EUR 30,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Numérisation du patrimoin... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Numérisation du patrimoine: Quelles médiations ? quels accès ? quelles cultures ? Broché – 21 août 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 30,00
EUR 30,00 EUR 56,21
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Numérisation du patrimoine: Quelles médiations ? quels accès ? quelles cultures ?
  • +
  • Vers un nouvel archiviste numérique
Prix total: EUR 52,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction de Bernadette Dufrêne

Numérisation du patrimoine : quelles médiations ? quels accès ? quelles cultures ?

La numérisation du patrimoine est dans un premier temps apparue comme une opération technique de reproduction d'abord de documents imprimés puis d'oeuvres d'art. En ce sens, dès 1992, la BnF a commencé à numériser des documents. L'apparition de Gallica date de 1997. Au fur et à mesure que la technique se perfectionnait, intégrant de nouveaux usages, et que son utilisation prenait de l'ampleur, les enjeux de la numérisation commencèrent à se dessiner : enjeux d'accessibilité et de diffusion d'abord puis, sous le coup de l'annonce de l'engagement du moteur de recherche Google en 2004 dans la numérisation des fonds de bibliothèques publiques et de l'arrivée du web 2.0 en 20052, enjeux de politiques culturelles et nouvelles formes de socialisation de l'information. Entrant dans l'ère du numérique, le patrimoine, quelle qu'en soit la nature, qu'il s'agisse du patrimoine écrit des bibliothèques, du patrimoine matériel des musées, ou encore du patrimoine immatériel voyait son statut se transformer : un des effets majeurs de la numérisation est d'en faire un objet informationnel, trivial, dont la circulation nécessite une indexation voire des traductions, et autorise des adaptations.
C'est dans un contexte bien particulier, celui de la polémique qu'avaient suscitée, d'une part, l'accord de la Bibliothèque municipale de Lyon avec Google, d'autre part, les prises de contact engagées entre Google et la BnF qu'est née l'idée de journées d'études portant sur le thème «numérisation du patrimoine et moteurs de recherche». Il nous a semblé alors intéressant d'aller au-delà de ces polémiques, de sérier les problèmes que la crise révélait : notre hypothèse était que ces problèmes ne relevaient pas seulement d'une conjoncture particulière mais qu'ils étaient liés à des mutations culturelles profondes dont en 2009 on n'avait pas encore saisi tous les effets. Les mutations étaient la numérisation du patrimoine engagée dès le début des années quatre-vingt-dix mais à petite échelle par des institutions comme la BnF et le développement des moteurs de recherche et notamment de Google. On peut déplorer - comme le fait d'ailleurs Jean-Yves Mollier - que les pouvoirs publics préférant investir dans le projet de la «Très Grande Bibliothèque» n'aient pas alors pris la mesure des changements qui s'annonçaient et aient laissé le champ libre à des entreprises privées qui, selon des modalités différentes - le fameux algorithme de Google ne doit pas faire oublier l'entreprise de Yahoo -, se sont saisies des patrimoines et d'abord du patrimoine écrit : alors que le projet Gutenberg, dont l'objectif était de mettre à disposition des internautes des oeuvres du domaine public, n'avait pas provoqué de mouvement de rejet, les grands moteurs de recherche et notamment Google ont produit une histoire mouvementée ; avec leur intervention, la numérisation prend en effet une toute autre dimension : il ne s'agit pas seulement de reproduire des documents libres de droit mais aussi des ouvrages sous droits, des collections appartenant à des institutions patrimoniales, et encore de les diffuser et de les indexer à une échelle qui est celle des grandes industries culturelles dans un système où la gratuité apparente vise à capter des marchés à court et à moyen terme. Il y a donc plusieurs raisons aux résistances qu'on a pu voir se développer.

Présentation de l'éditeur

Préface de Bruno Racine, Président de la BnF Alors que nous avons pris l'habitude d'accéder en un clic à presque n'importe quelle oeuvre du patrimoine « matériel ou immatériel », la numérisation pose au moins trois questions : celle des accès, celle des médiations et celle de la culture informationnelle. Accès : la généralisation de l'offre rendue possible par la numérisation et la mise en réseau sur le web se heurte aux questions de propriété. À qui doit appartenir le patrimoine numérisé : aux États ou aux entreprises qui investissent parfois à échelle industrielle ? Comment concilier le droit d'auteur avec la logique de diffusion dans l'intérêt général ? Quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle forme d'économie culturelle ? Médiations : comment, à la faveur de la numérisation du patrimoine, le regard que nous portons sur les oeuvres est-il construit ? Que devient la notion de collection ? Quels sont les dispositifs d'accompagnement ou de participation ? Quelles sont les nouvelles pratiques professionnelles induites par la numérisation du patrimoine ? Cultures numériques : comment caractériser les cultures informationnelles (information litteracy), les compétences qu'elles nécessitent en matière de lecture et de recherche d'information, les normes et les filtres qui sont mis en place ? Tels sont les sujets issus des réflexions partagées lors du cycle de quatre journées d'études à la BnF « Institutions culturelles et nouvelles formes de médiation (2009-2010) ». Le lecteur, spécialiste ou simple usager, y trouvera, nous l'espérons, quelques balises utiles pour naviguer à l'ère du patrimoine numérisé.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoile


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?