Acheter d'occasion
EUR 61,40
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par japazon
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Prend environ 10 a 14 jours pour arriver France et toutes les europeennes. Expedie de Japan par e-Packet. Transmettre le suivi possible.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Nevermind

4.4 étoiles sur 5 119 commentaires client

1 neuf à partir de EUR 69,28 2 d'occasion à partir de EUR 61,38
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Nirvana


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Blu-ray Audio (12 novembre 2013)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Geffen
  • ASIN : B00BSDTG94
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Accessoire  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 119 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 119.727 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Smells like teen spirit
  2. In bloom
  3. Come as you are
  4. Breed
  5. Lithium
  6. Polly
  7. Territorial pissings
  8. Drain you
  9. Lounge act
  10. Stay away
  11. On a plain
  12. Something in the way

Description du produit

Critique

Derrière ce bébé nageur et ce dollar se cache l’un des plus grands albums de l’histoire du rock. Deuxième album de Nirvana après le mésestimé Bleach, Nevermind s’ouvre sur l’un des titres les plus importants de la décennie, « Smells Like Teen Spirit », ode à la vie désabusée d’une bande d’adolescents en chemise à carreaux. Le riff imparable (quatre accords barrés qui semblent avoir toujours existé, dans cet ordre là), l’universalité des paroles, et surtout cette voix, celle de Kurt Cobain, rageuse, abrasive, essorillée, qu’on devine déjà fragile. Quatre ans avant le drame.

Evidemment Nevermind est une liste de douze tubes, entre rock alternatif cradingue (le grunge, qu’ils disaient...), attitude punk version Nord-Ouest du pays de l’Oncle Sam, mais aussi pop. Car finalement, le format des chansons est ici d’une simplicité absolue. Couplets, refrains, un vague break, et une orfèvrerie mélodique permanente, une volonté d’écrire la chanson parfaite. But quasi atteint sur...tous les titres. Dans le rock américain récent, seuls les Pixies en avaient été capables avec l’album Doolittle, peu de temps avant. Les Pixies justement, groupe adoré et référence absolue pour Kurt Cobain.

« Breed », « Territorial Pissings », « Lounge Act » forment un triangle d’énergie punk d’une rare intensité. Et la production de Butch Vig (qui la même année a mis en boîte le Gish des Smashing Pumpkins) a tapé dans le mille, en formidable directeur d’acteurs qu’il a été en studio, maniant Dave Grohl à la baguette, suppliant Krist Novoselic de pousser sa basse en avant, et tentant de canaliser la furie de Kurt Cobain. Le résultat est tout aussi probant sur les ballades du disque. « Come As You Are » et son air de ne pas y toucher, mais surtout le titre qui vient fermer l’album, « Something in the Way », complainte sombre, sidérante, ornée de cordes inquiétantes.

Le connaisseur, le puriste, arguera que Nevermind n’est peut-être pas le meilleur album de Nirvana. Peu importe. Ce que les oreilles de chacun décideront ne pourra pas aller contre l’évidence de l’histoire en marche : Nevermind est et restera le grand album du groupe, tout simplement parce qu’il l’aura propulsé tout en haut de l’affiche. Trop haut peut-être. On connaît malheureusement le moment de la chute. Elle fut belle, intense, inexorable, tragique. Il fallait peut être au moins ça, aussi, pour que l’image du disque reste gravée, pour que les notes de Nevermind ondulent, résonnent, encore et toujours.

Sur l’édition Deluxe sortie en 2011, les hymnes de Kurt Cobain ont subi un lifting au remastering, et les trois CD supplémentaires offrent une kyrielle de version live, d’enregistrements rares des répétitions, et de remixes. Symbolique, anecdotique ? L’obsession de la commémoration touffue, indigeste, parfois grand-guignolesque, est ici justifiée, tant le disque en question revêt toujours, deux décennies plus tard, une dimension culte. Nevermind de Nirvana, c’est un peu le 11 septembre : tout le monde a un souvenir spatio-temporel qui s’y rattache, inlassablement. 

