• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Pétronille a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par kizbi fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Stocké, emballé et expédié par Amazon.fr! De plus, Amazon assure le service client et traite les retours clients. Ne prenez pas de risque, choisissez un spécialiste et commandez en toute confiance avec Kizbi!
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Pétronille Broché – 20 août 2014

3.6 étoiles sur 5 98 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 16,50
EUR 16,50 EUR 1,16
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Pétronille
  • +
  • La nostalgie heureuse
  • +
  • Barbe bleue
Prix total: EUR 38,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

L'ivresse ne s'improvise pas. Elle relève de l'art, qui exige don et souci. Boire au hasard ne mène nulle part.
Si la première cuite est si souvent miraculeuse, c'est uniquement grâce à la fameuse chance du débutant : par définition, elle ne se reproduira pas.
Pendant des années, j'ai bu comme tout le monde, au gré des soirées, des choses plus ou moins fortes, dans l'espoir d'atteindre la griserie qui aurait rendu l'existence acceptable : la gueule de bois a été mon principal résultat. Je n'ai pourtant jamais cessé de soupçonner qu'il y avait un meilleur parti à tirer de cette quête.
Mon tempérament expérimental a pris le dessus. À l'exemple des chamans amazoniens qui s'infligent des diètes cruelles avant de mâchouiller une plante inconnue dans le but d'en découvrir les pouvoirs, j'ai eu recours à la technique d'investigation la plus vieille du monde : j'ai jeûné. L'ascèse est un moyen instinctif de créer en soi le vide indispensable à la découverte scientifique.
Rien ne me désole plus que ces gens qui, au moment de goûter un grand vin, exigent de «manger un truc» : c'est une insulte à la nourriture et plus encore à la boisson. «Sinon, je deviens pompette», bredouillent-ils, aggravant leur cas. J'ai envie de leur suggérer d'éviter de regarder de jolies filles : ils risqueraient d'être charmés.
Boire en voulant éviter l'ivresse est aussi déshonorant que d'écouter de la musique sacrée en se protégeant contre le sentiment du sublime.
Donc, j'ai jeûné. Et j'ai rompu le jeûne avec un veuve-clicquot. L'idée était de commencer par un bon Champagne, la Veuve ne constituait pas un mauvais choix.
Pourquoi du Champagne ? Parce que son ivresse ne ressemble à nulle autre. Chaque alcool possède une force de frappe particulière ; le Champagne est l'un des seuls à ne pas susciter de métaphore grossière. Il élève l'âme vers ce que dut être la condition de gentilhomme à l'époque où ce beau mot avait du sens. Il rend gracieux, à la fois léger et profond, désintéressé, il exalte l'amour et confère de l'élégance à la perte de celui-ci. Pour ces motifs, j'avais pensé qu'on pouvait tirer de cet élixir un parti encore meilleur.
Dès la première gorgée, j'ai su que j'avais raison : jamais le Champagne n'avait été à ce point exquis. Les trente-six heures de jeûne avaient affûté mes papilles gustatives qui décelaient les moindres saveurs de l'alliage et tressaillaient d'une volupté neuve, d'abord virtuose, bientôt brillante, enfin transie.
J'ai continué courageusement à boire et, à mesure que je vidais la bouteille, j'ai senti que l'expérience changeait de nature : ce que j'atteignais méritait moins le nom d'ivresse que ce que l'on appelle, dans la pompe scientifique d'aujourd'hui, un «état augmenté de conscience». Un chaman aurait qualifié cela de transe, un toxicomane aurait parlé de trip. J'ai commencé à avoir des visions.

Revue de presse

« Une histoire d amitié où le réel et l imaginaire se mêlent avec élégance, un sens aigu de l autodérision... on rit beaucoup tout au long de ce trépidant roman. » --L Express

« Avec cette diable de Pétronille, Amélie Nothomb offre à ses lecteurs un personnage fascinant... Une cuvée des plus pétillantes, légère en bouche mais piquante à souhait, de celles qu on aime à savourer à grandes lampées. Jusqu à l ivresse ? » --Lire

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Médias liés

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par ebolavir TOP 1000 COMMENTATEURS le 20 août 2014
Format: Format Kindle Achat vérifié
François Mauriac, à quelqu'un qui lui demandait pourquoi il n'écrivait plus de romans, avait répondu :" Oh, j'ai un bon gaufrier, je pourrais continuer de faire ma gaufre tous les ans. " L'année dernière, en lisant "La Nostalgie heureuse", qui se passe en entier dans le monde réel d'une écrivaine installée qui fait honnêtement son travail, en empruntant le parfum de ses livres déjà lus à l'usage des lecteurs fidèles, je me disais qu'elle allait arrêter. Il y en a un autre cette année. Lisons. En commençant celui-ci, j'ai salué le champagne venu du Fait du Prince. Puis la dure vie de l'écrivain au service des ventes de son éditeur comme dans La Nostalgie. Et des personnages qui traversent la page pour ouvrir le chemin au Personnage, complice ou adversaire, avec qui l'auteur dialoguera, et qui l'envahira jusqu'à la destruction finale. Donc tous les composants de la nomenclature d'une machine littéraire signée Amélie Nothomb sont en place. Et, oui, ça fonctionne. J'ai lu jusqu'au bout, j'étais dans le monde d'Amélie et pas à l'ombre de mon kiosque chinois du Jardin du Peuple.

