Cliquez ici Cliquez ici Des centaines d'ebooks inclus dans Amazon Prime Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_markdown cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



TEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 5 mai 2013
Now What?! (qu'on adaptera en français par "Et maintenant?!"), il y a dans ce titre quelque chose de vieux mecs qui se demandent à quoi bon revenir encore, refaire des chansons nouvelles encore, partir en tournée encore... Et puis il y a le plaisir, c'est le moteur même si on peut comprendre qu'il ait des ratés, pensez, à cet âge... Et puis, sans mentir, Deep Purple depuis Bananas (sans Jon Lord, sans Ritchie Blackmore), ce n'est plus vraiment Deep Purple... Sauf qu'il y a le plaisir (bis) qu'ils prennent à continuer de créer et, nous, à les écouter dans l'exercice.

Plaisir en dents de scie, énorme sur un Purpendicular (encore avec Lord !) plein d'allant et de fraicheur, album d'un groupe libéré de la présence tyranique et l'influence néfaste d'un exceptionnel instrumentiste. Suivit la chute, un Abandon, pour le coup bien nommé, qui peinait à transformer l'essai, un Bananas (dé-LORDisé donc) qui sonnait comme la production de vieux messieurs en rupture de courant... On les croyait perdu. Rapture Of The Deep renouait avec une imagination plus fertile, un essort plus fécond mais ce n'était pas encore tout à fait ça. Pour tout dire, les qualités de l'album (qui étaient nombreuses) ne parvenaient pas à contrebalancer les lourdeurs, les fautes de goût et une production un poil terne.

Now What?! 2013, Deep Purple revient avec la même formation que celles de ses deux précédents opus, hommage John Lord évidemment (This album is dedicated to Jon Lord. Souls, having touched, are forever entwined... Classe.), ça se fait quand on est bien élevé, et passe à autre chose. Autre chose ? Comme s'ils en étaient capables ! Non, le collectif Deep Purple fait ce qu'on attend de lui, ce qu'on sait qu'il est encore capable de faire : du Deep Purple. Soit une musique élégante, bien produite (Bob Ezrin aux manettes, excusez du peu !) mais aucunement surprenante. Il est vrai que, finalement, on n'aurait pas voulu autre chose que ce hard rock à l'ancienne qui est la marque de fabrique de la formation et leur va si bien qu'on ne rêve jamais d'une révolution, juste d'inspiration, quelle que soit la formation en activité.

C'est un petit jeu qui peut vite devenir casse-binette surtout quand on a tout fait, tout exploré dans un genre certes riche mais pas extensible à l'infini, même quand on est Deep Purple... surtout quand on est Deep Purple même. Mais comme ces vieux messieurs encore frais sont malins comme de vieux singes, qu'ils ont pris le temps, et n'ont que la pression qu'ils se mettent eux-mêmes, fatalement, il y a quelques machins bien sentis, quelques relectures du genre auxquelles on aurait pas forcément pensé, une rouerie épatante, en définitive.

Si on détaille un peu la tracklist et en sort son plus substantiel matériau, on évoquera forcément un Simple Song qui nous cueille à froid, que c'en est beau comme le plus "proggoplanant" d'un Iron Maiden (c'est un compliment !) avec, en sus, la patte mélodique et la voix d'or d'un Gillan encore bien en gorge (... à son grand âge !). Et pas si simple que ça, la song, avec son "mi-cuit" de hard rock, que je te balance mon baladin léger avant de t'attaquer le conduit auditif à coup de burin dans un franc décollage de mi-chemin, comme un rappel de qui est Deep Purple et de ce que sait faire le groupe... parce qu'ils savent faire et qu'un Morse en forme vaut bien un More caractériel, fut-il "black" !
Dans la dizaine de titres (plus la bonus track) qui suivent, on notera bien entendu d'autres belles performances à commencer par Weirdistan (piste 2) digne successeur d'un Perfect Strangers passé à la postérité mais qui n'a pas à rougir de la comparaison, surtout près de 30 ans après ! Hell to Pay, rocker plus enlevé avec son refrain qu'on imagine bien repris en caeur par des audiences à la pilosité crânienne contrariée lors de la prochaine tournée du quintet et sa partie solo Ritchie-compatible. Un peu plus loin, plus léger aussi, on rencontre un Blood from a Stone au ton bluesy/jazzy du plus bel effet ou un long Uncommon Man (7 minutes) incluant quelques jolies acrobaties de Steve Morse avant de développer en un mid-tempo progressif qui atteint sa cible sans coup férir. Last but not least, dernière morceau de l'album dans son édition classique (sans bonus, donc), arrive Vincent Price avec Deep Purple à son plus "heavy théâtral", tellement qu'on se dit qu'on tient là, sans doute, la meilleure chanson (perdue) de Born Again, seul album de Black Sabbath ou Ian Gillan posa sa voix.
Tout n'est pas du même bois, évidemment, mais rien ne déçoit vraiment, ne semble avoir été rajouté ici pour rallonger la sauce. Certes, on pourra trouver le single d'avant album, All the Time in the World, un peu mollasson si mélodiquement efficace, ou trouver un Out of Hand ou un Après Vous un poil convenus avec une formation presque en pilote automatique dans un genre d'exercice qu'il n'a que trop pratiqué... Quoiqu'à la réfection, Après Vous (avec un Don Airey dans tous ses états !) est plutôt très réussi...