Arnaud De Vaubicourt - Copyright 2017 Music Story

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Album vinyle Achat vérifié
Mince, si j'avais su....
Voilà une nouvelle édition "Back To Black" de chez Universal (ce que je ne savais pas avant achat...). Ces rééditions sont à fuir comme la peste tant la qualité du son sur ces disques est mauvais.
Ce "Nevermind" n'échappe pas à la règle, et réussi l'exploit de sonner terriblement moins bien que les précédents pressages. Seul attrait : les 3 disques de démos, B-sides et autres lives. Mais ça ne vaut pas l'investissement.
1 commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Que dire ... j'avais 18 ans et j'écoutais cet album dans ma première voiture :-)
C'est un album qu'il faut avoir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Ca ne pouvait que marcher, rien à jeter sur cet album. Les morceaux, l'interprétation, la prod simple et efficace et l'énergie du désespoir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle Achat vérifié
non seulement je ne l'ai pas écouté pour la bonne raison qu'il s'agit d'un cadeau d'anniversaire j'en ai acheté un second
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album vinyle Achat vérifié
'Nevermind' comments regarding loudness, lost feeling blah blah, it works - we're not in a studio - it's for home listening - amazing as it is.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Stefy TOP 1000 COMMENTATEURS le 24 avril 2014
Format: CD
On ne va pas trop s'échiner car l'album fait partie officiellement des incontournables de l'histoire du rock. Et on ne va pas trop chipoter: grosse production qui gonfle tout pour donner encore plus de testostérone (qui conviendra, on l'a vu, aux stations rock FM) et compos assez simples. OK, mais l'essentiel est ailleurs: premièrement dans la voix de Cobain, voix d'écorché vif qui va aller droit au cœur de tant d'adolescents. Deuxièmement, oui, Dave Grohl est un immense batteur de rock (l'un des derniers, en fait), il tire ici tout le monde par le haut. Enfin, l'album, malgré les réserves émises plus haut (et on pourra toujours lui préférer le suivant, plus sombre et crade, ou "Doolittle" des Pixies pour plus de subtilité), n'en demeure pas moins l'un des plus parfaits croisements entre punk et pop. Car toujours, les morceaux de Cobain, à la base, sont de pures chansons pop. N'oublions pas enfin quand le groupe a fait irruption: "Smells Like Teen Spirit" sur les ondes, en clip, partout, une explosion rock qui a su toucher une partie du grand public, qu'on n'a plus revu depuis, une excitation, de l'électricité de l'air, le truc du moment. Rien que pour ça, franchement, merci...
2 commentaires 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
question subsidiaire que tous les fans(les vrais)onts du se poser un jour...le jour fatidique ou kurt.donald.cobain décida d'en finir avec cette existence et surtout ce succés qu'il n'a jamais désiré...moi je me souviens que le 8avril,soit 3jours aprés son suicide(date à laquelle son électricien,retrouva son corps)je faisais du vélo,c'était un samedi,puis un gars de mon collége m'annonça la nouvelle...sur le coup,je ne voulais pas y croire,jusqu'à ce que j'allume la télé le soir...non,il ne s'agissait pas d'une blague de mauvais gout...l'icone de toute une génération c'était bel et bien tué...vous imaginez le choc!!!à l'époque"in utero"tournait en boucle sur ma platine,et jamais je n'aurais pensé que kurt était si mal...mais voilà,derriére les musiciens que nous aimons tant se cache des étres humains,avec leurs joie,leurs problémes et leurs peines,et parfois nous manquons de recul par rapport à ça.Reste que ce"nevermind"demeure à ce jour l'un des albums qui aura marqué le plus les nineties...avec des hymnes intemporels"smells like teen spirit""in bloom""come as you are""lithium""drain you"...en réalité tout l'album(sans oublier"endless nameless"ou l'on peut entendre le groupe saccager son matos en studio,comme ils se plaisaient à le faire sur scéne),cet album marquait un nouveau son,une nouvelle attitude,il reprenait à merveille le flambeau punk laissé vacant depuis les seventies(sex pistols en téte).Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
La remasterisation a dénaturé complétement le son de l'album original, et n'a été faite que pour répondre au critère de la "loudness war" (comme bon nombre de prod de ces années 2000). Les "inédits" on qu'en a eux déjà été proposés, soit officiellement (coffret With The Lights Out de 2004) ou sur des albums non officiels, mais qui au moins ne détruisent pas le son.
Il est préférable de se tourner vers l'édition de 1991 ou une édition MFSL pour vraiment profiter de cet album.
4 commentaires 14 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique