• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par promobook
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Ce livre est en très bon état. Expédition rapide et soignée sous enveloppe bulle.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Naitre trop tôt : La prématurité expliquée aux parents et futurs parents Poche – 31 octobre 2013

4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
EUR 15,00
EUR 15,00 EUR 10,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Naitre trop tôt : La prématurité expliquée aux parents et futurs parents
  • +
  • Les soins du développement : Des soins sur mesure pour le nouveau-né malade ou prématuré
  • +
  • NAITRE PREMATURE
Prix total: EUR 50,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

Je suis entrée à ['hôpital un jeudi pour des problèmes d'hypertension, les médecins étaient certains que je faisais des pré-éclampsies, car j'en avais avant la naissance de mon aînée. Les médecins me suivaient de près. J'en étais à seulement 24 semaines de grossesse et pour moi pas question d'accoucher, car à mon point de vue, mon bébé était trop petit. Le vendredi soir, une néonatalogue est venue me voir et m'expliquer ce qui se produirait si mon bébé venait au monde tout de suite. Elle m'a expliqué qu'à 24 semaines ses poumons ne sont pas complètement développés et que les chances de survie sont minimes. Elle m'a ensuite parlé de son cerveau et des risques de petites lésions qui pourraient apparaître dans les jours qui suivraient sa naissance. Elle m'a aussi demandé si je portais une fille, ce que je ne savais pas encore. Elle m'a alors expliqué que les chances de survie étaient plus élevées chez les filles... Lorsqu'elle est partie, j'étais un peu rassurée, mais j'espérais réellement sortir de l'hôpital bientôt. Le samedi matin, trois médecins sont venus me voir dans ma chambre pour me confirmer que c'était bien des pré-éclampsies et qu'ils devaient me faire accoucher, car ma vie en dépendait. J'ai beaucoup pleuré, je me tenais le ventre, je ne voulais pas accoucher. J'ai téléphoné à mon conjoint qui ne comprenait pas ce qui se passait. Voilà que je me suis retrouvée dans une salle pleine d'appareils, mon conjoint était habillé comme un docteur et il y avait une foule de gens qui étaient prêts à intervenir. Ça n'avait rien d'un accouchement «ordinaire». J'étais terrifiée, j'avais peur et je pleurais. J'ai entendu un grand cri et on m'a dit que c'était une petite fille. J'ai eu un petit sourire et j'ai dit que je m'en doutais. Par la suite, je n'ai pas eu connaissance de tout ce qui se passait à cause des médicaments. J'ai passé 24 heures aux soins intensifs sous haute surveillance pendant lesquelles je n'ai pas pu voir ma fille. Une infirmière s'est rendue dans l'unité néonatale et a pris une photo que j'ai collée sur mon armoire et j'ai prié. Le dimanche nous avons su que son poids était de 553 grammes. Les jours passaient et les chances de vivre étaient de plus en plus faibles. Émy a été transférée au C.H.U., car son petit canal artériel ne se refermait pas. Beaucoup de peur et d'angoisse, mais trois traitements dont des antibiotiques ont suffi et le canal s'est refermé. Les médecins ont changé le respirateur d'Émy pour en utiliser un à haute fréquence. Par la suite, deux petits caillots de sang sont passés par son cathéter et se sont logés dans deux de ses petits orteils qui n'étaient pas plus gros que des têtes d'allumettes. La peur a refait surface, car les petits caillots pouvaient monter au cerveau et la faire mourir. Une semaine d'enfer à attendre et à être impuissante, car si cela empirait, ils allaient devoir lui injecter un anticoagulant et cela pouvait causer des lésions au cerveau. Coup de chance, les caillots sont partis. Par la suite, une petite plaie est apparue sur sa tête probablement causée par un soluté qui avait infecté tout son petit corps. Elle a alors perdu un peu de poids et elle a dû recevoir d'autres traitements aux antibiotiques qui l'ont rendue plus faible. Les médecins n'arrivaient pas à la nourrir, car ses veines étant trop petites, ils étaient incapables de la piquer pour lui donner son hyperalimentation. Elle devenait de plus en plus faible. Quelques jours plus tard, les heures d'Émy étaient comptées. Le médecin nous a informés que la broncho-dysplasie dont elle souffrait était grave. Ses poumons étaient très blessés et qu'il n'y avait aucun recours. Nous avons dû annoncer à Mylène (sa grande soeur) qu'Émy allait mourir. Elle nous a demandé si elle allait avoir des ailes pour partir... Une autre journée remplie d'émotions et de désespoir. Je ne savais plus quoi penser. Nous voguions au travers des inquiétudes, l'espoir et les déceptions. C'est à ce stade que nous avons eu une discussion avec le médecin qui nous a parlé d'une petite chirurgie qui consistait à lui installer un «broviac». Nous avons accepté et elle est sortie de cette opération très faible. Elle avait le teint gris. Son état restait critique, aucun médicament ne faisait effet. Les médecins ont dit que c'était à elle déjouer. C'est à ce moment-là que le «broviac» a lâché. Son «broviac» avait duré 2 semaines. Ils devaient lui en mettre un autre. Nous avons eu à décider si, alors qu'Émy allait un peu mieux, nous acceptions de la laisser passer de nouveau en chirurgie. La question était : «Est-ce que nous la laissons retourner en chirurgie ou la laissions-nous partir ?» Elle avait un grand besoin d'oxygène et il y avait 50 % de risque qu'elle souffre de paralysie cérébrale. C'est une question que je me rappellerai jusqu'à la fin de mes jours. Nous avons donc choisi de prendre le risque et elle s'est mise à aller mieux. Ensuite, les médecins ont changé le respirateur pour un autre à fréquence normale. Ils étaient toujours incapables de la gaver de lait maternel. Elle était incapable de le digérer, même le lait «extra digéré» ne passait pas. Le 1er mai, elle a été extubée pour la première fois. Nous avons été très surpris lors de notre arrivée à l'hôpital, car elle avait seulement une petite lunette nasale. Ce fut une journée très émouvante. J'ai pu prendre Émy dans mes bras pour la première fois. (...)

Présentation de l'éditeur

Environ 6 % des naissances sont prématurées. Jusqu'au XXe siècle, la plupart de ces enfants décédaient. En effet, les bébés prématurés risquent plus de présenter des problèmes de développement que ceux nés à terme. Ces problèmes sont dus surtout à l'immaturité du système nerveux central et des poumons qui n'ont pu se développer complètement pendant la grossesse. Généralement, plus l'âge gestationnel est bas, plus les répercussions sont élevées.
Actuellement, on assiste à un double phénomène. Malgré les progrès considérables de la médecine, la prématurité connaît un regain de fréquence. Pourquoi ? On sauve de plus en plus de bébés nés avec un très faible poids de naissance. Quelles en sont les conséquences ? Une prématurité légère a longtemps été considérée comme exempte risques. Est-ce vraiment le cas ? Le présent ouvrage de vulgarisation éclairée s'adresse à tous les parents concernés qui attendent un nouveau-né «trop tôt» et à tous les soignants qui souhaitent mettre à jour leurs connaissances dans ce domaine.
Le lecteur suit Yanis, un petit être qui va prendre forme dans le ventre de sa maman et vivre l'expérience d'une naissance prématurée avec son cortège de soins plus ou inquiétants, émouvants et parfois traumatisants.
Les auteurs ont souhaité un abord qui mette en scène la vie, ses multiples facettes, sa richesse ses espérances, sans oublier la souffrance de ceux qui prenne des chemins de traverse.

SERGE DALLA PIAZZA est docteur en psychologie, neuropsychologue et psychothérapeute. Spécialiste du développement pathologique, il est l'auteur de nombreux livres et articles sur ce sujet. Il travaille depuis plusieurs décennies avec des enfants et des parents atteints dans leur chair et leur esprit, des enfants et des parents qui lui donnent chaque jour des leçons de vie et d'espoir. Ce livre leur est dédié.

PAUL-JACQUES LAMOTTE est docteur en médecine, spécialiste en pédiatrie, en médecine tropicale et en santé publique. Après une longue carrière de plus de vingt années pour le ministère des Affaires étrangères de Belgique dans le développement de systèmes de soins de santé de base dans différents pays africains, il s'est formé en néonatologie. Il travaille actuellement en missions bénévoles pour la formation de personnel médical et paramédical à la prise en charge des urgences pédiatriques dans différents pays africains pour "MÉDECINS SANS VACANCES" - "ARTSEN ZONDER VAKANTIE"
Il est l'auteur de nombreux articles et communications scientifiques et d'un livre Pédiatrie tropicale paru aux Éditions Karger de Bâle.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit



Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

12 juin 2017
Format: Poche|Achat vérifié
Une personne a trouvé cela utile
|Commentaire|Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?