• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 13 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Pourquoi lire ? a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Bon marché et sécurisé. Articles d'occasion contrôlés.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Pourquoi lire ? Poche – 2 novembre 2011

Retrouvez toutes nos idées cadeaux Livres dans notre Boutique de Noël
3.5 étoiles sur 5 11 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,10
EUR 6,50 EUR 2,43
Fournitures diverses
"Veuillez réessayer"
EUR 13,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Pourquoi lire ?
  • +
  • Petite poucette
  • +
  • Les Grands Discours de l'histoire : De Moïse à George W. Bush
Prix total: EUR 21,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Apprendre à lire

Pourquoi je lis ? Je lis comme je marche, sans cloute. D'ailleurs, je lis en marchant. Si je vous racontais le nombre de rencontres que j'ai faites grâce à ça ! Plus d'un horodateur de Paris a été ému de m'entendre lui dire «pardon monsieur !» après que je m'étais cogné à lui en lisant un livre ou un autre. Au reste, ce n'est pas parce qu'on fait une chose aussi spontanément que marcher ou lire qu'il est inutile d'y réfléchir. La spontanéité ne légitime pas tout. Il y a des meurtres spontanés.

«Spontanément.» Dans un premier temps, j'avais écrit «naturellement». Or, la lecture n'est pas plus naturelle que la marche. C'est même un des actes les plus acquis qui soient. Difficile, parfois. Tout le monde n'apprend pas à lire avec facilité. Il serait intéressant d'enquêter là-dessus. Les grands lecteurs seraient-ils des gens qui ont appris à lire facilement ? Pour ma part, cela a été facile, et presque immédiat. On m'a fait répéter un B, A, BA pendant quelques jours et, soudain, tout s'est libéré. J'ai lu. Cela vient peut-être de ce que c'était tardif ; au cours préparatoire ; j'avais S ans. Je vivais dans l'indignation depuis un an. La plupart de mes amis avaient appris à lire en dernière année de maternelle. «Pourquoi ne m'apprend-on pas, à moi ?» demandais-je sans arrêt à mes parents embêtés. Ils n'avaient rien d'autre à me répondre que : «C'est la méthode de ton école. Il te faut attendre le cours préparatoire.» Et moi, montrant du doigt tout ce que je croisais d'écrit, affiches, panneaux, couvertures de magazines, je demandais : «Qu'est-ce qui est écrit ?» Il me semblait qu'on me faisait une grande injustice. Qu'on retardait mon entrée dans la compréhension du monde. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Mais pourquoi lire ? Charles Dantzig donne des tas de réponses. Pour se faire des amis, pour pouvoir dire qu'on a lu, pour se consoler (mais c'est faux, la lecture désespère), pour jouir de la lecture, pour se masturber, pour se contredire, pour garder la maîtrise du temps et rester jeune, etc. L'écrivain passe avec brio du sérieux à la malice, et il n'est jamais autant persuasif que lorsqu'il jongle avec les citations, les références, les vacheries et les paradoxes...
Bon, d'accord, mais pourquoi lire ? A la fin, Charles Dantzig crache le morceau : parce que "lire ne sert à rien". Ça ne sert à rien, mais c'est indispensable, c'est nécessaire, c'est vital, etc. Un jour, j'ai demandé à ma mère pourquoi il ne fallait pas mettre les coudes sur la table. Elle m'a répondu : "Parce que." Pourquoi lire ? Parce que. (Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 26 septembre 2010)

Au fond, depuis l'âge où il subissait la messe avec une «Chartreuse de Parme» planquée dans son «couvre-missel en cuir», lire est un acte de foi chez Dantzig. Ça lui est tombé dessus enfant, il ne s'en est pas remis. C'est un pascalien voluptueux, pour qui «lire est beaucoup plus intéressant que se distraire». Mais comme il sait que sa chapelle sera toujours minoritaire, il ne cherche pas à convertir. Il lui arrive d'être péremptoire, mais il ne prêche pas. C'est là qu'il est le plus subtil. (Grégoire Leménager - Le Nouvel Observateur du 21 octobre 2010)

Pourquoi lire ? A la question générique, Charles Dantzig répond avec autant d'humour que d'érudition, en soixante-quinze courts chapitres...
Au long de ce trajet de vie, où l'engagement politique et éthique a toute sa place, la lecture constitue un point fixe essentiel - notamment la lecture de romans. Parce que le livre est le lieu où se construit, se concrétise et se conserve la pensée, c'est-à-dire, tout ensemble, «la raison, la mémoire, le rêve et l'imagination». (Nathalie Crom - Télérama du 3 novembre 2010)

Pourquoi lire ? C'est le titre du nouvel essai de Charles Dantzig, l'homme qui pose les questions auxquelles on n'a pas pensé. Il y a quelques années, il avait surpris son monde avec A quoi servent les avions ? (éd. Les Belles Lettres), un recueil de poèmes. Il y répondait en partie, mais, là, il botte en touche. "Lire ne sert à rien. C'est bien pour cela que c'est une grande chose. Nous lisons parce que ça ne sert à rien" (p. 235). Le lecteur est bien avancé, dira-t-on. Mais ce n'est pas le problème. La saveur de ce petit traité est ailleurs, dans la manière qu'a Dantzig de ferrer le sujet, celle qui a fait la réputation de son Dictionnaire égoïste de la littérature française (2005)...
Charles Dantzig est le genre d'homme à ne pas suivre la direction qu'il a indiquée. Chauffeur de taxi, il se serait retrouvé sur la paille ; écrivain, il a de beaux jours devant lui...
Voilà pourquoi Dantzig est grand. Et drôle. Il a dû être jongleur dans une autre vie. (Emmanuel Hecht - L'Express, octobre 2010) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Idées cadeaux de Noël
Idées cadeaux pour les enfants, les passionnés de high-tech...et plus encore! Retrouvez notre sélection rien que pour vous.