Fi de vains atermoiements !, la qualité l'emporte largement, c'est bien l'essentiel et l'opportunité de louer les qualités et la longévité d'un groupe irremplaçable, d'une vieille barbe qui porte encore beau et réussit à nous surprendre par un dynamisme et une joie de jouer qu'on n'attendait pas forcément. On a, par contre, quelque mal à visualiser la place que prendra l'album, ô combien dérivatif, dans la grande histoire du groupe mais on l'imagine bien se glisser aux côtés d'un Purpendicular (auquel What Now?! est musicalement comparable) ou d'un Come Taste the Band dans la catégorie des succès inattendus... Carrément !

Et maintenant ?! Vivement la suite !
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 6 juin 2013
n'attendez pas un "smoke on the water"ou un child in time" voir un "lazy"! non rien de tout cela dans ce nouvel opus de deep purple.....cet album ressemble un peu à l'album "perfect stranger" sorti au milieu des années 80 et par certain coté à l'album "fireball"! de plus grâce ,ou avec l'aide de l'orgue de don airey, ou retrouve quelques réminiscences des albums d 'emerson lake & palmer....il est sur que deep purple ne sera plus jamais le groupe de hard rock des années 70, mais contrairement à beaucoup de leurs condisciples, ils continuent de sortir des "galettes" que l'on a plaisir à écouter.des trois derniers albums sortis depuis une décennie, ce n'est certes pas le meilleur, mais lorsque l'on écoute un morceau comme "it'll be me" on se dit qu'ils ont toujours la fougue de leur vingt ans!
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 27 novembre 2014
Qui l'eut cru ? Purple nous a tellement habitué à ne sortir que des disques qualitativement bien en dessous des canons qui furent les leurs dans les 70's qu'on a failli accueillir celui-là d'un haussement d'épaules. On aurait tort de le snober car ô miracle on tient bien ici un nouveau chef d'oeuvre. Du rock vintage remis au goût du jour sans une once de nostalgie affublé d'une production imparable signée par un maître des studios: Bob Erzin (Alice Cooper, Pink Floyd, Lou Reed, Kiss, Deftones…)
|0Commentaire|Signaler un abus
le 24 septembre 2014
Now what ? Bein un nouvel album de bonne facture.
Ca faisait un moment que DP n'avaient pas fait un album aussi bon et c'est donc un plaisir à l'écoute.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 22 mai 2013
Une bien trop longue attente, très justement justifiée finalement.

Deep Purple c'est avant tout un souvenir. Mais un souvenir des plus présents. Il est bon de rappeler aux nouveaux fans de rock, que les dinosaures du rock ont toujours autant de talents et de plaisirs à jouer.

Après bien des années sur la route, le retour au studio est tout simplement majestueux, et nous envois en balade.

Vous avez aimé bananas, vous avez aimé Rapture of the Deep, foncer sur Now What.
Vous avez détesté les albums de cette formation, ne passez pas votre chemin, Now What peut vous faire changer d'avis.
Et si vous voulez simplement réécouter du Deep Purple, Now What est fait pour vous.

Et comme le disait mon père, un bon album s'écoute plusieurs fois avant d'être jugeable.

J'attends le prochain pour dans 8 ans, et la prochaine date de tournée avec impatience.

