Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 5,49

Économisez
EUR 8,51 (61%)

TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

La Procrastination: L'art de remettre au lendemain par [Perry, John]
Publicité sur l'appli Kindle

La Procrastination: L'art de remettre au lendemain Format Kindle

3.8 étoiles sur 5 16 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 5,49

Longueur : 136 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

Le paradoxe du procrastinateur

L'homme est un animal rationnel, c'est bien connu. C'est par sa faculté à raisonner qu'il se distingue des animaux : il est donc censé être toujours raisonnable, fonder chacun de ses actes sur une délibération et agir au mieux d'après les résolutions qu'il a prises. Platon et Aristote en étaient si convaincus qu'ils débusquèrent un grand problème philosophique : l'acrasie (du grec akrasia), ou encore, pourquoi l'homme agit-il parfois à l'inverse de ce que lui suggère son jugement ?
La conception de l'homme comme animal rationnel, dont les actes sont motivés par des délibérations savantes, a été longuement débattue. D'un côté, les sciences humaines les plus mathématiques, telles que l'économie, partent du principe que l'homme est un agent rationnel qui agit en vue de la satisfaction maximale de ses désirs. De l'autre, la psychologie et la sociologie fourmillent d'exemples qui démentent ce postulat.
Soyons clairs : je n'ai rien contre le rationalisme, contre la notion du meilleur jugement ni contre la satisfaction maximale de nos désirs. J'ai même souvent tenté d'appliquer ces stratégies, parfois avec quelque succès. Je reste cependant convaincu que la notion d'agent rationnel est à l'origine de bien des souffrances inutiles. Tout le monde, moi le premier, ne procède pas de la sorte. Et néanmoins, aussi irrationnel que soient mes comportements, mon modus operandi me permet généralement de me tirer d'affaire. Par rapport à l'idéal que je viens d'évoquer, mon échec le plus flagrant tient à la procrastination. En 1995, alors que j'étais occupé à ne pas travailler sur un projet dans lequel je m'étais engagé, j'ai été saisi d'un terrible sentiment de culpabilité. Dans l'ensemble, j'ai la réputation d'abattre un travail considérable et d'avoir apporté une contribution non négligeable à la philosophie, discipline dans laquelle je suis spécialisé ainsi qu'à Stanford, université où j'ai enseigné. Au lieu de me mettre au travail, je me suis donc interrogé sur ce paradoxe. J'ai fini par prendre conscience que j'étais un «procrastinateur structuré» : un individu capable d'accomplir beaucoup de choses tout en négligeant d'en accomplir d'autres. Après avoir rédigé le texte qui constitue le premier chapitre du présent ouvrage, je me suis senti bien plus léger.
Publié dans la Chronicle of Higher Education, et dans le journal scientifique satirique Null Hypothesis, ce texte a également été mis en ligne sur ma page personnelle du site de Stanford. Il se trouve que la philosophie est mon fonds de commerce, aussi étrange que cela puisse paraître. (...)

Revue de presse

Le petit livre de John Perry entend les défendre et surtout les déculpabiliser. Pour prendre mesure du paradoxe, il est utile de préciser que ce philosophe, très peu connu en France, est un poids lourd de la pensée américaine...
Le paradoxe est donc celui de l'efficacité de l'ajournement. Sans doute n'est-ce praticable que dans un " tout petit monde " universitaire à la David Lodge, et l'on peut juger souvent complaisante et narcissique cette autojustification à l'humour parfois poussif. Pourtant, quand on lit bien, il s'agit aussi pour John Perry de défendre - contre la planification rigide, l'abattage ordonné des tâches, les hiérarchies rationnelles - une forme de productivité diffuse, apparemment brouillonne. Aux tenants des planifications claires et strictes, cette activité sinueuse paraîtra dilettante, capricieuse, aléatoire, quand ce n'est pas incompréhensible. Et pourtant... elle fonctionne ! (Roger-Pol Droit - Le Monde du 13 septembre 2012 )

John Perry décline toutes les fuites en avant envisageables : tailler ses crayons, ranger son bureau, répondre à ses mails, établir la liste de tout ce qui reste à faire de façon pressante et, c'est un peu plus risqué, se documenter copieusement en surfant sur Internet avant d'attaquer tout dossier, ce qui permet de découvrir des horizons qui n'ont rien à voir avec notre travail...
A travers ce vice très répandu dans son univers professionnel, John Perry décrit également avec légèreté et humour, à la façon du Britannique David Lodge, le microcosme universitaire étatsunien. Et il ne se fait aucune illusion, en lisant son livre, nous échappons sûrement à une tâche urgente et importante. (Catherine Calvet - Libération du 13 septembre 2012 )

