Le Procès [Blu-ray] a été ajouté à votre Panier
Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Le Procès [Blu-ray]

4.5 étoiles sur 5 12 commentaires client

Prix conseillé : EUR 20,06 De quoi s’agit-il?

Qu’est ce que le prix conseillé?

Il s’agit du prix de vente conseillé par le fabricant ou l’importateur du produit. Amazon valide la pertinence de ce prix conseillé, sur une base trimestrielle, par rapport aux prix pratiqués par au moins un concurrent ou par Amazon.
Prix : EUR 17,99 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Économisez : EUR 2,07 (10%)
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
9 neufs à partir de EUR 17,99 3 d'occasion à partir de EUR 17,99

Ce titre est disponible dans la promotion suivante:

2+1BR

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le Procès [Blu-ray]
  • +
  • La Soif du mal [Édition Collector - 2 Blu-ray]
Prix total: EUR 29,18
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : Anthony Perkins, Jeanne Moreau, Romy Schneider, Elsa Martinelli, Suzanne Flon
  • Réalisateurs : Orson Welles
  • Format : Noir et blanc, Cinémascope
  • Audio : Allemand (DTS-HD 2.0), Français (DTS-HD 2.0), Anglais
  • Sous-titres : Allemand, Français, Anglais
  • Région : Région B/2 (Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.)
  • Rapport de forme : 1.66:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Studiocanal
  • Date de sortie du DVD : 23 octobre 2012
  • Durée : 118 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • ASIN: B008K1ZTWK
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 24.185 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Contenu additionnel

Tempo profil : Orson Welles
Interview de Steven Berkoff
Scènes inédites
Scènes coupées
"Welles, Kafka et Le procès"
Bande-annonce

Descriptions du produit

Description du produit

Film remastérisé et restauré haute définition
Livret rédigé par Jonathan Rosenbaum, critique (20 pages)

Synopsis

Un matin, Joseph K. (assistant de direction dans une gigantesque administration) est réveillé par un homme qui lui annonce son arrestation. Abasourdi, Joseph K. se rend compte peu à peu qu'il est la victime d'un véritable complot. Tout le monde l'accuse, ses amis comme ses ennemis. Usé, il finit par douter lui-même de son innocence...

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: DVD
Le procès fait certainement partie des films que l'on oublie pas, longtemps même après les avoir vus (je citerais dans la même catégorie Citizen Kane, évidemment, du même Orson Welles, ou encore les films de John Ford; ou encore Mort à Venise, de Visconti, ou l'Avventura, d'Antonioni). Pessimiste ? Peut-être, mais alors d'un pessimisme vivifiant. Mais au-delà du message du film, on retiendra la façon de filmer, le noir et blanc onirique, des décors labyrintiques : bref, Orson Welles donne une transposition visuelle extraordinaire du monde de Kafka.

Et que dire des acteurs ? Anthony Perkins en figure angoissée, jetée dans un monde incompréhensible, dans un rôle assez proche somme toute de ce qu'il montre dans Psychose. Quant à la première apparition d'Orson Welles, en avocat immense et ventripotent, vautré dans un décor baroque, et filmé en contre-plongée, c'est un morceau d'anthologie. Un procédé semblable appliqué à Romy Schneider donne, on s'en doute, des résultats fort différents. Bref, un régal.
1 commentaire 27 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Blu-ray Achat vérifié
On sait que Franz Kafka ne voulait pas que son roman soit publié. On sait que plus personne ne voulait s'encombrer de la présence dérangeante d'un personnage aussi génial mais aussi imprévisible qu'Orson Welles, avec lequel les producteurs ne pouvaient que perdre beaucoup d'argent. On sait enfin que l'oeuvre de Kafka est inapte à toute adaptation puisque même sa traduction (en français par exemple) n'a jamais rien donné de convenable. La réalisation du film multipliait les handicaps, elle aurait pu donner naissance à un effroyable navet. Voulue par celui qui a certainement été le plus génial de tous les réalisateurs de cinéma, pensée et vécue, d'après ses dires, comme aucun autre de ses films, elle nous donne à voir un nouveau chef d'oeuvre, extraordinairement puissant, qui nous bouscule, nous captive, nous angoisse et nous tourmente longtemps après que le film ait cessé. Le roman est sombre mais conserve un quelque chose de familier, une petite touche d'ironie à peine dévoilée. Le film est tranchant, fait d'une opposition violente entre la lumière aveuglante et des ténèbres qui cachent mal le néant auquel nous sommes voués. Parfois la lumière semble vouloir prendre le dessus, ce n'est qu'une illusion, nous sommes vite plaqués devant les affres du destin. La réalisation d'Orson Welles est à la hauteur de son génie. Deroulé implacable, images sublimes comme seul lui a su les faire (et dans quelles conditions !Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: DVD
K endure son Golgotha dans un cauchemar de dominances et de soumissions en alternances.
Certains tyrans se retrouvent tyrannisés par leurs propres systèmes.
Les femmes s’offrent sans tarder puis congédient rapidement.
K perd pied en s'enfonçant dans le royaume le plus redoutable: L'incompréhension.
L'acharnement administratif procédurier fait rage, l’incohérence, le rabaissement continuel par un geste éprouvant autant qu’inutile lamine un visage de plus en plus décomposé.
L’escalade est prescrite afin de se disculper devant des accusateurs lubriques entretenant une paranoïa individuelle par un pseudo procès susceptible de toucher n’importe lequel d’entre nous.
Le système n’a pas la maturité de s’apercevoir qu’en pulvérisant une ressource il se dynamite de l’intérieur.
Orson Welles cinéaste surdimensionné en lui-même comme dans son œuvre offre un travail exceptionnel.
Le procès opus de référence d’un noir et blanc indispensable à sa valeur livre des clairs obscurs magnifiques.
Certains plans extérieurs d’une luminosité blafarde offrent des brèches contemplatives étonnantes.
Un processus de démolition cauchemardesque calibré dans une technique contenant quelques pépites de Citizen Kane font de cette merveille paranoïaque un esthétisme baroque de premier ordre.
« Le procès » œuvre maîtresse d’un technicien hors pair déploie les vérités d’un visuel déprimant mais terriblement accrocheur, presque attirant.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: DVD Achat vérifié
Je suis sûr qu'il doit déjà y avoir des commentaires sur ce film absolument génial. Je crains de ne pas savoir dire mieux. C'est évidemment Kafka, traité par Welles, servi par Perkins, par Schneider... C'est aussi la gare d'Orsay, que le cinéaste a su exploiter de façon magistrale... Mais en réalité, cette énumération ne fait qu'effleurer le sujet. Parce que le tout est bien plus que la somme des parties. C'est une oeuvre, dans laquelle on plonge, happé, c'est un univers qui ressemble à un rêve, on est à la limite du surréalisme, pour moi. Bravo.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?