Acheter d'occasion
EUR 4,00
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Playing in The Dark Broché – 28 mai 1993

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !

4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 3,99

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Extrait de la préface :

Il y a quelques années, en 1983, je crois, j'ai lu les Mots pour le dire de Marie Cardinal. Plus que l'enthousiasme de la personne qui m'a conseillé ce livre, c'est son titre qui m'a persuadée : cinq mots pris à Boileau qui décrivent clairement tout le programme et l'ambition d'un romancier. Pourtant Cardinal n'avait pas projeté une fiction; il s'agissait de documenter sa folie, sa thérapie et le processus complexe de la guérison dans une langue aussi exacte et évocatrice que possible afin de rendre accessible à autrui son expérience et ce qu'elle en avait elle-même com­pris. Un genre de récit où la vie semble venir se mouler surgit de façon saisissante dans certaines sortes de psychanalyses, et Cardinal a réussi de manière idéale à restituer l'«histoire profonde» de sa vie. Elle a écrit plusieurs livres, remporté le Prix International, enseigné la philosophie, et au cours de son voyage vers la guérison, elle recon­naît qu'elle a toujours eu l'intention de le mettre par écrit.
C'est un livre fascinant, et bien qu'au début j'aie trouvé suspecte cette classification de «roman autobiographique», la justesse de cette appellation devient vite apparente. Il a la forme que prennent le plus souvent les romans, avec des scènes, des dialogues organisés et situés de façon à satisfaire les exigences narratives convention­nelles. Il y a des retours en arrière, des passages descriptifs bien placés, des révélations au bon moment. Il est clair que les préoccupations de l'auteur, ses stratégies et ses efforts pour ordonner le chaos sont familiers aux romanciers.
Dès le début une question m'a paru se faire insistante : quand précisément l'auteur a-t-elle su qu'elle avait un problème ? Quel a été le moment narratif, la scène spéculaire et même spectacu­laire l'ayant convaincue qu'elle risquait de s'ef­fondrer ? C'est au bout d'à peine quarante pages qu'elle décrit ce moment, sa «première rencontre avec la Chose».

«Ma première crise d'angoisse a débuté au cours d'un concert d'Armstrong. J'avais entre dix-neuf et vingt ans. (...)
Armstrong allait improviser avec sa trom­pette, il allait construire toute une musique où chaque note serait importante, aurait en soi une valeur nécessaire à l'ensemble de cette nuit musicale. Je n'ai pas été déçue; l'ambiance a chauffé très vite. Une belle construction a commencé de s'élever. Les échafaudages et les arcs-boutants des instruments du jazz étayaient la trompette d'Armstrong, lui ménageaient les espaces adéquats pour qu'elle monte, s'installe et reparte. Les sons qui sortaient de l'instrument se tassaient par moments les uns contre les autres, s'emmêlaient, se bousculaient pour former une assise musicale, une sorte de matrice de laquelle naissait une note précise, unique, dont le chemin sonore était presque douloureux à suivre tant son équilibre et sa durée étaient devenus indispensables ; elle arrachait les nerfs de ceux qui l'avaient suivie.
Mon coeur s'est mis à battre très vite et très fort. Tant et tant qu'il est devenu plus important que la musique. Il secouait les barreaux de ma cage thoracique, il gonflait, comprimant mes poumons dans lesquels l'air ne pouvait plus entrer. Et, prise de panique à l'idée de mourir là, dans ces hurlements de la foule, je me suis sauvée. J'ai couru dans la rue, comme une folle.»

Je me souviens d'avoir souri en lisant ces lignes, en partie par admiration pour un souvenir si net, si présent, de la musique, en partie à cause de ce qui a surgi dans mon esprit : que diable Louis jouait-il donc ce soir-là ? Qu'y avait-il dans cette musique pour jeter à la rue cette jeune fille sensible et à bout de souffle, où elle est frappée par la beauté et les ravages d'un camélia «d'as­pect svelte mais déchiré intérieurement» ?
L'énoncé de cet incident a été crucial pour le déclenchement de sa thérapie, mais l'imagerie qui a catalysé cette crise d'anxiété reste inaperçue par elle-même, par son analyste et par l'éminent docteur Bruno Bettelheim, qui a écrit la préface et la postface. Aucun ne s'intéresse à ce qui a enflammé cette violente appréhension de la mort («Je vais mourir !» c'est ce qu'elle pense et qu'elle crie), d'une force physique incontrôlée («Mais rien ne pouvait apaiser mon coeur et je courais toujours»), aussi bien que cette fuite étrange devant le génie de l'improvisation, de l'ordre sublime, de l'équilibre, de l'illusion d'une permanence. La «note précise, unique, dont le chemin sonore était presque douloureux à suivre tant son équilibre et sa durée étaient devenus indispensa­bles ; elle arrachait les nerfs de ceux qui l'avaient suivie» (les italiques sont de moi). Equilibre et durée insupportables; stabilité et permanence martyrisantes. Voilà de merveilleux tropes pour la maladie qui détruisait la vie de Cardinal. Un récital d'Edith Piaf ou une oeuvre de Dvorak auraient-ils eu le même effet ? --Ce texte fait référence à l'édition Poche.

Présentation de l'éditeur

Toni Morrison donna, à l'université Harvard, une série de conférences sur le roman américain, qui sont à l'origine de Playing in the dark. En analysant le rôle du personnage noir, et la place qui lui est réservée dans les œuvres de Melville, Twain, Willa Cather, Poe, Hemingway..., Toni Morrison apporte un éclairage nouveau et très personnel sur la fiction américaine, et, plus généralement, sur la manière dont s'est constituée, au fil de l'histoire littéraire, l'identité blanche américaine. Elle reste ainsi, selon Neewsweek, le dernier écrivain classique américain dans la tradition qui va de Poe à Faulkner.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 18 octobre 2016
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2011
Format: Poche
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : creme solaire 50

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?