Détails sur le produit


Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Veilleur TOP 500 COMMENTATEURS le 29 avril 2011
Format: Broché
Oui, pourquoi lire ? Pourquoi se lancer dans cette activité solitaire, égoïste, économiquement improductive, à l'heure où la société moderne réclame tout l'inverse ? Charles Dantzig ne donne pas de réponse et grand bien lui prend. Il donne juste son avis à travers de multiples chapitres tous plus intéressants les uns que les autres, brillants et énervants à la fois (ce qui est un peu le propre de l'auteur) mais à chaque fois en jonglant agréablement avec les mots. Charles Dantzig nous fait part de sa passion pour Balzac, Proust et Stendhal, de sa détestation de Céline et de tous les auteurs qui n'apporte que du chiffre d'affaires aux marchands de papier, de son amour de la littérature qui ne s'arrêtera pas avec le support papier du livre et continuera sous d'autres formes.

Alors lire ? "Lire ne sert à rien. C'est bien pour cela que c'est une grande chose. Nous lisons parce que ça ne sert à rien. Quand on pense qu'on peut réussir une carrière dans le CAC 40 sans jamais avoir rien lu de sa vie ! C'est pourquoi il faut être gentil envers les puissants qui lisent. Ils pourraient faire autre chose." Tout Dantzig est dans cet extrait : brillant et enjôleur, noir et cynique par bouffées. Loin du livre ennuyeux et plat sur la lecture (si, si, j'en ai lu), le livre de Charles Dantzig est proche du roman, de la confidence, de l'autobiographie. Je ne vais pas dire des "maximes", l'auteur les déteste !

Titres de quelques chapitres : lire pour ne pas laisser les cadavres reposer en paix, lire pour dépasser la moitié du livre, lire pour savoir que lire n'améliore pas, la lecture est un tatouage, lire pour rajeunir, ...
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Décevant. Très décevant même. Je m'attendais, en lisant la 4e de couverture et connaissant un peu la réputation de l'auteur, à une sorte d'essai assez sérieux sur la pratique de la lecture, ses enjeux, ses différentes formes, etc. Raté.

Tout d'abord, ce livre n'est pas mauvais, au sens où tel roman populaire pourrait l'être par le style, la syntaxe, les enjeux ou l'histoire. Non, ici, le problème est clairement l'auteur lui-même. Ayant une haute idée de sa personne et souhaitant apparemment mettre au clair certaines choses et régler son compte à certaines idées, sur 240 pages de textes, les bonnes idées se comptent sur les dix doigts de la main. Sur 240 pages...10 idées... Elles touchent souvent juste d'ailleurs, ces idées (voir autres commentaires : lecture active avec prise de note, moment où on lit, passivité, etc.).

Malheureusement, cela ne suffit pas à sauver le roman, embourbé dans des pages et des pages d'auto-complaisance envers son propre génie (aimer Proust, quelle audace !), ses goût meilleurs que les autres (Dan Brow, c'est pour les philistins), son élitisme (les audioguides dans les musées sont pour les jean-foutres), son cosmopolitisme/parfaite maîtrise des langues (j'étais hier à l'hôtel W au bord de la place X, je lisais Y en anglais et Z en allemand), ses jugements à l'emporte-pièce sans justifications (Céline, Debord), ses références constantes à une actualité triviale (Twilight, Sarkozy, iPad, le film 2012, etc. - sic), ses incessantes digressions (Duras, Galsworthy, etc.
Lire la suite ›
1 commentaire 16 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
C'est le premier livre que je lis de cet auteur, et j'en suis ravie. Je vais tenter d'expliquer les 4 étoiles que j'accorde à ce livre ; mais tout d'abord, merci à Johan Rivalland qui m'a donnée envie de découvrir ce volume.

Par où commencer?

Je vais faire comme lorsque j'étais enfant devant mon assiette, à savoir commencer parce que j'ai le moins aimé pour finir sur les moments de délices, de rires, de découverte.

LES MOINS :

1) Le défaut qui me semble le plus permanent, et qui à mon sens peut discréditer certains propos de l'auteur, c'est son parti pris, ou en tout cas sa "coloration" politique qui transparaît régulièrement tout au long des pages. Par moment, Charles Dantzig, met des bémols... parfois des dièses qui inscrivent trop le propos de l'auteur dans le contexte actuel... Ce qui à termes peut rendre sa réflexion surannée dans quelques temps. L'intemporalité de la réflexion assure la longévité des idées développées

2) la tendance de Dantzig à l'exagération , l'outrance, au manichéisme .... Est-ce son style, Je ne sais puisque je n'ai lu aucun livre de cet auteur. Est-ce un parti pris pour nous faire réagir ? Puisqu'il nous invite à le contester, par cette phrase :

"Contestez ce que lisez en ce moment"

Puisqu'il nous invite à le contester, alors j'y vais !!! Je livre 2 (seulement) de mes contestations.

- La première,concerne sa critique acerbe des biographies, et des lecteurs de biographie... jugement radical.
Lire la suite ›
6 commentaires 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?