• Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 6 à 10 jours.
Expédié et vendu par Les Livres du Château.
EUR 18,50 + EUR 44,00 Livraison en France métropolitaine
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Ancien livre de bibliothèque. Tome 1. Ammareal reverse jusqu'à 15% du prix net de ce livre à des organisations caritatives.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

New thing Broché – 23 août 2007

Envie d'un livre ? Découvrez notre sélection pour la rentrée littéraire de janvier !

5.0 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 23 août 2007
EUR 18,50
EUR 18,50 EUR 5,91

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Produits fréquemment achetés ensemble

  • New thing
  • +
  • Manituana
Prix total: EUR 43,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

L'homme des fantômes

Bombe atomique explose tu te souviens pas quand. Fall-out : douleur partout, tu sais pas où ça a commencé, tu sais pas où ça finira.

La gare est encore loin mais il y a le temps, tant de temps que tu sais pas quoi en faire. Tu manges des friandises. Tu t'abîmes les dents. Tu sues, genoux contre la poitrine, les mains serrent les chevilles, tu sues et tu souffres.
Ce n'est pas beaucoup, le temps qui reste, et pourtant c'est trop.

Bombe éclatée tu te souviens pas quand. Il y a moins d'un an, plus de vingt auparavant, plus ou moins dans la nuit des temps.
In tour : Hiroshima et Nagasaki, juillet 1966.
Je pensais : différentes façons de mourir. S'en aller une cellule à la fois, c'est comme être dans deux endroits. C'est un transvasement.
En revanche, efface-toi de la face de la Terre, peau qui se détache et prend son envol, corps qui se défait. Corps qui cesse d'être toi. S'il l'a jamais été.

Je ne trouve pas la veine. Porte entrouverte et je me gifle le bras. Si je me voyais de l'extérieur, je penserais : regardez-moi cet idiot. Mais je ne me vois pas de l'extérieur. Je suis hors de moi, mais je suis aveugle. Quelle année on est, où je joue. Octobre 1950, dans un hôtel de L.A. L'aiguille entre et je perds connaissance. Je perds le sens. Si un homme peut s'en sortir à Los Angeles, il peut s'en sortir partout. Si t'arrives à te défoncer avec la dope d'en dehors de New York, tu peux te défoncer avec n'importe quoi.
On dit que tu vois ta vie se dérouler. Je ne me rappelle rien. Peut-être une pluie torrentielle, une pluie de notes, toutes les notes qui entourent la note, la longue note, et ensemble elles font un accord, le son de l'univers.
J'avais presque réussi à le trouver à Paris, je jouais la nuit au-dessus et au-dessous de la note et je cherchais, toutes les nuits ensemble, mais ce fut longtemps après. J'y étais presque, peu m'importait que le public comprenne, et puis quelqu'un m'a lancé un billet entre les pieds.

"Si tu perçois l'univers tout entier comme une fantas­magorie, une joie ineffable surgira en toi."

Je ne parle pas français.
Maintenant, je suis en 1950, je descends dans la fosse qu'est ma tête, là où on ne peut sonder, du hublot je vois descendre les notes et... une gifle, deux gifles, trois.
Si un homme peut s'en sortir à Los Angeles, il peut s'en sortir partout.
Moi, je m'en sors, je me ranime. Après...

Dizzy me congédie.
Miles me congédie.
Dieu me congédie.
Réussir à être à nouveau embauché. Revenir nickel.

Il y a encore tant à jouer, tant à dire. Mais je suis en train de rater le train. J'ai attendu le dernier moment avant d'aller à la gare. Et tout ton amour en vain.

Présentation de l'éditeur

Qui est Wu Ming ?

Depuis huit ans, sous ce pseudonyme qui signifie anonyme en chinois, un groupe de cinq jeunes auteurs creuse un sillon profondément original dans la littérature italienne. Tout en menant une activité multimédia intense, Wu Ming a écrit plusieurs best-sellers aux sujets ambitieux, brassant des dizaines de personnages réels ou imaginaires, embrassant des époques charnières de l'histoire mondiale : de 54 à Manituana, qui vient de sortir avec un succès foudroyant. Quatre des cinq ont publié, avec succès également, des ouvrages individuels gardant la signature Wu Ming assortie d'un numéro. Pour commencer, les éditions Métailié publient deux d'entre eux.





1967, les États-Unis sont secoués par les troubles raciaux et les manifestations contre la guerre au Viêtnam. A New York, après la mort violente de quelques musiciens de l'avant-garde du jazz, les assassinats sont revendiqués par Le Fils de Whiteman . Agit-il pour son propre compte ou bien est-il un instrument de l'establishment ? Quarante ans plus tard, des rescapés racontent l'histoire de la jeune journaliste Sonia Langmut, disparue quelques semaines après avoir enquêté sur les faits.

Sur le fond, la montée du Black Power et de la new thing : le free-jazz de Albert Ayler, Archie Shepp, Bill Dixon, et de leur divinité tutélaire, John Coltrane, qui, sur le point de mourir pendant la période des meurtres, évoque sa vie, ses grandeurs et ses faiblesses.

Écrit sur un mode syncopé en plein accord avec son sujet, avec des échappées fantastiques, des vols d'oiseaux sur la ville, et le parler du ghetto, le récit réussit en peu de pages à restituer, derrière les discours de la révolte et les manipulations du pouvoir, la voix d'une époque tout entière.







WU MING 1 est l'un des membres du collectif Wu Ming réunissant cinq jeunes auteurs italiens dont les romans collectifs ambitieux, best-sellers en Italie, ont été traduits en de nombreuses langues.



Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

15 février 2009
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
24 juin 2012
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?