Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Painkiller Edition limitée, Import

4.8 étoiles sur 5 28 commentaires client

Livres pour enfants Livres pour enfants

Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Judas Priest



Détails sur le produit

  • Album vinyle (15 octobre 2010)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Edition limitée, Import
  • Label: Phd Vinyl
  • ASIN : B0033G9NT2
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5 28 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 101.122 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Descriptions du produit

Réedition culte.

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Deux ans après un RAM IT DOWN (1988), pas exceptionnel mais disposant malgré tout de quelques morceaux émérites. Le traitre catholique réapparait enfin et assez vite en plus sur le devant de la scène avec d'une part un nouveau batteur SCOTT TRAVIS (RAZER X, ex: FIGHT, ex: HAWK, ex: THE SCREAM) et d'autre avec un douzième album: PAINKILLER. A la première écoute de l'époque (1990), la claque est instantanée avec un JUDAS PRIEST méchamment heavy, ultra-technique, épique (NIGHT CRAWLER, A TOUCH OF EVIL, BATTLE HYMN/ONE SHOT AT GLORY), vous écrasant le crane avec de nombreux hit (PAINKILLER, NIGHT CRAWLER, LEATHER REBEL, HELL PATROL (à l'intro MAIDENIEN), A TOUCH OF EVIL (aux couleurs ZEPPELINNIENE), ONE SHOT AT GLORY, ALL GUNS BLAZING) aujourd'hui inoubliables. L'apport musclé de SCOTT TRAVIS (PAINKILLER, LEATHER REBEL) fèdére le groupe sur la puissance sonore, mais sans oublier les mélodies (HELL PATROL, LEATHER REBEL) et soli somptueux (METAL MELTDOWN) de la paire redoutable de guitares héros K.K DOWING/GLEN TPTON (BETWEEN THE HAMMER AND THE ANVIL, ONE SHOT AT GLORY,). Quant à notre ROB HALFORD, il n'a jamais été aussi tranchant et hargneux (METAL MELTDOWN) tout en gardant son timbre unique et hyper complet (A TOUCH OF EVIL), une performance rarement égaler jusqu'à ce jour (2016). Ce terrifiant opus est la quintessence absolu du heavy métal, son paroxysme, sa pyramide, aucune faute, aucuns faux pas, aucune faille ne s'en dégage. Ici tout est question de folie, de rage, de technique, de compos gravées dans la mémoire et le granit du métal.Lire la suite ›
2 commentaires 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Blaster of Muppets TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 23 avril 2013
Format: CD
Judas Priest, pas n'importe lequel des groupes britanniques de heavy metal vous en conviendrez, avait deux ou trois petites choses à se faire pardonner à l'aube des années 90. Rien de bien méchant mais l'orientation aseptisée d'un Turbo destiné à séduire le public américain ainsi que le pseudo-retour à une musique plus heavy avec l'inégal Ram It Down n'ont pas convaincu tout le monde. Certes, ces deux albums ont des qualités mais, admettons-le, ils peinent à soutenir la comparaison avec des classiques tels que British Steel, Screaming For Vengeance ou Defenders Of The Faith. Alors, en 1990, comme pour annoncer le début d'une nouvelle ère pour le groupe, Judas Priest sortit un album monstrueux auquel personne ne s'attendait : le puissant, le rageur, l'incroyable Painkiller ! Résolument différent de ses prédecesseurs et bien plus musclé que n'importe lequel des albums du groupe, Painkiller en cloua plus d'un sur place et affirma avec véhémence toute la pertinence du Priest, un combo qui évolue avec son temps et qui compte bien trouver sa place dans un monde où le thrash est apparu et s'est bien développé depuis quelques années.

Encore une fois, Judas Priest prend des risques. C'est une habitude, contrairement à certaines formations peu enclines à l'expérimentation qui sortent inlassablement le même album, le quintet anglais se remet en question et incorpore régulièrement de nouveaux éléments dans sa musique. Parfois ça marche, parfois ça casse.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Painkiller est selon moi, l'album de Heavy Metal par excellence à l'instar de Number Of The Beast d'Iron Maiden. Le Death se construit dans la fin 80, les Priest et Maiden n'ont plus rien a prouver et se préparent a sombrer dans l'oubli, laissant la place a ce nouveau genre brutal. Toutefois, les Priest jouissent de la vie éternelle, et cette fois, ils ne choisissent pas de combattre la nouvelle mode a contre courant, ils vont y aller dans un domaine inconnu ou ils ne sont pas les maîtres... pas pour longtemps. Grande réussite, loin d'être un album de Death, Painkiller n'est pas non plus un bete album d'Heavy-Speed Metal. La réussite de cet album réside dans l'inspiration des morceaux et dans la technique, et non pas dans la violence mais dans l'intensité et la surpuissance. Le Metal God qu'est Rob Halford se lache dans des chants aigus et surpuissant, nous prouvant qu'il a une superbe pallette dans sa voix : la mécanique aigues et violente de Painkiller, le dramatisme de Hell Patrol, les cris et grognement morbide de Metal Meltdown, le sombre et froid de Night Crawler, le militaire et carré de l'hymne One Shot At Glory et même la sensualité du morceau chaud qu'est A Touch Of Evil (meilleur riff de l'histoire du Metal, et pourtant d'une simplicité!).

On a rarement vu autant d'intensité dans un album de Heavy Metal. Les deux guitaristes les plus sous estimés de la planete Metal nous rappellent également qu'ils sont non seulement le tandem de guitaristes le plus jouissif de l'histoire, mais qu'ils sont aussi loin d'être manche, se testant dans des riffs complexe et au combien inspiré !
Lire la suite ›
4 commentaires 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?