Acheter d'occasion
EUR 3,91
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
8 d'occasion à partir de EUR 3,91
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Prisoner and paper plane Vol.1 Broché – 26 février 2015

4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 3,91

Boutique Manga Boutique Manga

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Revue de presse

Série en 3 volumes, Prisoner & Paper Plane est issue d'un projet plutôt original, qui s'est développé sur plusieurs médias après le succès de chansons de Vocaloid. Plusieurs figures du manga sont d'ailleurs inspirées des personnages de Vocaloid. Rin et Len Kagamine, Meiko, Gakupo... Saurez-vous tous les reconnaître ?


Au-delà ce ça, l'intérêt du scénario écrit par Nekoromin (ou ShujinP) et dessiné par Saki Akamura (dont c'est le premier manga professionnel) réside dans les difficiles épreuves que doit subir un jeune garçon. Sans nom, le matricule 420 fait partie des nombreux prisonniers d'un camp extrêmement dur. Dans la cellule collective où s'est installée une hiérarchie, les dominants se font un plaisir de maltraiter et d'humilier les dominés, de même que les geôliers. Dans un système réduisant à néant la fierté de ces hommes, chacun doit se battre pour survivre. Pas le droit de pleurer. Pas le droit de s'exprimer. Pas le droit de vivre, tout simplement. Ils ne sont bons qu'à subir les mauvais traitements, à réaliser des travaux très difficiles tout en étant contraint de survivre à leur sous-alimentation, leurs repas étant rares et jamais bons. Et quand arrive le jour où ils ne peuvent plus supporter physiquement la situation, ils sont envoyés dans une "salle de repos" dont on ne revient pas...


C'est dans ce cadre terrible qu'évolue notre jeune héros, nouvelle cible de certains prisonniers et des gardiens, qui n'hésitent pas à lui faire subir le pire et à le mener en bateau. Y a-t-il seulement un espoir de se sortir vivant de cet endroit ? Il y a bien le système des "présents" attribués aux meilleurs et qui, au bout d'un certain nombre, permettent apparemment de retrouver la liberté. Mais le nombre de "présents" à récolter n'est à aucun moment précisé, et le matricule 420 semble alors très loin d'une possible liberté...


Au fil des pages, tout est fait pour que le lecteur ressente le désespoir du jeune garçon. Entre les brimades, la sous-alimentation, l'incertitude de pouvoir sortir un jour, et la mort qui attend les plus affaiblis, le pire semble pouvoir frapper à tout moment... Le talent des auteurs réside dans cette faculté à faire ressentir cette continuelle épée de Damoclès sans tomber dans le gore ou dans les dessins visuellement insoutenables. On soulignera toutefois l'aspect extrêmement cliché de certains personnages, à commencer par le bad boy Shazna, à la mine exagérément patibulaire. Enfin, si les auteurs parviennent habilement à détendre régulièrement l'atmosphère à grand renfort d'humour, ils en font parfois trop sur ce point.


Quoi qu'il en soit, l'ambiance horrible de cet enfer carcéral est bien là, et au désespoir permanent du matricule 420 répondent des figures intéressantes, à commencer par une belle et étrange jeune fille qui, dans sa robe volant au vent et avec son large chapeau, lui sourit depuis l'autre côté de la clôture quand il ressent trop de désespoir. Enigmatique et peu bavarde, très pure dans son apparence, elle incarne pour 420 l'amour et l'espoir... Une chance de retrouver sa liberté, de pouvoir s'envoler au-delà des murs du camp, à l'image des avions de papier qui lui servent à communiquer avec elle ? Espérons-le pour lui. Mais pour l'instant, la jolie inconnue n'apparaît que très peu.


Il y a aussi, notamment, deux autres prisonniers, Jag et Mayka, qui, chacun dans leur genre, montrent envers notre héros un mélange de bienveillance et d'intérêt. Moins mauvais que les autres prisonniers, ils montrent à quelques reprises une certaine bonté pour le matricule 420, mais peuvent également, subitement, se montrer un peu plus hautains et lui donner des leçons... par pur sentiment de supériorité, ou pour faire prendre conscience à notre héros de certaines valeurs ? Il lui faudra visiblement prendre conscience de certaines choses, notamment comprendre que le bonheur est relatif.


Toutefois, à vrai dire, la plupart des protagonistes restent pour l'instant assez mal définis (notamment les deux prisonniers nommés juste avant, ou le sous-directeur Flag), très ambivalents, et l'on se demande un peu ce qu'ils cherchent. Espérons qu'une réponse nous sera donnée.


C'est également le cadre qui reste mal défini, et visiblement c'est volontaire. Les détails sur le passé des prisonniers, sur les raisons de leur incarcération et sur la localisation du camp restent très succincts, comme pour faire de ce récit une histoire hors du temps et donc universelle, apte à toucher le plus grand monde.


Côté visuels et narration, au-delà des physiques et comportements clichés (on a déjà évoqué le look très patibulaire de Shazna, mais soulignons aussi l'extrême pureté de la mystérieuse fille au chapeau et l'aspect très frêle de 420... A chacun de voir s'il accroche ou pas à ce parti pris) on a un trait parfois inégal, mais assez fin se concentrant avant tous sur les protagonistes au détriment des décors (qui sont quasiment inexistants), et une narration parfois un peu décousue, mais sachant véhiculer les grandes thématiques.


Récit un peu maladroit, mais intéressant, Prisoner & Paper Plane donne envie de découvrir le sort qui attend ce jeune prisonnier, partagé entre un désespoir constant teinté de quelques lueurs d'espoir. Le bonheur est peut-être encore possible pour lui... Mais à quel prix ?

(Critique de www.manga-news.com)

Présentation de l'éditeur

Le rire, la joie et le bonheur ?
Oubliez ces émotions !

En prison pour avoir participé à la rébellion contre l'empire, le détenu 420 cherche la lumière.

Affamé et maltraité chaque jour aussi bien par ses goeliers que ses co-détenus, notre jeune héros n'a plus aucun espoir, il n'a plus goût à la vie et ne voit pas le bout de ce tunnel terriblement sombre.

Mais un jour de l'autre côté de la barrière il aperçoit une jeune fille qui va lui redonner espoir. Pour le moment, leur seul moyen de communication est déchanger des messages avec des avions de papiers.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

8 septembre 2017
Format: Broché|Achat vérifié

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?