• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Pierre Beghin : L'homme d... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par annelivres
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Excellent etat.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Pierre Beghin : L'homme de tête Broché – 13 mai 2014

4.4 étoiles sur 5 5 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 25,00
EUR 23,74 EUR 17,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Pierre Beghin : L'homme de tête
  • +
  • Erhard Loretan : Une vie suspendue
Prix total: EUR 49,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Extrait du prologue

FACE SUD DE L'ANNAPURNA

Cinq mois d'enquête, de rencontres fortes, émouvantes parfois, aux quatre coins du pays avec tous ceux qui ont côtoyé Pierre Beghin, des kilos de documents entassés sur mon bureau... L'écriture de cette biographie commence à peine lorsque surgit, en cette mi-octobre 2013, comme par enchantement, la nouvelle : l'itinéraire inachevé de Pierre Beghin en face sud de l'Annapurna, celui où s'est terminé dramatiquement, le 11 octobre 1992, son parcours d'exception dans ce qu'il appelait le pays de «l'oxygène rare», vient d'être magistralement achevé par un homme seul, le Suisse Ueli Steck. Une ascension parfaite, ahurissante : un aller-retour non-stop de vingt-huit heures, de la base de la face au sommet, atteint en pleine nuit. Brutalement, vingt et un ans après sa disparition, le souvenir de Pierre Beghin remonte à la surface de la conscience collective pour quelques jours. Pour la première fois depuis bien longtemps, son nom émerge de l'oubli dans les médias nationaux, sur les ondes et dans la presse spécialisée.
Il aura donc fallu deux décennies pour que quelqu'un parvienne à parachever l'ultime tentative de l'himalayiste et scientifique grenoblois, alors accompagné de Jean-Christophe Lafaille : la directe de la face sud de l'Annapurna, sommet mythique de 8 091 mètres d'altitude, dans l'Himalaya du Népal, l'un des quatorze «8 000» de la planète. Une preuve de plus de l'extraordinaire talent et de la modernité de Pierre Beghin : l'himalayisme de haut niveau se joue donc aujourd'hui encore sur ses traces, au sens propre comme au sens figuré... Ueli Steck l'a confirmé à son retour de ce qu'il appelle «la voie des Français» à l'Annapurna Sud : «Beghin et Lafaille étaient mes idoles. J'étais comme imprégné de leur histoire.»
Le lieu même de l'exploit, l'Annapurna, n'est pas anodin. C'est là, en 1950, que Maurice Herzog et Louis Lachenal réussirent la première ascension, épique, d'un sommet de plus de 8 000 mètres, par son versant nord. Leur histoire, popularisée par le livre de Maurice Herzog, Annapurna premier 8 000, best-seller international, fait partie du patrimoine national et avait assuré à Maurice Herzog honneurs, postes ministériels, mandats électoraux et passage à la postérité. En 1970, la très raide face sud de l'Annapurna fut à son tour gravie par une expédition anglaise menée par Chris Bonington. Cette réalisation avait marqué l'entrée de l'himalayisme dans le haut niveau technique. Depuis, seules trois nouvelles voies avaient été ouvertes sur cette muraille, dans les années 1980, dont une seule en style dit «alpin», c'est-à-dire léger, sans assistance, en 1984.
C'est en tentant d'ajouter un cinquième itinéraire dans la face que Pierre Beghin, le plus expérimenté et le plus discret des himalayistes français, est mort en 1992, à l'âge de 41 ans. Avec lui, il y avait un jeune débutant en Himalaya, Jean-Christophe Lafaille. Ce dernier, disparu, depuis, en montagne après une carrière d'himalayiste d'exception, lors d'une tentative d'ascension hivernale en solitaire du Makalu, un autre 8 000, avait raconté son émotion lorsqu'il avait découvert la face sud de l'Annapurna en arrivant près du camp de base : «Immense, interminable. Trois kilomètres de haut et 12 de large. Trois fois la hauteur des plus hautes faces des Alpes. Un choc ! Une claque !» Les deux hommes avaient cependant réussi à atteindre l'altitude de 7 400 mètres au prix d'une escalade ardue, à l'aplomb direct du sommet central de l'Annapurna : Beghin, qui savait de quoi il parlait, avait confié à Lafaille «n'avoir jamais vu une paroi aussi raide et technique en Himalaya». Rattrapés par la tempête, ils avaient dû battre en retraite. C'est seul que Jean-Christophe Lafaille avait réussi à rejoindre le pied de la face, après la disparition de Pierre Beghin.

Présentation de l'éditeur

Lorsqu'il disparaît à 41 ans dans la face sud de l'Annapurna, à l'automne 1992, sous les yeux de son compagnon de cordée, le tout jeune Lafaille, Pierre Beghin est le plus important des himalayistes français. Pourtant, le grand public ne le connaît pas. Formé à la dure école de Fontainebleau et du Vercors, il accumule discrètement, dans les années 1970, les premières dans les grandes faces alpines, souvent en hiver, parfois en solo, des Grandes Jorasses à l'Ailefroide.

Dans les années 1980, devenu un ingénieur chercheur reconnu à international pour ses travaux sur les avalanches, il enchaîne les expéditions. Il est alors le chantre des expéditions légères et du style alpin, sur les traces de Messner. Ambitieux, élégant, novateur et doté d'une éthique rigoureuse, il ne s'attaque en Himalaya qu'à des objectifs de grande classe, des faces vierges, inconnues, loin des voies normales et des médias.

Pierre Beghin sera le troisième homme à gravir un sommet de plus de 8000 mètres en solo, le Kangchenjunga, et réussira un autre solo ahurissant, le Makalu, par un itinéraire très ardu. Il donnera également son nom à plusieurs itinéraires majeurs sur les grands sommets himalayens, notamment au K2 et au Manaslu.

