Acheter d'occasion
EUR 1,16
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par Livréco
État: D'occasion: Bon
Commentaire: PROFESSIONNEL DU LIVRE. + de 150 000 LIVRES D'OCCASION EN STOCK. ARRIVAGE PERMANENT. ENVOI SOUS 24H DEPUIS LA FRANCE.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Princesse de Clèves - Édition Monsieur Christian Lacroix (Anglais) Poche – 3 novembre 2010

4.1 étoiles sur 5 70 commentaires client

Voir les 67 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 162,78 EUR 4,70
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 8,85
Poche, 3 novembre 2010
EUR 5,00 EUR 1,16
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 0,88
Cartonné
"Veuillez réessayer"
EUR 7,97

Livre de poche, nouveautés poche Livre de poche, nouveautés poche

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Amazon.fr

Madame de Clèves, jeune beauté parfaite en tout point, fait des débuts remarqués à la cour de la reine dauphine, belle-fille d'Henri II. Pour ce modèle de vertu, l'image de Diane de Poitiers plane tout au long du roman comme le contre-exemple absolu. Mais sous des dehors innocents, la Princesse de Clèves, par sa faculté à analyser et à maîtriser ses sentiments, fait preuve d'une personnalité étonnante et rarement exposée avec tant de justesse auparavant. Car, si l'amour courtois trouve ici d'indéniables échos, cet ouvrage paru en 1678, souvent considéré comme le premier roman de la littérature française, est indéniablement un pas énorme vers le roman tel qu'on le connaît aujourd'hui. La galerie de portraits dressée par Madame de Lafayette peut s'avérer un peu rébarbative pour le lecteur moderne, de même que sa langue est un peu austère. Néanmoins, l'analyse psychologique est d'une vraisemblance résolument novatrice et rachète l'invraisemblance de certaines scènes. En outre, l'exploit de faire naître tout un roman d'une intrigue aussi ténue, pratiquement sans action, fait de La Princesse de Clèves un ouvrage d'autant plus pathétique que les personnages laissent peu d'emprise aux événements extérieurs et se condamnent eux-mêmes. --Sana Tang-Léopold Wauters --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Revue de presse

Avec un dossier réalisé par Dorian Astor et une «lecture d'image» par Valérie Lagier. Recommandé pour les classes de lycées. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par David W.J. TOP 500 COMMENTATEURS le 11 octobre 2008
Format: Poche
Ce roman en 4 parties mérite qu'on fasse l'effort de poursuivre la lecture malgré la première partie où sont nommés une multitude de personnages parmi lesquels on se perd, peut-être faut-il avoir une édition commentée avec généalogies et portraits.
Au milieu des intrigues amoureuses à la cour d'Henri II, une passion se tisse entre Melle de de Chartres -qui épouse M. de Clèves- et monsieur de Nemours. Il est alors difficile de lâcher ce livre qui explore avec finesse les troubles, espérances et souffrances de ces trois personnages. Amours secrets, jalousies, galanteries, apparences, aveux, non-dits, suppositions fausses, confiance, loyauté,... la richesse des thèmes soulevés en fait aussi un livre idéal à étudier.
1 commentaire 22 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
L'intérêt de ce petit livre bien et agréablement écrit, pour moi, est surtout historique: la vie de la cour sous l'ancien régime, l'évolution des mœurs .... Cet aspect est passionnant, malgré l'interminable who's who du début. Mais l'intrigue sentimentalo-moralisatrice est un peu fade et peut paraître de nos jours plutôt ... bizarre.
Par contre, la description des intrigues un peu minables autour du roi et des puissants qui eux-mêmes ... c'est Cloche-Merle en dentelle chez les grands de ce monde , souvent au premier degré et sans humour de la part de l'auteur. C'est la modernité à l'imparfait du subjonctif, vêtement de soie et de velours, dans des palais qui pourraient être ceux de notre république!!!!
Le thème de la vertu naïve victime de sa sincérité dans une société qui triche est certes illustré mais non traité. Madame de La Fayette, fine observatrice, n'a pas la tête philosophique et l'idée qu'une révolution puisse advenir ne l'effleure même pas. Ce serait d'ailleurs du prophétisme. J'aime beaucoup la fraîcheur du ton malgré un style qui peut nous paraître alambiqué, celui d'une époque qui n'est pas la notre. J'apprécie l'absence de cynisme de l'auteur malgré sa fréquentation assidue de la cour et de ses manigances. Mme de la Fayette: femme d'affaire au rôle politique discret ou secret: une énigme!
Enfin, ce roman nous permet de mesurer l'évolution des mœurs des XVIème et XVIIème siècle à nos jours.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
L'auteur de la description officielle d'Amazon ferait bien de se poser quelques questions: une langue rébarbative? Une langue d'un classicisme et d'une virtuosité sublime. Peux-t-on dire que la musique de Charpentier est "rébarbative pour l'auditeur moderne" parce que Mika existe? Bien, alors un peu de bon sens.

Cela mis à part, c'est une oeuvre sublime, tout en non-dits et en tout-dit, en analyse intérieur, sur un fond de cour fastueuse qui permet à l'intrigue d'avancer en ce sens. La forme est sublime, et les scènes sont souvent dépeintes avec une émotion contenue mais profonde. Peut-être quelques longueurs de temps à autres. Une oeuvre majeure de notre littérature é ne manquer sous aucun prétexte.
1 commentaire 21 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
La douceur du style de Madame de La Fayette a su habiller d’or pour l’éternité la beauté blonde de sa Princesse ; habiller ou pas, mais délicieusement peut-être quand son mari laissa entrer dans sa chambre le beau Nemours ou quand ce voyeur la contempla de nuit lors de son second voyage vers le pavillon de la Belle à Coulommiers. Bien avant la Vénus d’Anaïs Nin, Mademoiselle de Chartres restera pour longtemps ma "Princesse érotica". Par ailleurs, l’apparat critique du livre est fort riche, même si en Folio classique, ce n’est guère une surprise.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Mme Marie-Madeleine de La Fayette publie ce roman en 1678. La période de narration s'étale de 1558 à 1560, sous le règne et à la cour du roi Henri II. La princesse de Clèves, son mari, ainsi que le duc de Nemours, sont des personnages inventés, mais s'inspirant probablement de figures historiques ayant déjà existé (Élisabeth d'Autriche pour la Princesse de Clèves). La première partie m'a parue ardue, tant l'auteure s'attache à décrire la cour et ses intrigues, ses ducs, ses duchesses, ses princes et princesses, vicomtes, roi, reine, reine dauphine... On s'y perd. Mais cela vaut le coup de s'accrocher car la suite est bien plus facile et plus intéressante, malgré des tournures de phrases souvent inhabituelles, voire compliquées (style dit "précieux " au XVIIème siècle , mais c'est ce qui en fait tout le charme plus de 300 ans après).

Mme de La Fayette nous conte donc "l'inclination violente" (la passion) entre le Duc de Nemours et la Princesse de Clèves, cette dernière étant mariée au Prince de Clèves qu'elle apprécie et respecte, mais sans l'aimer véritablement. Il semblerait d'ailleurs que tout le monde à la cour soit marié à quelqu'un qu'il ou elle n'aime pas vraiment, pour aller ensuite trouver l'amour dans d'autres bras en catimini (ou ouvertement). Le hic ici, c'est que la princesse est d'une vertu sans borne et sans égal. Mme de La Fayette décrit admirablement les émois, tourments et passions des personnages, et son livre a même été qualifié de pionnier en matière de littérature psychologique.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents

Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : livre monsieur madame

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?