undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
36
4,7 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il s'agit d'un parcours initiatique, avec un schéma de base qui a fait ses preuves : le maître et le disciple. Thème audacieux car facilement caricatural, les saisons de la vie défilent, une à une, à la manière d'une fable bouddhiste. Kim-Ki-Duk, fasciné par les symboles, signe ici un chef d'oeuvre d'une simplicité digne d'une parabole, le prosélytisme en moins.

La photographie, splendide, fait presque oublier la quasi-absence de dialogues, dans un paysage difficilement concevable ailleurs que dans un rêve. Chaque scène est un tableau, chaque détail est gracieux.

De la manière la plus épurée pour n'en garder que la substantifique moelle, et laisser (enfin) voyager notre esprit, l'Artiste illustre avec brio (avec qui ?) la logique implacable de l'apprentissage progressif de la vie, calme et violente à la fois, et démontre notre incapacité à tout maîtriser.

Pour l'apprécier, il faudra lire entre les lignes du film, et même si c'est parfois écrit gros, Kim-Ki-Duk signe ici un chef d'oeuvre que je qualifierais d'universel.
0Commentaire| 58 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2009
Petit bijou coréen, ce film presque sans paroles envoûte et fascine. C'est de la poésie, de la mythologie, et ça invite à la reflexion sur la nature profonde de l'Homme au travers d'un parcours initiatique à l'écart du monde. Quant aux images, elles sont tout bonnement sublimes.
Et si les jeunes enfants peuvent être captivés par cette oeuvre poétique, il faut cependant prendre garde, car certaines scènes peuvent leur paraître très dures.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2013
Je ne reviendrai pas sur les qualités de ce superbe film, tous les avis avant le mien s'en sont fait l'écho.
Juste vous signaler que vous pouvez acheter ce film à tout petit prix dans une édition identique, VO sous titrée Français, sous cette référence : Printemps été / Blue gate crossing - Bi-pack 2 DVD.
Vous aurez pour ce mini prix en plus de "Printemps, été, automne, hivers... et printemps", un deuxième film splendide "Blue Gate Crossing"
Bonne affaire !
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2006
Rarement un film m'aura à ce point conquis. L'éternité des montagnes qui enveloppent le paysage dans lequel se déroule l'histoire nous font contempler l'éternité du temps, non avec lenteur ou ennui, mais avec simplicité et...avec le temps. Celui-ci glisse inexorablement, calmement, sereinement et emporte avec lui dans la même séreinité toute présence, humaine ou non, qui sait le suivre et qui a conscience de sa présence , de son existence. Ici, on accompagne le temps, on fait parti intégrante de lui, et si l'on en sort pour vouloir aller plus vite que le temps c'est l'échec assuré, la séreinité et l'équilibre du monde qui nous entoure en sont boulversés. L'incroyable silence, lisse comme la surface d'un lac sans ride, envahit de toute sa pleinitude le paysage magnifique. Il est de ces films que j'aime intensément et qui ont cette grande qualité de n'avoir que très peu d'acteurs (à peine une dizaine), si peu de dialogue, une musique hors du commun et un paysage unique (toutes les scènes ou presque se déroulent dans le même cadre) d'une splendeur exceptionnelle. Il n'est point nécessaire de moult effets spéciaux pour faire ce qu'il y a de mieux. Si j'aurais été réalisateur ou acteur en ne devant faire qu'un seul film, j'aurai voulu qu'il soit de la ligné de celui-ci, oui, de cette même lignée là. Digne de "L'odeur de la papaye verte" et autres "rêves","Printemps,Eté,Automne,Hiver...et Printemps" ne fut diffusé que dans quelques salles seulement, n'empêchant pas un réel succès. Les plus grand chefs d'oeuvre sont capable d'une incroyable discrétion.
0Commentaire| 41 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Même après une rude journée de travail d'occidental ordinaire et le peu de réceptivité spirituelle qu'elle entraîne souvent , ce film coréen m'a paru parfaitement accessible , en surface du moins , ce qui est déjà une grande surprise ...La première vertu , capitale , de ce film est la forte sensation d'apaisement qu'il procure rapidement , comme si la sérénité revenait .Les plans de la nature et du temple-refuge sur l' eau s'offrent avec calme , lenteur ; la splendeur est tranquille . Mais il y a aussi de la violence dans le film ( celle de l'enfant , du jeune homme , puis deux morts peu réconfortantes , car difficiles à interprêter ...) , le mal est là . On est très loin de nos repères occidentaux , monothéistes ...

