Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 12,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Narration Audible Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de la narration Audible pour ce livre Kindle.
En savoir plus
Publicité sur l'appli Kindle

Pas pleurer Format Kindle

3.3 étoiles sur 5 99 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 12,99

Longueur : 268 pages Composition améliorée: Activé

Descriptions du produit

Amazon.fr

ATTENTION: Le site montre deux images du produit, Vous pouvez recevoir l'un des deux. Nous vous remercions pour votre compréhension.

Présentation de l'éditeur

PRIX GONCOURT 2014
Deux voix entrelacées. Celle, révoltée, de Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les Nationaux avec la bénédiction de l’Église contre « les mauvais pauvres ». Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours enchantés de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, des jours qui comptèrent parmi les plus intenses de sa vie.Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent et qui font apparaître l’art romanesque de Lydie Salvayre dans toute sa force, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, porté par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée. Lydie Salvayre a obtenu le prix Hermès du Premier roman pour La Déclaration, le prix Novembre (aujourd’hui Prix Décembre) pour La Compagnie des Spectres et le prix François Billetdoux pour BW. Ses livres sont traduits dans une vingtaine de langues. Certains ont fait l’objet d’adaptations théâtrales.

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 587 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 268 pages
  • Editeur : Seuil (21 août 2014)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00L99MIH4
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.3 étoiles sur 5 99 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°12.338 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


click to open popover

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Lydie Salvayre n’avait jamais éprouvé le besoin ni le désir de se consacrer aux souvenirs maternels de la guerre civile espagnole. Jusqu’au jour où cela lui est devenu une nécessité impérieuse. Pour aborder ce sujet, elle confronte d’un côté cette parenthèse libertaire qui fut pour Montse, la mère de la narratrice, un pur enchantement, et de l’autre côté les récits de Georges Bernanos, témoin direct de la répression des nationaux franquistes à Palma de Majorque. Il est tellement épouvanté par ce qu’il observe qu’il fuit l’Espagne tout en s'attelant à l'écriture de son récit Les Grands Cimetières sous la lune, dans lequel il dénoncera « cette saloperie des hommes lorsque le fanatisme les tient et les enrage jusqu’à les amener aux pires abjections ».

Afin de ne pas s’égarer entre les récits de Bernanos et la mémoire défaillante de sa mère, qui soixante-quinze ans après les événements, est pleine de méandres et de trous, Lydie Salvayre consulte également quelques livres d’histoire pour reconstituer le plus précisément possible l’enchaînement des faits.

Deux voix entrelacées donc, celle horrifiée de Bernanos et celle éclatante de joie solaire de Montse, pour qui l’arrivée dans la ville catalane aux mains des milices libertaires fut la plus grande émotion de sa vie.
Lire la suite ›
2 commentaires 49 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jean-marie lambert TOP 500 COMMENTATEURS le 26 août 2014
Format: Broché
La mère de la narratrice confie à celle-ci sa jeunesse dans un petit village catalan,et sa libération au cours du bel été de la révolution espagnole:l'été 36 sera pour Montse une parenthèse libertaire et enchantée dans sa vie.En contrepoint,l'auteur nous retrace l'indignation de Bernanos devant les exactions des "nationaux" à Majorque,crimes bénis par l'Eglise Catholique.
Lydie Salvayre est l'un des rares écrivains à garder intacte une roborative capacité d'indignation devant le pharisaîsme et la violence sociale;servie par un style concentré et percutant,son récit ne se laisse pas abandonner en chemin même si,une fois n'est pas coutume,l'on peut lui reprocher un certain schématisme.Diego et Josep sont des caricatures de stalinien et d'anarchiste:le rouquin complexé et bourgeois assoiffé d'ordre s'oppose,bien sûr,à l'impulsif roi de cour d'école qui veut la propriété collective des terres.La fin de Josep est un peu téléguidée...et de parlons pas de la nuit d'amour de Montse avec "André",écrivain français à la mèche...
Dommage,car le portrait de Montse est très réussi,et son vocabulaire truffé d'espagnolismes est savoureux.Livre attachant,tonique,et salutaire,recommandé donc malgré ses quelques défauts.
2 commentaires 56 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle
Les critiques fréquentes et justifiées des lecteurs sont les suivants :
- L’intégration de phrases entières en Castillan sans traduction peut en rebuter plus d’un; en revanche, les nombreux hispanicismes sont plutôt amusants.
- L’absence de ponctuation dans les dialogues, une lubie germano-pratine, sera perçue par les puristes (dont je suis) comme une offense à la langue française.
Cela dit, le témoignage de Montse, la mère de l’auteure est à la fois captivant et fidèle à de l’Histoire vécue avec ses tripes. Montse, une modeste fille de paysans catalans, se voit obligée d’épouser le fils du grand propriétaire du lieu, après une nuit d’amour à Barcelone avec un séduisant Français des Brigades Internationales (censé être André Malraux). Inutile de dire que cette aventure aura laissé des traces des plus tangibles.
Montse se retrouve donc prisonnière de cette famille aisée, malheureuse au début, mais son sort va s’améliorer, car son mari l’aime vraiment et son beau-père, une homme froid et distant va lui manifester une amitié inattendue. La guerre civile est omniprésente, avec ses absurdités, ses paradoxes, ses partis-pris et ses massacres fratricides des deux bords.
L’auteure cite abondamment Bernanos, une grande âme chrétienne écœurée par la servilité de son Eglise vis-à-vis de la dictature de Franco.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Retour en pleine forme de Lydie Salvayre après une passade moyenne! je craignais de lire un Goncourt, car trop souvent ça sonne faux...mais là le sujet, La guerre d'Espagne, avec un angle d'approche très original, m'intéressait. La guerre civile espagnole par des historiens qui se veulent spécialistes, très souvent c'est éreintant! entre le Poum, les phalanges, les républicains...rapidement cela donne une soupe indigeste! alors que là l'auteur nous montre toute la stupidité et l'horreur de cette guerre civile, qui a changé l'Espagne à jamais....alors pourquoi pas 4 étoiles ou plus? trop de phrases en espagnol: ne parlant pas cette langue, et l'auteur n'ayant pas cru nécessaire de faire des notes de traduction, à la longue, c'est pénible....même avec Reverso.....Si L.Salvayre visait le Cervantes, elle avait qu'à écrire tout son bouquin en espagnol et le publier à Madrid....le parrallèle avec Bernanos est très pertinent (à la mode en ce moment Bernanos)...par contre je comprends pas pourquoi l'auteure s'intéresse aussi précisément à Manacor (sur l'ile de Majorque)? c'est une toute petite ville de l'archipel majorquin et pour ceux qui s'intéresse au tennis, c'est la ville de Rafael Nadal, l'immense champion espagnol de tennis....est ce pour ça que la narratrice nous dit qu'elle regarde avec sa mère un match entre Nadal et Federer? j'ai pas compris ce que cela venait faire là....mais bon.
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients