• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
La Première Défaite a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Première Défaite Broché – 22 août 2012

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !

3.3 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 25,00
EUR 25,00 EUR 6,78
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Dans l'île Saint-Louis,
un an après qu'elle m'a quitté

Je ne veux pas me souvenir de ta peau d'amande. Je ne veux pas me souvenir du premier baiser. Je ne veux pas me souvenir de ton goût de mangue. Je ne veux pas me souvenir de la cour carrée. Je ne veux pas me souvenir des mille et une fois où je t'ai attendue dans le jardin du musée ; je ne veux pas me souvenir des mille et une fois où tu es arrivée. Je ne veux pas me souvenir de nos corps assoiffés, insatiables. Je ne veux pas me souvenir que nos corps n'étaient qu'un seul corps. Je ne veux pas me souvenir que je connaissais ta peau mieux que la mienne. Je ne veux pas me souvenir que je connaissais chaque recoin de tes coins. Je ne veux pas me souvenir de notre voracité. Je ne veux pas me souvenir que je ne t'ai pas mangée. Je ne veux pas me souvenir de Cetona. Je ne veux pas me souvenir de Rome. Je ne veux pas me souvenir de Venise. Je ne veux pas me souvenir de Patmos. Je ne veux pas me souvenir de Paris. Je ne veux pas me souvenir de nos promenades nocturnes. Je ne veux pas me souvenir des outrages que nous avons fait subir à la nuit. Je ne veux pas me souvenir de toi, flottant comme un nuage, dans le minuscule lit de la rue du Regard. Je ne veux pas me souvenir de ta chevelure d'ange. Je ne veux pas me souvenir de ta chevelure de démon. Je ne veux pas me souvenir de ta chemise de nuit en pilou à petits carreaux gris et bleus. Je ne veux pas me souvenir de la pluie de pétales de rose de la rue du Sommerard. Je ne veux pas me souvenir de tes yeux ni de ton sourire. Je ne veux pas me souvenir de ton cul. Je ne veux pas me souvenir des enfants que nous n'avons pas eus. Je ne veux pas me souvenir de ton regard qui savait me faire faire tout ce que ton corps désirait. Je ne veux pas me souvenir des mots, des milliers de mots alignés sur ta peau. Je ne veux pas me souvenir du lycée Fénelon. Je ne veux pas me souvenir de la via Margutta. Je ne veux pas me souvenir que je t'aimais ; je ne veux pas me souvenir que parfois, toi aussi tu m'aimais. Je ne veux pas me souvenir de notre innocence, je ne veux pas me souvenir de nos perversions. Je ne veux pas me souvenir de la lenteur extrême de tes caresses. Je ne veux pas me souvenir de la douceur extrême de tes fesses. Je ne veux pas me souvenir des rimes inutiles que j'ai couchées entre tes seins. Je ne veux pas me souvenir du sens de nos rêves. Je ne veux pas me souvenir de nos nuits insensées. Je ne veux pas. Je ne veux pas que mes mots, désormais, soient les esclaves de ton absence. Je ne veux pas que le silence, de nouveau, me contraigne à n'écrire que dans le deuil impossible d'une mort qui ne cesse jamais d'avoir lieu, d'une mort qui ne cesse jamais de mourir - et de ne pas mourir.

Je ne veux pas me souvenir. Je ne veux plus écrire.

Après que Philippine a décidé de la fin de notre amour, j'ai aimé Philippine pendant quatre ans. Pendant quatre ans, j'ai consacré chaque heure du jour et chaque heure de la nuit à une seule et unique activité : l'aimer - l'aimer sans qu'elle fût à mes côtés. Je l'ai aimée enfermé dans la solitude de mon studio de l'île Saint-Louis. Je l'ai aimée enfermé dans la nuit des quais de l'île Saint-Louis. Je l'ai aimée enfermé dans la mémoire et dans la folie. Je l'ai aimée éveillé. Je l'ai aimée endormi. Je l'ai aimée en rêve. Je l'ai aimée au crépuscule du jour. Je l'ai aimée au crépuscule de la nuit. Je l'ai aimée tant que j'ai pu. Je l'ai aimée au-delà de ce qu'elle pouvait. Je l'ai aimée en la suivant dans la rue, ombre de son ombre, pas de ses pas. Je l'ai aimée à distance, respectueuse et irrespectueuse. Je l'ai aimée pour survivre. (...)