Le film est bien loin de se donner à la première vision : il va falloir le reprendre , par saisons , lentement , y réfléchir , comme on sirote un thé ( ou un vieux cognac ? ), tout reconsidérer : n'est-ce pas ça , le grand cinéma ?
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un rare film avec une rare profondeur.

Des paysages superbes, des acteurs simples et beaux.

Une vision de la vie forte et spirituelle.

Il faut aimer la lenteur de la conscience et être bien présent pour percevoir le subtilité du film.
0Commentaire| 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 novembre 2012
Voici un film que tous ceux qui s'intéressent au bouddhisme devraient regarder. ll dépeint de façon magnifique et puissante la vision de la vie bouddhique selon Kim Ki-Duk. Magnifique parce que les paysages, les personnages et l'atmosphère créés par Kim Ki-Duk sont incomparables de magnificence, et puissante parce que l'histoire qui nous est contée, à la fois violente et dérangeante, nous oblige à la réflexion sur le sens et la finalité de la spiritualité.

La vision que nous propose Kim Ki-Duk est déclinée selon le rythme des saisons, celles ci miment les principales phases de la vie et du chemin spirituel. Le grand cycle de la vie dans lequel on retrouve tout d'abord le Printemps, l'époque de l'éveil, de la découverte et de la curiosité de l'enfance, avec ses interrogations, ses envies et ses erreurs. L'Eté transpose la phase du jeune adulte, celui qui se trouve envouté par la tentation, le désir, le plaisir, puis sombre dans la passion et l'obsession de l'interdit. Vient ensuite l'Automne, représentant la phase adulte de la vie, celle dans laquelle prônent la souffrance et la jalousie, mais durant laquelle les graines de la raison et du repentir sont semées pour mener plus tard vers l'attitude et la vision justes. Enfin, l'Hiver nous transporte dans la phase de seniorité, celle de la rédemption, de la sagesse, de l'introspection et de la transmission du savoir et des connaissances.

Chaque phase est détaillée selon un rythme lent, dans une grande sobriété d'images, de plans et de dialogues. Le temple, lieu unique de l'action, se situe au beau milieu d'un lac, lui même situé au beau milieu d'une vallée montagneuse perdue au confins d'une nature sauvage et belle. Un joyau de sérénité dans un magnifique écrin de verdure, perdu dans l'isolement insondable d'un espace empreint d'inanité sonore. On y accède en barque après avoir franchi un porche planté debout sur la rive du lac et qui ne sépare rien de rien. A l'intérieur du temple, il n'existe point de murs seulement des portes qui elles aussi ne séparent rien de rien. Tout est en tout, il n'y a pas de limite, rien n'est figé, fixé, en cohérence avec la vision bouddhique du monde.

Les images et les personnages sont poignants et denses, chargés de sens et de gravité mais aussi de mystère par moment. Certains tournants de l'histoire peuvent paraitre difficiles à comprendre à première vue, mais leur raison d'être s'illumine ensuite au fil des images. Si vous lui en donnez la chance, le film interpellera votre conscience, en ce qu'il montre merveilleusement combien le long chemin difficile de la vie est une suite de décisions et de choix, dictés selon les moments par notre raison ou nos pulsions, notre besoin d'obéir ou de désobéir. Il en ressort des messages universels que Kim Ki-Duk nous assène avec violence en pleine figure, tels que: "Le mal attire le mal et génère destruction et souffrance", "Ne fais point ce que tu ne veux pas qu'on te fasse". La nature humaine est fondamentalement perverse tant q'elle n'a pas été le lieu d'une éducation par ceux qui ont déjà suffisamment cheminé et jouissent du savoir de l'expérience personnelle. Cette nécessité qu'ont les ainés de guider les générations suivantes est un éternel recommencement, à chaque génération, à chaque vie, à chaque saison. Rien n'est jamais acquis, tout doit être ré-appris, toujours et encore…

Un grand film d'art, magnifique et puissant, qu'il faut regarder avec toute l'ouverture d'esprit dont vous êtes capable, yeux et oreilles grand écarquillés car tout y est important, chaque mot, chaque geste, chaque regard, chaque plan. Une prouesse remarquable quand on apprend, dans le Bonus, que Kim Ki-Duk l'a écrit d'un trait, en 2 heures dans une chambre d'hôtel, un soir de grande inspiration… Deux heures pour décrire en toute simplicité le sens de la vie… Magnifique et puissant !
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 janvier 2010
un film magnifique qui vous transporte sur une autre planète et où l'on souhaiterait rester...tout y est beau, calme et d'une grande pureté.l'essence même de la vie...bon c'est sûr il ne faut pas s'attendre à quelconque scène d'action car le film se déroule lentement mais justement c'est ce qui fait ce qu'il est :un film sur la méditation.J'ai réussi l'exploit à le regarder avec ma chérie et elle a adorée également.Un film à découvrir sans hésiter...pour se purifier l'esprit.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2011
Si l'on ne sait pas pourquoi l'on appelle la République de Corée, le pays du matin calme, ce film en est certainement la meilleure allégorie. Il faut dire que l'étang de Jusan qui sert de cadre à cette histoire est magnifique.

Pour évaluer ce film, je crois que je me dois de dissocier le film en tant que tel des leçons de vie qu'il nous présente. Le côté esthétique de ce film est très fort, à se demander d'ailleurs si, parfois, ce n'est pas trop. Le jeu des acteurs est époustouflant d'autant plus que les dialogues tiennent sur une page de format A4. Les images sont d'une beauté à vous couper le souffle et la musique est là pour ajouter une certaine grâce. Bref, je pense que vous aurez compris que j'ai été sous le charme. Du grand art.

En revanche, les messages et les symboles m'ont beaucoup plus dérangé. Je ne suis pas un spécialiste du bouddhisme, loin s'en faut, et je me garderais bien d'entrer en la matière. En revanche, deux aspects de ce film m'ont quelque peu choqué : la cruauté et l'image de la femme. En effet, il y a finalement beaucoup de violence, y compris et surtout de la part des moines (vieux et jeune) et la femme est très clairement déconsidérée. Elle est l'objet sexuel que l'on tue quand elle trompe (désolé de dire que je n'ai pas vu de tendresse dans les scènes qui présentent le jeune moine et la jeune femme) et l'humain sans visage de la fin du film. Elle mourra également comme s'il s'agissait de la punir pour avoir abandonné son enfant.

Cependant, un aspect du film m'a beaucoup interpelé : l'humanité des deux policiers ou au moins de l'un d'entre eux. C'est lui qui tiendra la bougie pour que le moine puisse continuer de graver sa sutra, c'est lui qui le couvrira de son anorak quand il s'endormira d'épuisement et c'est encore lui qui demandera qu'on ne lui passe pas les menottes. Y-a-t-il un message là aussi ?
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 avril 2011
Premier film du cinema asiatique que j'ai decouvert... Ce cinema a vrai dire ne m'attirait pas du tout jusqu'a ce qu'une amie m'amene ce film, depuis je recherche dans ce cinema les sensations que j'ai pu decouvert dans "printemps..." Premiere chose: Les images sont sublimes, poetiques, esthetiques, symboliques et ainsi des les premieres minutes du film je fus conquise, tellement impressionnee par cette esthetique de cette maniere de filmer, je n'avais encore jamais vu a ce point une telle harmonie... Deuxieme chose: l'histoire, tres belle relation avec ce sage boudhiste age et ce jeune garcon qui grandira avec lui (le sage respectera toujours les choix du jeune), le cycle des differentes ages et des differents defis qu'ils comportent est tres bien montre... Troisieme chose: le symbole de cette cabane et ce sage qui y habite au milieu du lac, vers lequel on arrive, on passe, on revient... Quatrieme chose: le bouddhisme, certains aspects de rituels purificateurs sont tres bien montres, et m'ont marquee jusqu'a aujourd'hui... Et comme d'habitude chez ce metteur en scene, ces films emanent d'une certaine douceur, finesse, malgre certaines epreuves tres tres difficiles...
Bref, ce film est un chef d'oeuvre, j'utilise rarement ce mot, mais la, je n'hesite pas.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,50 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)