Acheter d'occasion
EUR 2,10
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Nous sommes tous des playmobiles Broché – 2 juin 2007

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !

3.0 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 2,10

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Moi, je dis qu'il y a une justice

Moi, je dis qu'il y a une justice. Mais ceux qui la rendent, ce ne sont ni les juges, ni les hommes, ni les lois ; ce sont les circonstances.
Et les circonstances, elles sont bien souvent aggra­vantes.
Yvonne, ça faisait combien de temps qu'elle m'avait quitté pour de bon ? Deux semaines ou bien trois ? Je n'aurais pas pu le dire, je n'avais pas encore avalé mon premier café à cette heure-là, je n'avais pas l'esprit assez clair pour calculer. Il était sept heures trente à peu près, j'avais la gueule comme une enclume et une haleine de poissonnier par temps de canicule. Puis j'avais l'entrejambe qui me grattait, comme tous les matins.
Elle a déboulé comme je déteste, avec sa vieille clef, sans sonner, sans frapper, elle est entrée dans le salon le regard de morue braqué sur ses baskets usées. Je viens chercher des affaires, qu'elle a dit.
La bonne affaire, c'est ce qu'elle a toujours cherché : le meilleur rapport qualité-prix. Ce n'est pas pour rien qu'elle a épousé un comptable dans mon genre. C'est certainement pour ça aussi qu'elle a voulu qu'on fasse des petits dès que j'ai été nommé responsable d'agence. Des gosses de banquier, c'était le rêve, pour elle, un objectif de vie. Tu parles. J'ai jamais été doué pour ça. Sans doute que c'est la faute aux savons liqui­des et à tous les produits chimiques que je bouffe depuis des années. Je suis pas une terre très fertile. Ça lui a pris des mois pour admettre que je n'étais pas capable d'en pondre, des enfants, que son mari idéal, son banquier pas trop moche, était aussi stérile que la plupart de nos conversations. Elle ramenait le sujet sur la table tous les soirs, à plat sur la toile cirée, entre le gratin dauphinois, le hachis parmentier et son éternel Thermos de café à fleurs, pile sous le halo du tube néon de la cuisine. Tu devrais voir un médecin, qu'elle me répétait tout le temps. Et à force de me répéter le conseil, c'est elle qui a fini par se barrer avec son gynécologue, celui qui la conseillait depuis des mois. Un petit gros tout moche, avec des cheveux gras et des lunettes sales. Un type qui gagne tellement de paquets qu'il a déjà trois mômes d'une première patiente. On n'est pas du même monde, on n'est pas atteints du même mal. Pas le même genre de mâles, au fond.
Elle a foncé vers la cuisine, elle a traversé le salon et c'est à ce moment-là que les choses se sont accélérées. Comme dans un mauvais film de divorce qui vire au drame. La vitre à côté de la porte d'entrée a volé en éclats, le bruit du verre brisé a résonné sur le carrelage du hall, le temps de lever la tête et je les ai vus foncer droit sur moi, deux types encagoulés avec des fusils à pompe au bout de leurs grosses mains gantées.
On a beau avoir vu ça des tas de fois à la télévision, en vrai, ça ne fait pas du tout le même effet. Mon coeur s'est soulevé, j'avais comme un marteau-piqueur dans les tempes, un truc qui cognait à tout rompre et qui m'a réveillé en un instant. J'étais encore à moitié affalé dans le divan du salon : l'un a foncé sur moi, l'autre a couru à la cuisine. Ils n'ont pas lâché un mot. Celui qui s'occupait de moi m'a balancé sur le sol d'un coup de crosse, avant de poser le canon sur ma nuque. C'était froid, c'était glacé, je n'ai pas bougé d'un poil. Yvonne avait l'air de résister elle, je l'ai entendue lâcher des insultes, hurler puis recevoir un bon coup quelque part qui l'a fait taire. J'ai souri intérieurement, pour une fois que quelqu'un parvenait à la réduire au silence, fallait en profiter. --Ce texte fait référence à l'édition Poche.

Présentation de l'éditeur

Bruxelles est une ville en plastique, comme le reste de la planète : on y voit courir des petits bonshommes dérisoires, emportés dans le courant de leur vie comme des bouteilles vides à la surface du canal. On rit, on se bat, on se débat, puis on se laisse aller et on se retrouve noyé dans la vase, sans avoir rien remarqué. A moins qu'un soubresaut ne change le cours des choses. Il suffit de presque rien : une tache de sauce, un appareil photo, une agrafeuse, un abri de jardin ou un paquet de cigarettes pour qu'une vie banale bascule dans la grande aventure, pour que l'absurde redonne des couleurs à une existence terne.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
1
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 4 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 13 août 2008
Format: Poche
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2009
Format: Poche
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2010
Format: Poche
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 septembre 2014
Format: Poche
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : brodit proclip

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?