Revue de presse

A travers une écriture luxuriante, un humour en trompe-l'oeil et une naïveté travaillée, il maîtrise à merveille son obsession du ressassement, son besoin de revivre l'absence comme «une nostalgie douce et glacée, couleur pralinée aux pignons». Proust reste toujours au coin de sa rue, et son Albertine/Philippine est un objet littéraire qui l'aide à construire son oeuvre, habitée par la conscience que la mémoire et l'oubli ne font qu'un. (Christine Ferniot - Télérama du 29 août 2012)

Comme tout tableau d'une époque décadente, «la Première Défaite» a l'apparence d'une histoire d'amour extrême. Philippine est partie et, pendant quatre ans, le narrateur la pleure. Une intrigue mince comme une feuille de papier à cigarettes, mais qui fait l'extraordinaire coup de force d'Amigorena : car, dès lors qu'un rien lui rappelle Philippine, c'est toute la réalité qui sera perçue sous le régime de la transfiguration. «De quelle couleur est la douleur ? Quel est le goût de la souffrance ? Quelle est la forme exacte du désespoir ? La surface de la peur est-elle rugueuse ou est-elle glissante, vertigineuse, comme celle de l'ennui ?»...
Car, si le mot «roman» est écrit sur la page de garde, «la Première Défaite» se présente comme une partie d'un ensemble incluant les romans déjà parus (sur son enfance et son adolescence) et ceux à venir. Ses tâtonnements de «graphomane» en seront le fil conducteur, avec insertion de ses tentatives de jeunesse, poésie, lettres, notes... A ce point de fusion entre l'oeuvre et l'écrivain, l'enjeu n'est plus la vérité que ressasse l'écriture, mais celle qui naît chez le lecteur. Et ici elle est grande. (Eric Aeschimann - Le Nouvel Observateur du 30 août 2012)

Santiago H. Amigorena poursuit sa formidable entreprise d'encyclopédie de lui-même, et sonde le deuil de l'amour et le manque de l'être aimé, dont seule l'écriture peut nous libérer...
L'écriture autobiographique n'est jamais pour Amigorena le prétexte romantique pour s'extraire du monde. Il reste toujours politique, car «la politique n'a pas d'autre horizon que l'utopie». Comme l'écriture, en somme. L'écriture comme acte politique puisque échafaudant une utopie, parce qu'étant elle-même utopie : la seule où l'on puisse se réconcilier avec soi-même et les autres, et même avec ce grand Autre éternellement problématique. La seule où l'on puisse, au fond, réaliser l'idéal de la politique, et cela que l'on soit l'auteur ou le lecteur du texte. C'est pourquoi on n'a plus qu'une envie : rester les captifs consentants, désirants et heureux des romans de Santiago H. Amigorena. (Nelly Kaprièlian - Les Inrocks, septembre 2012)

Délaissé par une jeune femme, le narrateur de La Première Défaite compose un traité du sentiment amoureux où l'élégance le dispute à l'humour. C'est un fleuve de mots et d'amour où l'on engage vivement à plonger sans tarder. Un livre de douleur et de souffrance, de larmes et d'encre. Un livre à nul autre pareil, tout en excès, en démesure. Dans la rentrée littéraire, rien ne ressemble au bouillonnement de La Première Défaite de Santiago H. Amigorena...
Traité du sentiment amoureux, prouesse narrative toute en ampleur et en ressassement, La Première Défaite montre un être intense qui écrit pour ne pas se suicider ou succomber à la démence. (Alexandre Fillon - Lire, septembre 2012)

Santiago Amigorena raconte sa " première défaite ", ou la naissance d'une vocation littéraire dans la déception sentimentale. Admirable...
Car, pour Santiago Amigorena, il ne s'agit pas, en revenant minutieusement sur cette époque, de se complaire dans le chagrin, de se pelotonner dedans comme on se roule dans le vêtement d'un être aimé et perdu. Il s'agit à la fois d'observer la manière dont une souffrance réelle se transforme " en un enjeu esthétique ou narcissique " et de restituer, au plus près de la vie, les sensations de ces quatre années - la " couleur " de la douleur, " le goût de la souffrance ", " la forme exacte du désespoir "... La phrase amigorenienne s'y emploie, qui ne recule devant aucun excès supposé, aucun imparfait du subjonctif. Enveloppante, elle s'étire comme un chat, de relatives proustiennes (forcément) en citations déguisées, de pics mélancoliques en adresses souriantes au lecteur, dans une langue riche et téméraire comme seule peut l'être, sans doute, celle d'un écrivain dont le français n'est pas l'idiome maternel. (Raphaëlle Leyris - Le Monde du 6 septembre 2012)

Entre l'île Saint-Louis, l'Argentine et l'Uruguay, Amigorena revient sur cette période où il a tant appris, et compris. Et, derrière l'autoportrait faussement complaisant et masochiste, notre graphomane proustien brosse aussi la peinture d'un monde en perpétuelle mutation, à l'image des sentiments les plus intimes. (Baptiste Liger - Lire, septembre 2012)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 4 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 17 octobre 2012
Format: Broché
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 novembre 2012
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mars 2013
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2012
Format: Broché
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : egouttoir a vaisselle

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?