• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
1491 Nouvelles révélation... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

1491 Nouvelles révélations sur les Amériques avant Christophe Colomb Broché – 31 janvier 2007

3.7 étoiles sur 5 12 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 31 janvier 2007
"Veuillez réessayer"
EUR 22,30
EUR 22,30 EUR 15,60
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Fête des Mères Fête des Mères

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • 1491 Nouvelles révélations sur les Amériques avant Christophe Colomb
  • +
  • 1493 - comment la découverte de l'Amérique a transformé le monde
Prix total: EUR 46,30
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

Extrait de la préface :

L'idée de cet ouvrage m'est en partie venue en 1983, lors de la rédaction pour le magazine Science d'un article sur le programme de surveillance du niveau d'ozone dans l'atmosphère mis en place par la NASA. Afin de me documenter sur le sujet, j'accompagnai une équipe de chercheurs à bord d'un appareil équipé d'un système de prélèvement et d'analyse de l'atmosphère à 10 000 mètres d'altitude. Notre avion atterrit à Mérida au Mexique, dans la péninsule du Yucatán. Comme les scientifiques disposaient d'une journée de liberté, le groupe monta dans une antique camionnette Volkswagen pour aller visiter les ruines de Chichén Itzá. À cette époque j'ignorais tout de la culture méso-américaine - même le terme de Méso-Amérique ne m'était pas spécialement familier -, qui couvre la zone comprise entre le centre du Mexique et Panama et embrasse la totalité du Guatemala et du Belize, et certaines parties du Salvador, du Honduras, du Costa Rica et du Nicaragua, terre des Mayas, des Olmèques et autres sociétés amérin­diennes. À peine étais-je descendu de notre véhicule que je me sentis subjugué.
Je suis retourné cinq ou six fois au Yucatán, en vacances ou pour raisons professionnelles, dont trois en compagnie de mon ami Peter Menzel, photo­graphe de presse. Une mission pour une revue allemande nous mena jusqu'à la cité maya de Calakmul, pas encore exhumée en ce temps-là, un périple de douze heures sur de redoutables routes de terre semées de profondes ornières et obstruées par des troncs d'arbres. Nous avions avec nous un Maya, Juan de la Cruz Bricena, gardien de vestiges de dimensions plus modestes. Pendant vingt ans, Juan avait exercé le métier de chiclero, parcourant les forêts des semaines d'affilée en quête d'arbres à gomme, dont les Indiens font sécher depuis des millénaires la sève collante pour la mastiquer, et qui furent à la fin du XIXe siècle à l'origine de l'industrie du chewing-gum. La nuit venue, il évoqua devant un feu les cités antiques qu'il avait rencontrées au gré de ses pérégrinations, enfouies sous les lianes, et sa stu­péfaction quand il avait appris de la bouche des chercheurs qu'elles étaient l'oeuvre de ses ancêtres. Cette nuit-là, nous avons dormi dans des hamacs, au milieu de hautes stèles dont nul n'avait déchiffré les inscriptions depuis plus d'un millénaire.
Il me fallut attendre l'automne 1992 pour que l'intérêt que je portais aux civilisations précolombiennes prenne une forme plus concrète.

Présentation de l'éditeur

NOUVELLES REVELATIONS
SIR LES AMÉRIQUES AVANT CHRISTOPHE COLOMB

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marina Boraso

Monumental et captivant, un essai révolutionnaire qui bouleverse notre vision historique et culturelle des Amériques avant Christophe Colomb.

Synthèse des découvertes les plus récentes, fruit du travail colossal d'archéologues, d'anthropologues, de scientifiques et d'historiens, le livre de Charles C. Mann nous montre pour la première fois le vrai visage des mondes précolombiens. Une mosaïque de peuples, de langues, de cultures, d'empires, de cités puissantes, souvent plus riches et plus vastes que celles d'Europe ; un creuset de civilisations brillantes et évoluées, soucieuses de leur environnement. Et non pas le continent vierge et sous-exploité que l'Histoire officielle a voulu nous présenter.
De la forêt amazonienne aux plateaux andins des Incas, du Mexique maya, olmèque ou aztèque aux villages des Iroquois, 1491 rétablit une vérité historique longtemps niée et nous entraîne au coeur d'un voyage fantastique à travers des Amériques que nous découvrons peut-être pour la première fois sous leur véritable jour.

