons d'un personnage à l'autre, ou plutôt de l'esprit à l'autre, sans préavis, en suivant le fil rarement linéaire de la pensée, des souvenirs et des impressions. Les sensations, les mouvements de l'âme sont décrits avec finesse et acuité, y compris ces hésitations et ces non-dits avec lesquels nous compliquons notre existence et nos relations.

Le résultat est un roman grave et drôle, pas facile à lire (encore moins en anglais compte tenu de la structure grammaticale un peu alambiquée et du vocabulaire riche).
Je recommande de l'ouvrir quand on a du temps et de la tranquillité devant soi pour pouvoir bien se concentrer et s'immerger dans le récit. A ouvrir peut-être aussi quand on a une certaine maturité pour pouvoir comprendre la psychologie des personnages (et de V Woolf) : « L'avantage de vieillir, c'est tout simplement que les passions demeurent aussi vives qu'auparavant, mais qu'on a acquis la faculté qui donne à l'existence sa saveur suprême, la faculté de prendre ses expériences et de les faire tourner, lentement, à la lumière. »
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?