Acheter d'occasion
EUR 38,00
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par musikdrehscheibe
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: LP catno: 465800 1. 1989. vinyl: very good +, cover: very good dutch pressing.
En Stock. Expédié sous 24h d'Allemagne .Emballage soigné. On parle français
2 d'occasion à partir de EUR 38,00
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Oh Mercy [Import anglais] Import

4.6 étoiles sur 5 12 commentaires client

2 d'occasion à partir de EUR 38,00
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bob Dylan


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Album vinyle (15 septembre 1989)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Sony Music Média
  • ASIN : B00005LVBO
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Description du produit

Critique

Indirectement, c’est au chanteur Bono qu’on doit la résurrection de Bob Dylan avec l’inespéré Oh Mercy  son meilleur album des années 80. C’est en effet le chanteur de U2 qui lui recommande de faire appel au producteur et auteur-compositeur canadien Daniel Lanois, un assistant de Brian Eno qui fit des miracles sur l’album The Joshua Tree, succès planétaire. La rencontre a lieu lors de l’enregistrement de l’album Yellow Moon des Neville Brothers, le fameux groupe de funk « cajun » de La Nouvelle-Orleans. Bob Dylan assiste aux séances et écoute avec attention deux reprises de ses standards « With God On Your Side » et « Ballad of Hollis Brown ». La voix d’Art Neville, les arrangements vaporeux et envoûtants le convainquent définitivement que Daniel Lanois peut être l’orfèvre idéal pour capter ses nouvelles compositions.

L’enregistrement est fixé en février 1989 dans un manoir victorien avec l’équipe des musiciens de Yellow Moon. Après une période tendue où Dylan teste la patience de Lanois et des musiciens, la fusion opère. La musique est dépouillée, enveloppante avec des accents planants. La plupart des morceaux sont mis en boîte la nuit, baignant l’album d’une atmosphère flottante et cotonneuse.

Les morceaux rocks « Political World » et « Everything is Broken » (tous deux sortis en simples) sont enthousiasmants. Le premier est dans une veine dénonciatrice signe fréquent chez Dylan d’un élan retrouvé. Même si le texte paraît au départ assez simple, « Political World » dévoile des vers moins évidents et plus mystérieux comme si la dénonciation se teintait ici de désillusion. « Everything is Broken », au départ une chanson d’amour, se transforme en attaque contre un monde bruyant et décomposé. Le texte très sombre est contrebalancé par un rythme swinguant teinté de rockabilly.

Toutefois, les morceaux les plus bouleversants sont les cinq ballades « Ring Them Bells », « The Man In The Long Black Coat », « What Good I Am ? », « Disease Of Conceit », et « Most Of The Time ».

 Si « Ring Them Bells », mélopée au piano juste nimbée d’une guitare, rappelle par instants « Chimes Of Feedom » de 64, « The Man In The Long Black Coat » est un  requiem macabre sur un amour perdu chanté d’une voix lente et enrouée. Pour amplifier l’ambiance glaçante du titre, des criquets enregistrés la nuit par Daniel Lanois furent rajoutés. On y parle de foi vacillante, de fantômes et de culpabilité. Quelques touches de dobro jouées par le producteur amènent un feeling blues faisant de ce morceau l’un des plus beaux du répertoire de Dylan.

L’autre joyau de l’album « Most Of The Time » est un tour de force du chanteur. Chaque couplet se finit par l’expression « Most of time » et l’on ne comprend que couplet après couplet que le narrateur, délaissé par sa bien aimée, nie farouchement la douleur de sa perte en montrant qu’il tient parfaitement le choc. Tout le texte doit être lu en devinant l’inverse de ce qui est écrit. La musique est comme saisie par un « chaloupement » lancinant qui accentue la tristesse des vers.

Bob Dylan questionne aussi son rapport au public sur « What Was It You Wanted » où l’auteur est face à un fan dont il ne perçoit pas les intentions. Porté par une basse serpentine et un tempo obsédant, le titre est à sa façon une tentative réussie de « reggae » cajun à la Neville Brothers.

Oh Mercy  est la preuve éclatante que Bob Dylan, quand il est guidé par un producteur doué et attentionné, peut délivrer de belles chansons sans parodier ses anciens classiques. La collaboration entre Bob Dylan et Daniel Lanois sera reconduite en 1997 sur le tout aussi beau Time Out Of Mind.

François Bellion - Copyright 2017 Music Story


Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
5
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 12 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 3 juillet 2017
Format: CD
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
50 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 4 novembre 2011
Format: CD
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2006
Format: CD
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Vous voulez voir plus de commentaires sur cet article ?

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique