Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Pourquoi les crises reviennent toujours Poche – 1 mars 2012

3.4 étoiles sur 5 9 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 8,15
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 31,45 EUR 11,08

Il y a une édition plus récente de cet article:


Livres scolaires, manuels scolaires Livres scolaires, manuels scolaires

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Amazon.fr

Comment l'Asie du sud-est, dont les extraordinaires performances économiques des deux dernières décennies suscitaient une admiration unanime, a-t-elle pu sombrer en 1997 dans la plus grave crise financière de la fin du XXe siècle ? Doit-on en déduire que nulle région du monde n'est à l'abri de ce type de crise et que les dépressions économiques sont inhérentes au fonctionnement du capitalisme à l'échelle mondiale ? C'est à ces deux grandes questions que Paul Krugman, professeur réputé pour ses travaux en économie internationale, tente de répondre en livrant son interprétation à rebours des préjugés et des explications simplistes.

Nul exposé purement théorique, nul jargon abscons ne vient ici obscurcir le raisonnement et seules des notions fondamentales d'économie sont nécessaires pour comprendre ces analyses fines et détaillées. Les exemples concrets et l'humour accompagnent les développements les plus sérieux par le biais de paraboles amusantes, voire insolites. Ainsi, l'analyse du fonctionnement d'une coopérative de baby-sitting, mise en place par de jeunes couples travaillant au Congrès américain dans les années soixante-dix, lui permet d'éclairer nombre de causes majeures des grandes crises économiques ! Nous avons affaire à une pensée profonde, alerte et divertissante, ce qui n'est pas si courant dans le champ économique. --Arnaud Stephanopoli --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Revue de presse

La mémoire courte
L'économie aurait-elle la mémoire courte ? Les crises qu'elle subit ont souvent les mêmes causes et les mêmes effets, connus, analysés, disséqués, ce qui ne les empêche pas de revenir régulièrement. C'est en tout cas la thèse de Paul Krugman, professeur d'économie au Massachusetts Institute of Technology, qui, comme Keynes dans les années 30, souligne la récurrence des crises, en dépit de toutes les expériences passées. Mais, pas plus que son prédécesseur, il ne parvient à situer la date du retour de la crise. Il décèle cependant aujourd'hui tous les signes de l'" économie de la dépression ". " Le risque le plus imminent, avec le retour de l'économie de la dépression, est évidemment la possibilité de propagation du malaise [...].

Même si les dommages restent circonscrits, des risques plus subtils pour les progrès économiques subsistent : en règle générale, les marchés concurrentiels, avec tous les avantages qu'ils apportent, ont peu de chances de survivre dans un monde où la demande insuffisante constitue une constante menace. " La principale menace que décèle Krugman : un outil industriel mondial surdimensionné par rapport à la demande potentielle. Un des remèdes qu'il préconise : s'assurer, alors que tout va bien, que l'inflation ne chute pas trop. Un taux minimal de 2 % lui semble raisonnable. --Gérard Négréanu-- -- La Vie Financière

Les traitements anti-dépression du Pr Krugman
Revenant sur la crise asiatique, le célèbre économiste américain en tire des enseignements utiles pour soigner une rechute. Au cas où...

Le dernier livre de Paul Krugman, le plus médiatique des économistes américains, arrive sans doute un peu trop tard... ou un peu trop tôt. Il est en effet sorti début 1999 aux Etats-Unis, dans une période où l'économie internationale était particulièrement chahutée. Mais la traduction française ne paraît qu'aujourd'hui, alors que la croissance mondiale bat son plein... Cela explique sans doute que le titre de l'édition française ait été modifié : The Return of Depression Economics (" Le retour de l'économie de dépression ") est devenu Pourquoi les crises reviennent toujours.

Peut-être aurait-il été préférable d'attendre la prochaine crise pour le publier en l'actualisant... La nervosité croissante des Bourses pourrait laisser penser que ce moment n'est plus très loin. Mais le lecteur resterait probablement sur sa faim. Car autant les réflexions sur la crise asiatique de 1997-1998 sont intéressantes, autant les questions prospectives sur la bulle financière et les déséquilibres financiers mondiaux ne sont qu'effleurées.

L'économie de la dépression a réapparu, estime Paul Krugman, " à savoir les problèmes spécifiques qui ont marqué la majeure partie de l'économie mondiale pendant les années 30 " (singulier constat alors que la planète semble au contraire survitaminée...) Face à la menace de dépression, il n'y a qu'une seule réponse : tout faire pour maintenir la demande à un niveau suffisant - ce que ni le Fonds monétaire international ni les autorités japonaises n'ont su faire pendant la crise. Cela peut conduire à accepter un peu plus d'inflation, à instaurer provisoirement un contrôle des changes et des capitaux, ou à mettre en place de nouveaux coupe-feu face aux fonds spéculatifs qui " ont réinventé les conditions des paniques bancaires traditionnelles ".

Si la bulle boursière éclatait demain aux Etats-Unis, la règle serait simple : abaisser les taux d'intérêt le plus possible. Le Pr Krugman a manifestement toute confiance dans le banquier Alan Greenspan, qui ne commettra pas la même erreur que les Japonais, et " garde l'esprit serein pour ce qui est des difficultés des pays développés ". --Laurence Ville-- -- L'Expansion --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Paul Krugman passe en revue toutes les crises économiques des 2 dernières décennies pour démontrer en quoi elles préfiguraient peu ou prou celle que nous traversons. Sans jamais les amalgamer, il décrit bien les dysfonctionnements qui y ont mené, en tenant à chaque fois des particularismes locaux. Certes, on y retrouve plus ou moins chaque fois les mêmes ingrédients, des mouvements spéculatifs de ci de là et à plus ou moins grande échelle, du moutonisme de la part des marchés, de la bulle immobilière tout le temps, des erreurs de gestion de la part des responsables politiques nationaux et du FMI, mais le trait commun reste l’orthodoxie budgétaire, une peur ontologique de l’inflation empêchant toute relance de l’activité par des capitaux frais. En passant, il claque leur beignet à tous les économistes qui avaient proclamé la fin des cycles économiques. La macroéconomie était devenue une sciences exacte. Pourtant, Paul Krugman reste néo-keynesien assez classique, un hétérodoxe molasson. Certes, il analyse bien la coresponsabilité d’un système financier prompt à une panique qu’il crée et auto-alimente et d’institutions bloquées dans leur certitude monétariste (avec une lucidité tout de même essentiellement rétrospective). Secoueur de cocotier ma non troppo, il reste assez évasif sur les moyens à mettre en œuvre. Un ouvrage qui présente cependant l’immense mérite d’être bien écrit (et traduit) et pédagogique.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
P. Krugman réédite encore une fois un exploit de traiter, avec brio, d'un sujet quelque peu oublié, depuis les années de forte croissance : celui du retour du cycle économique . Ici pas de développement mathématique complexe ni d'approche théorique dogmatique mais une remise en cause permanente de nos "pensées uniques" . La bonne vulgarisation qui nous fait si souvent défaut auprès de nos étudiants . Quel plaisir ce doit être d'avoir P. Krugman comme professeur !
Remarque sur ce commentaire 22 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
c'est un bon document sur les crises répétitives qui secouent le monde. Mais ça reste toujours un point de vue personnel de l'auteur. L'auteur n'explique pas directement l'origine de la crise.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Les lecteurs qui connaissent Krugman retrouveront ici son image favorite : la crèche parentale des Sweeney’s.

Dans la crèche, les parents peuvent échanger une heure de garde d’enfant aujourd’hui contre une heure de garde d’enfant plus tard. C’est tout ; et c’est déjà quelque chose. Lorsque les parents (« pour des raisons dans lesquelles il n’est pas nécessaire d’entrer ici ») décident de thésauriser des tickets, l’économie de la crèche part en vrille. Ils offrent plus de gardes aujourd’hui pour pouvoir confier leurs enfants à la crèche plus tard, malheureusement il n’y a pas assez de demande. Dans le cas de la crèche, les gérants décident d’imprimer plus de tickets, ce qui permet aux parents de les thésauriser jusqu’au point où ils offrent autant de services de garde qu’ils en demandent. On est sortis de la spirale déflationniste.

Mais dans la crise actuelle, un autre paramètre doit être pris en compte. Les taux sont à zéro et imprimer de la monnaie n’a plus d’effet sur la demande. Les parents veulent garder des enfants aujourd’hui et personne (eux-mêmes) n’a besoin de leurs services. Les tickets sont thésaurisés à l’infini sans pour autant rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande.

Comme tout modèle, celui-ci simplifie la réalité en faisant abstraction de certains paramètres. Il en retient un : la demande de tickets, c’est-à-dire la demande de monnaie, ou encore la « préférence pour liquidité ».
Lire la suite ›
2 commentaires 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
si "la dette odieuse" de Jason Manopoulos mérite un 19/20 , "pourquoi les crises..." mérite 7/20 . L'ouvrage manque sérieusement de clarté , voire sombre trop souvent dans une confusion qu'une sorte d'humour typement américain rend encore plus pénible à lire . Faites des économies : n'achetez plus de bouquins écrit par un prix de la banque de Suède en l'honneur d'Alfred Nobel. D'ailleurs , ils écrivent telleement de livres qu'ils n'ont même plus le temps de faire semblant d'étudier l'économie qu'il ne faut pas confondre avec le commerce .
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?