Information is not knowledge. Knowledge is not wisdom. Wisdom is not truth. Truth is not beauty. Beauty is not love. Love is not music. Music is the best. Frank Zappa
6 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 4 juin 2013
Après 45 ans de carrière, DP fait partie des survivants, mais pas des dinosaures, et le prouve haut la main avec ce surprenant Now What qui serait un peu son Black Ice (AC/DC, bien sûr...) à lui : force, inspiration, technique, feeling, tout est là. Je n'avais pas été emballé plus que ça par ses derniers disques, notamment Rapture of the Deep, trop jam et moins studio. D'autant plus que le quintet avoue sans vergogne rester un team live plutôt qu'un rat des studios : la performance est donc réelle. les titres sont clairs, les mélodies impeccables, la production du légendaire Bob Ezrin énorme et sans tâche et cerise sur le gâteau : l'ensemble garde ce coté jam groovy qui a toujours fait l'essence du groupe. Un grand disque, ils peuvent en être fier !
5 personnes ont trouvé cela utile
|44 commentaires|Signaler un abus
le 7 mai 2013
Album très varié,avec une inclination hard prog qui rappelle Fireball....Bonne référence.Le son est superbe,Bob Ezrin ayant fait un superbe travail..et a parfaitement capté l'ame du Pourpre Profond....
Les compositions tiennent la route comme Weirdistan et son coté orientalisant et épique ou bien encore Body line presque funky...Don Airey est le digne successeur de Jon Lord...Les autres musiciens assurant comme d'habitude....
Pour Steve Morse,on pourra toujours rejouer la querelle des Anciens et des modernes...Il n'y a plus les fulgurances de l'ombrageux Richie...Mais,le guitariste americain a apporté de la stabilité et de la sérénité au groupe...
Bref,un album homogène aux climats variés qui reouvre en plus les charts au groupe dont je suis fan depuis 1973..Bien sur,il n'y a pas la fougue des débuts....Mais le combo est toujours vivant...
Seul Bemol:l'absence d'une cavalcade échevelée à la Highway Star.....La teneur generale de l'album étant au mid tempo...
3 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 16 mai 2013
Et voilà un retour de Deep Purple sur album (pas vraiment un retour, vu qu'ils n'arrêtent presque pas leurs tournées de concert!) mais bien une nouvelle surprise!
Mélange de sons des premières années du groupe, une rage maîtrisée mais toujours présente et surtout une énergie nouvelle qui nous fait voyager dans de nombreux univers musicaux d'une chanson à l'autre!
Deep Purple a toujours un nouveau tour dans son sac! En espérant que ce sac soit sans fond...

Et pour compléter le tout, (dans un autre domaine), le pressage du LP est de bonne qualité ce qui offre une qualité d'écoute exceptionnelle!
10 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 22 mai 2013
J avoue que j avais tout de même de l appréhension en attendant la sortie de ce nouvel album. Un purpendicular brillant et inspiré, un abandon un peu moins brillant mais inspiré tout de même, un bananas très très moyen avec un son très très moyen, un rapture of the deep très inégal. Mais avec toujours de la pêche en concert, morceaux délivrés avec de la maîtrise. Au final, peut être pas un album qui restera dans les annales. Mais, beaucoup beaucoup de bons morceaux, très bonnes intro, très bons solos, d ambiances différentes. Un très bon son, chaque musicien ayant sa mise en valeur , dont la basse de Glover. Si cela devait être le dernier album studio de deep purple, et on peut le supposer, on peut dire qu ils finissent en beauté! Car, si l inspiration pourrait être meilleure, ce qu on ressent a l écoute de cet album, c est: la maîtrise, l envie de se faire plaisir, les ambiances musicales diverses issues des origines de chacun, le parfum de l improvisation des concerts. Rajouter a ça un plan com qui ressemble a quelque chose et nous tiens en haleine, un vrai clip ( Vincent price, comparé au clip de sometimes i feel like screaming, rien a voir!), des images, des vidéos, des interviews, vous obtenez un fan au comble de son fanatisme! Donc, bravo messieurs, chapeau bas. Je suis encore surpris, étonné, abasourdi par cet opus, par cette production. Si des morceaux moyens de précédents albums se révélaient en concert; a n en pas douter, ceux ci seront monstrueusement efficaces! Donc, vivement le live!
3 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 22 janvier 2014
Il y a bien longtemps qu'il n'y a plus de fumée sur les eaux du Lac Léman, à Montreux. Plus de 40 après, DEEP PURPLE nous gratifie d'un nouvel album judicieusement intitulé Now What?! Ce CD fait la part belle à l'orgue en hommage à Jon Lord, membre originel, décédé le 16/07/2012 et à qui cet album est dédié. En évitant les aigus, et usant de quelques effets, la voix de Ian Gillan surmonte bien les épreuves du temps. L'album est groovy à souhait, bluesy par moment. Don Airey, aux claviers, est omniprésent sur des morceaux comme "Bodyline", "Above and Beyond" alors que Steve Morse impose sa signature avec un jeu de guitare plaintif sur "Blood from a Stone" et "Uncommon Man". "Above and Beyond" se démarque aussi par son air martial et pompeux, alors que le titre "Vincent Price" nous déroute, ayant du mal à identifier DEEP PURPLE, titre qui sonne résolument moderne, dans la pure veine Metal témoignant de la capacité de notre dinosaure à s'imposer encore aujourd'hui. Un trés bel album qui confirme que le nom de DEEP PURPLE est bien gravé dans le marbre, un maitre de l'anthologie du Hard Rock qui continue à résonner au son de l'orgue Hammond, participant à sa marque de fabrique . DEEP PURPLE souvent imité mais jamais égalé.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici