• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Nadja a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Du N°1 des livres et articles multimédia d'occasion en Europe.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Nadja Poche – 27 avril 1972

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres Folio achetés = 1 livre offert (voir conditions sur la page de l'opération en cliquant ici)
4.0 étoiles sur 5 16 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,50
EUR 6,00 EUR 1,45
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 12,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Promotion Folio
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Nadja
  • +
  • Manifestes du surréalisme
  • +
  • L'Amour fou
Prix total: EUR 21,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Avec un dossier réalisé par Dominique Carlat, agrégé de lettres, et une «lecture d'image» par Alain Jaubert, écrivain et réalisateur. Recommandé pour les classes de lycée. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Présentation de l'éditeur

«J'ai pris, du premier au dernier jour, Nadja pour un génie libre, quelque chose comme un de ces esprits de l'air que certaines pratiques de magie permettent momentanément de s'attacher, mais qu'il ne saurait être question de se soumettre. J'ai vu ses yeux de fougère s'ouvrir le matin sur un monde où les battements d'ailes de l'espoir immense se distinguent à peine des autres bruits qui sont ceux de la terreur et, sur ce monde, je n'avais vu encore que des yeux se fermer.»

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Un client le 6 février 2004
Format: Poche
Même si Breton est parfois difficile à suivre dans son style, c'est surtout la personnalité de Nadja qui peut laisser pantois. En marge de ce récit surréaliste par excellence, raconté avec une certaine froideur, Breton glisse des commentaires satiriques très justes sur la société. je conseille grandement la lecture des Manifestes du surréalisme pour comprendre le sens de l'oeuvre et la relecture (au moins 3,4 fois) de Nadja qui agit comme une drogue (premiers contacts difficiles mais dépendance rapide...)
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Vous reposerez ce livre marqué, changé, touché. L'ouvrage est aussi magnifique en lui-même, plein de photos et dessins.
Une mise en bouche:
«J'ai pris, du premier au dernier jour, Nadja pour un génie libre, quelque chose comme un de ces esprits de l'air que certaines pratiques de magie permettent momentanément de s'attacher, mais qu'il ne saurait être question de se soumettre. J'ai vu ses yeux de fougère s'ouvrir le matin sur un monde où les battements d'ailes de l'espoir immense se distinguent à peine des autres bruits qui sont ceux de la terreur et, sur ce monde, je n'avais vu encore que des yeux se fermer.»
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Yves Gerbal MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 7 novembre 2007
Format: Poche
Nulle autre œuvre, je crois, ne permet de mieux comprendre "l'esprit" surréaliste. En rencontrant Nadja, Breton le dit lui-même, il rencontre un "génie libre" et "le surréalisme incarné"... et en suivant leurs errances dans les rues de Paris, nous comprenons ce que cherchaient les surréalistes : le goût du "hasard objectif", les rencontres improbables, la poésie du quotidien...
Le livre est-il difficile ? A ceux qui n'ont lu que Marc Levy, Amélie Nothomb, ou Bernard Werber, probablement... Mais je crois qu'il faut se laisser porter par le livre, le parcourir comme Nadja et Breton parcouraient les rues de Paris... Que comprend-on d'une rue, d'un paysage ? Errez dans ce livre, relisez certaines pages, et forcément vous tomberez en arrêt vous aussi sur quelques unes des formules qui ont marqué mon adolescence... "La logique est la plus haïssable des prisons", "Il se peut que la vie demande à être déchiffrée comme un cryptogramme","La beauté sera CONVULSIVE ou ne sera pas". On ne se remet jamais tout à fait de la rencontre avec des mots pareils, comme Breton ne s'est jamais tout à fait remis de sa rencontre avec celle qui se faisait appeler Nadja " parce qu'en russe c'est le commencement du mot espérance, et parce que ce n'en est que le commencement".
1 commentaire 18 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Nadja, sans doute la plus grande oeuvre du "pape du surréalisme", nous envoûte de l'avant-dire à l'épilogue.
Au hasard de son errance dans les rues parisiennes, l'auteur fait la connaissance de Nadja, une jeune femme mystérieuse et troublante. S'en suit une relation ambigüe entre les 2 personnages...
Cette ouvrage est le reflet de la pensée surréaliste et se distingue par son discours novateur. Un livre qui aura sa place dans toutes les bonnes nibliothèques.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Je n'ai pas encore eu le temps de le lire mais je l'ai feuilleté et j'ai lu quelques lignes par ci par là. Excellent poète que j'adore. Dans Nadja il y a aussi des photos extraordinaires. Qui est Nadja ? "à l'exception du masque rectangulaire dont elle ne peut rien dire" extrait pris au hasard du livre. Je le recommande à tous les lecteurs passionnés par le surréalisme
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Emilie le 6 janvier 2005
Format: Poche
sincèrement c'est le genre de bouquin qui fait réfléchir et qui s'adresse à un public qui a envie de réfléchir... fainéants s'abstenir...
mais au résultat quand on a compris le livre et la symbolique générale (car totale ça me semble difficile) on ne peut que apprécier et être touché par la beauté et la particularité de l'oeuvre.....
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 24 avril 2001
Format: Poche
Un peu hermétique, comme toute oeuvre de surréaliste qui se respecte, ce livre reste néanmoins abordable et mérite d'être lu, ne serais-ce que pour quelques passage témoignant d'un talent hors du commun.
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Zarak TOP 500 COMMENTATEURS le 5 février 2009
Format: Poche
Artaud écrivit son "Van Gogh suicidé de la société", Breton, lui, dessine sa célèbre Nadja - réelle ou fantasmée, peu importe tant elle est criante de vérité -, ou la mini-biographie d'un "début d'espoir" destiné à être broyé par une société bourgeoise, et donc de nature carcérale, mais à visage humain.

Fidèle aux préceptes du surréalisme qu'il a lui-même mis en place, Breton émaille son récit de nombreuses photographies qui permettent d'échapper à l' "inutilité des descriptions". Nadja incarne à elle-seule tout le surréalisme : son Être même, son essence, sont entièrement et naturellement affranchis de toute forme de convention ; c'est ce qui fait d'elle un personnage à la fois poétique et fatalement dramatique. "Nadja" est aussi un récit sensualiste, lascif, amoureux, une sorte de jeu de regards, une chasse permanente à la solution d'un mystère insoluble destiné à se perdre dans les sables de l'oubli.

La Beauté selon Breton est éphémère, convulsive, et tragique.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?