François Carrel. Il débute son parcours de journaliste à Bucarest puis à Paris avant de rejoindre en 2000 ses Alpes natales. Depuis Grenoble, il enchaîne reportages et enquêtes dans les Alpes et aux quatre coins du monde, avec une affection particulière pour l'Himalaya.
Il a régulièrement publié dans Libération, Montagnes Magazine, Alpes Magazine, GQ, La Montagne et Alpinisme, L'Équipe Mag, entre autres. Pierre Beghin, l'homme de tête est son premier livre.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 5 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Un très bon livre sur un alpiniste de grand talent disparu en 1992. Il ne s'agit pas d'une biographie complaisante qui dépeindrait un homme talentueux qui sortant des rangs parviendrait à se hisser au sommet. Non, c'est un tableau vivant d'un jeune homme fasciné par les montagnes qui a décidé de leur consacrer sa vie. Contrairement à d'autres grands alpinistes, il ne descendait pas d'une illustre famille de montagnard et n'était pas doté de qualités physiques surhumaines. En revanche, il possédait une détermination de fer qui lui permit de réaliser son rêve. Le prix payé a été fort : un taiseux aux relations humaines peu faciles, nous dit l'auteur.

François Carrel a réalisé un travail d'enquête intéressant en cherchant à décrire les différentes facettes de l'homme : l'étudiant en marge du système scolaire, le soutien de sa famille avec l'ombre du grand-père, le scientifique qui comme d'autres grands alpinistes (songeons à jean Couzy) a mené en parallèle carrière professionnelle et alpinisme de haut niveau. L'auteur évite les envolées lyriques et les descriptions trop techniques qui émaillent bien des biographies de montagnards.

Comme la précédente revue, on peut critiquer l'iconographie (cela reste un point faible de cette jeune maison d'édition) surtout dans le cas présent où pour financer ses expéditions, Beghin avait beaucoup misé sur le mot et l'image. Son dernier livre paru chez Didier Richard "Hautes Altitudes" en 1991 avait montré ses rares qualités de photographe et d'auteur. Donc oui, on aurait apprécié une mise en page et une iconographie plus en relation avec le bonhomme.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
En tant que fan de montagne, j'ai une admiration sans borne pour les hymalayistes, qui me font rever, me procurant des emotions geniales a travers le recit de leurs exploits. Je reste cependant tres rationelle par rapport a ce que leurs aventures impliquent quant a leur personalite, avec une compassion et une vraie ampathie pour ce que doivent subir leurs familles et leurs proches au quotidien. Le livre m'a cramponne, desarconne, remue... Je l'ai adore et il m'a tenu jusqu'au bout, mais je l'ai aussi trouve brutal. Il colle a une realite que j'avais - malgre moi - quand meme idealisee. A propos de Pierre Beghin: Ce livre ne m'a pas permis d' apprecier l'homme. Ca ne change en rien les exploits incroyables qu'il a fait. Mais qu'il ait des excuses ou pas, de par son enfance, son education ou quoi que ce soit d'autre, j'ai recu l'image d'un homme dur, egoiste, froid comme ces montagnes qu'il escalade, centre sur lui meme, se mettant en dehors du monde, et 'supportant' que les personnes qui sont pretes a gravite autour de lui a ses conditions. Ne me comprenez pas mal: Ce n'est en rien un jugement, seulement un ressenti: Je n'ai pas aime cette homme a travers ce livre.
Enfin bref, pour parler du livre lui meme.
Ce que j'ai trouve de positif:
- Realiste. Les bons mots pour transcrire parfaitement des emotions justes.
- Pas d'appitoiement. Les faits sont les faits, le lecteur est libre du jugement qu'ils portent sur les evenements et sur les personnes.
- La description des montagnes et des courses permet vraiment d'y etre, comme si on etait dans un film.
- Les quelques passages sur l'impact de l'hymalayisme sur les locaux et la pollution que ca entraine.
Lire la suite ›
2 commentaires Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par L. Pierre TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 14 juin 2014
Format: Broché
Ce livre très complet est consacré à l’un des alpinistes français majeurs de la fin du XX° siècle.
Abondamment documenté, il retrace l’évolution de ce jeune parisien, qui, tout en ayant réalisé de brillantes études scientifiques, est progressivement happé par sa passion pour la montagne, et qui, en quelques années, va révolutionner la pratique de l’alpinisme de haut niveau en France, en réalisant tout d’abord des voies difficiles et quelques premières dans les Alpes, puis, à partir de 1979, en Himalaya qui deviendra son principal terrain d'aventure jusqu’à sa disparition en automne 1992…
Le livre montre comment ce grand alpiniste, très exigeant envers lui-même (et donc avec les autres), est arrivé progressivement à envisager les ascensions des 8000m en style alpin et sans oxygène, inspirant ainsi toute une génération de jeunes alpinistes hexagonaux (même si curieusement notre pays n’est pas à la pointe dans l’himalayisme de pointe). Les ascensions, relativement peu connues du grand public, que cet éternel perfectionniste a réalisé sur ces lointains sommets restent, pour certaines, des réalisations de référence en himalayisme.
Le principal reproche concernant cet ouvrage concerne la faiblesse de l’iconographie, ce qui est un comble, car l’auteur nous apprend que ce touche-à–tout de génie était un photographe de haute montagne d’exception (pour s’en convaincre, il suffit de consulter son dernier livre "Hautes Altitudes, Voyage dans l’oxygène rare", paru en décembre 1991 chez Didier Richard).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?