Né en 1955, Charles C. Mann collabore régulièrement au New York Times et au Washington Post. Ses articles lui ont valu de nombreux prix et distinctions.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Ce livre retrace quelques idées reçues sur les habitants de l'Amérique avant l'arrivée des européens, ainsi que les conséquences de ce choc. Les thèmes abordés en eux-mêmes sont intéressants (taille des populations avant et après la rencontre, technologie precolombienne, problèmes de perspective lorsque l'on s'intéresse à cette période) surtout pour les non-initiés. Cela permet de voir une sorte de réponse à un hypothétique bouquin de texte avec ses habituelles idées reçues, raccourcis et autres pensées périmées mais encore en circulation. D'ailleurs, il apporte vers la fin des idées intéressantes se concentrant sur notre façon d'imaginer le futur par rapport au passé.

Malgré son sujet intéressant, j'aurais cependant deux remarques négatives:
La première, la moins grave, est la petite frustration que soulève le fait de ne pas avoir étendu l'observation à des peuples moins médiatisés.
La deuxième, rédhibitoire, est le ton général du livre. Etant habitué aux livres de vulgarisation écrits par des historiens, j'ai compris avec ce livre ce que voulait dire un "livre de journaliste". Ce ne sont pas des idées construites sur un schéma que l'on essaye de soutenir ou de réfuter, mais un reportage où le nom des chercheurs est plus important que ce qu'ils ont à dire.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 16 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par A.L TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 25 février 2010
Je commence à être un peu gavé par le nombre de livres abandonnés par lassitude. Il semble que certains auteurs fassent de la longueur de leurs démonstrations un gage de validité. 1491 est de ces livres au menu prometteur mais dont le plat nous est servi après maintes entrées, entremets et amuse-gueules, nous laissant dans l'attente fébrile du plat de résistance. En conclusion nous nous égarons et distraits par toutes ces circonvolutions nous ratons la démonstration tant différée. Pourtant et sans doute contre son gré, l'auteur nous ouvre, avec une insistance agaçante d'ailleurs, un regard sur le monde scientifique, vous savez cette élite sociale qui se reconnaît par ses noms composés sensés rappeler à l'honorable miroir corporatif qu'un vénérable ancêtre a fait partie du clan familial.

L'image que nous donne donc l'auteur sur ce milieu scientifique est celle d'un sectarisme qui privilégie la pérennité des écoles de pensées de leurs maîtres et de tout l'aréopage qui en vit au dépens de ce qui est la simple recherche de la vérité. C'est ce genre d'attitude qui a poussé l'église catholique à refuser que la terre tourne autour du soleil, considérer le zéro comme une œuvre hérétique, bruler Jordano Bruno et j'en passe en masse. C'est cette même déviance qui fait valider les thèses créationniste par des pseudo-scientifiques ou encore qui vient prêter main forte à l'eugénisme ou au simple racisme qui refuse jusqu'à l'idée même d'une domination autre que celle de la race blanche.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Charles C. Mann fait ici le point sur les dernières théories, très controversées, sur les civilisations précolombiennes. Les hypothèses à prendre sont ici les plus hautes : l'Amérique était le continent le plus peuplé du monde avant la découverte et le choc microbien. Ses différents peuples ont mis en place des techniques élaborées pour aménager leur environnement : ils ont créé le maïs à partir d'une mauvaise herbe, enrichi des régions entières de la forêt amazonienne pour la rendre hospitalière, contrôlé la croissance des forêts d'Amérique du Nord, maintenu les Grandes Plaines pour élever les bisons, et parsemé les deux continents de constructions gigantesques. Le tableau est fascinant.
Je ne peux que reprocher à ce livre des faiblesses de forme. Les chapitres commencent par un court récit relatant l'expérience personnelle de l'auteur ou des savants ayant fait les découvertes. Je n'y ai trouvé aucun intérêt, et ces récits me font plus penser aux commentaires d'un touriste se prenant pour Indiana Jones, en s'extasiant sur la taille des tiques au Yucatan. Je déplore aussi les jugements de valeurs qui parsèment le texte, et qui semblent destinés à combattre les préjugés supposés du lecteur : les Indiens n'avaient pas la roue ? Mais nos ancêtres n'avaient pas la charrue, ce qui est pire... Il est dommage que l'auteur aborde sans ordre apparents différents peuples et époques : j'ai souvent eu du mal à m'y retrouver.
Lire la suite ›
1 commentaire 23 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents

Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : christophe colomb

Rechercher des articles similaires par rubrique