Un avertissement au lecteur qui aime que ça se passe dans la vraie vie: tous les détails sont là, y compris la nécessité de faire pipi entre deux voitures quand on a trop bu du champagne en oubliant les toilettes du bistrot avant de partir, et une biographie aux dates rigoureuses, mais c'est pour mieux le tromper, rien ni personne de ceux qu'il croisera n'a la moindre chance d'exister ailleurs.

Donc j'ai passé une heure et demie délicieuse dans ce livre parce que j'avais lu tout Amélie Nothomb avant. Celui qui n'avait rien lu avant y trouvera un autre charme (ou pas, comment pourrais-je le savoir ?). Il faut l'acheter et le lire.
Remarque sur ce commentaire 27 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Les romans d'Amélie Nothomb se divisent en trois catégories: les romans imaginaires, dans un univers complètement irréel, avec des personnages fictifs.
Les romans autobiographiques, dans lesquels elle raconte des tranches de sa vie, le plus souvent au Japon.

Et finalement,un mélange des deux, les romans où elle se met elle-même en scène en compagnie d'un autre personnage, fictif celui-là, qui l'entraînera dans un univers dont elle n'avait absolument pas conscience. Un être qui la fascinera, l'obsédera, et qui la changera pour toujours, voire même qui la poussera à sa perte.
Jusqu'à présent, on n'avait vu que deux romans de ce genre: «Péplum» et «Une forme de vie». «Pétronille» vient s'ajouter à ces deux livres.
Cette Pétronille en question est insupportable, jamais contente, chieuse parfois. Pourtant, elle est attachante, avec sa liberté, son goût du risque, son en-tête, son caractère explosif (à plusieurs reprises, je me suis même reconnue en elle).Avec elle, Amélie Nothomb et le lecteur partent dans un monde complètement déjanté où tout semble possible ( depuis le skiage en buvant une bouteille de champagne jusqu'à une traversée du Sahara en un an). D'ailleurs, le passage des sports d'hiver est assez marrant.
Un bon roman en somme, mais si ce n'est peut-être pas le meilleur d'Amélie Nothomb. Frais, déjanté, il nous transporte ailleurs. j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture. Puisse Amélie nous surprendre encore une fois de cette manière l'année prochaine, et celle d'après, et toutes les autres...si bien sûr elle arrive à sortir des eaux...mais je n'en dis pas plus.
Remarque sur ce commentaire 27 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle
Le Nothomb de la rentrée c'est un peu comme le Beaujolais-Village, on a beau avoir eu mal à la tête l'année précédente, le matraquage publicitaire est tel qu'on replonge...

Bien sûr après on regrette. Forcément...

C'est toujours les mêmes recettes:

- des prénoms à la mords moi le noeud. On avait eu droit à Pannonique, Zdena, Saturnine, Zoïle et Astrolabe voilà Pétronille.
- une histoire courte et simple... pourquoi se casser le c... ?
- de gros caractères
- une photo de l'auteure avec son chapeau sur la couv... on ne vend pas un livre mais un Nothomb
- un plan média serré avec apparition en gothique sur tous les plateaux en chapeau, genre Veyrat vantant ses plantes alpestres.
- un humour que je qualifierais de daté pour être gentil
- pas vraiment de style ni de message. On évite la prise de tête.

Je dois reconnaître une qualité à Amélie Nothomb, celle du marketing. Elle s'est starisée et a compris que son public n'avait pas la capacité d'aller au delà de 200 pages écrit gros. Une nouvelle en somme...

Ses lecteurs achètent le bouquin comme chaque année je renouvelle ma carte intégrale... Un réflexe. J'ai plus de rancoeur envers les médias qui nous servent ce mauvais picrate chaque année sans prendre la peine d'aller chercher les grands crus qui doivent se trouver dans le reste de la production littéraire.

L'histoire me direz vous ? Benh Amélie rencontre une lectrice androgyne amatrice de Champagne et se lie d'amitié avec elle. Elles font des virées et picolent. Le ski, Londres... Voilà voili voilou...

Economisez vos 16.50 EUR et payez vous plutôt une bouteille de Champagne. C'est plus enivrant et ça fait moins mal à la tête.
7 commentaires 45 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?