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 1105 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 136 pages
  • Editeur : Autrement (12 septembre 2012)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00940TY7C
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5 16 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°67.910 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


click to open popover

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Ce livre que je ne connaissais pas m'a été offert par un ami à qui j'avais dit que je souffrais de procrastination.
J'ai aimé la compréhension qu'apporte l'auteur des fantasmes à l'origine du symptôme qui peut être très invalidant, et qu'il dédramatise. Il est moins convaincant quant aux remèdes qu'il propose. J'approfondirais la question.
Je recommanderais le livre.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Je l'ai lu cet été et il m'a grandement fait comprendre certains points et difficultés dans ma vie. La "solution" proposée quant à elle n'est pas grandiose et je la mettais déjà en oeuvre (comme la plupart des procrastineurs). Comme le disent d'autres, cette lecture aide à relativiser et à dédramatiser en montrant des points positifs à ce phénomène, que j'avais déjà pour ma part remarqués sur moi-même (à force de procrastiner mon travail inintéressant et inutile dans un stage passé, je mettais cette énergie au service d'une association où j'ai connu un grand succès personnel).
Intéressant mais n'en attendez pas une révélation :)
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Krebs Roland le 29 janvier 2013
Format: Broché
Approche humoristique du phénomène. Peu de pistes pour gérer la situation. Mais c'est agréable à lire et ça aide à relativiser.
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Contrairement à ce que pourrait laisser penser la citation de Mark Twain qui ouvre le livre (« ne jamais remettre au lendemain ce que l'on pourrait faire le surlendemain »), ce livre n'est ni un éloge ni une condamnation de la procrastination, mais une tentative, menée avec humour, pour apprivoiser ce défaut qui affecte une bonne partie de l'humanité ' dont l'auteur.
Il propose ainsi de pratiquer la « procrastination structurée » en tirant parti des faiblesses des procrastinateurs.

Il commence par décortiquer les mécanismes mentaux qui conduisent à la procrastination :
' procrastiner c'est se soustraire à ce qu'on devrait faire, le plus souvent en faisant autre chose. Procrastiner n'est donc pas rester inactif
' procrastiner c'est se mentir à soi-même pour se persuader que des tâches secondaires sont en réalité prioritaires
' procrastiner tient à la peur de l'échec : en restant dans l'inachèvement on ne prend pas le risque d'échouer.
Les perfectionnistes sont des proies faciles pour la procrastination, car la perfection est un fantasme : elle est inaccessible et le plus souvent inappropriée à la tâche que l'on doit accomplir. Ce fantasme de perfection est l'excuse commode pour ne pas entreprendre.
Seule l'approche de la deadline permet de se résoudre à produire un travail imparfait, car le fantasme d'échec supplante le fantasme de perfection.

Pour contourner ces mécanismes qui entravent notre action et nous mènent à la culpabilité et au désespoir, l'auteur explique comment, plutôt que de ne rien faire, employer au mieux son énergie.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Comme d'habitude, j'espérais trouver LE remède. Et bien non. Je crois que je procrastinerai jusqu'à ma mort. Mais soudain, je suis prise d'un fol espoir: et si, le jour de ma mort, je parvenais encore à procrastiner? Je suis immortelle!!!!!
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Ce livre ne se veut pas une énième méthode pour "combattre" la procrastination. Au contraire, il propose de la dédramatiser et de l'embrasser. Intéressant, mais peut-être ne va-t-il pas assez loin. Comment apprivoiser ce trait de caractère ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
En lisant Perry, on peut constater que l'on est tous un peu procrastinateur et que ça fait du bien de le reconnaître. Sain et intelligent
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Bonjour !
Je ne répèterai pas ce que disent (souvent fort bien) les commentateurs précédents.
Je ferai seulement observer à ceux qui semblent regretter que John Perry ne donne pas de "recettes" pour se défaire de cette (mauvaise ?) habitude, que « si » il était capable de « guérir » les procrastinateurs, il serait probablement capable de guérir aussi les menteurs, les concupiscents, les racistes, les égoïstes, les fanatiques, les altruistes... enfin... capable de modifier les penchants de chacun d'entre nous.
Je partage ma vie avec une « procrastinatrice structurée ». J'ai moi-même une petite tendance à la procrastination. Un point que John Perry ne dit pas : les procrastinateurs ont-ils généralement tendance à exiger que leur entourage fasse ce qui doit être fait... "en temps et en heure" ?
Une dernière chose : un livre écrit avec humour, facile à lire, abordable - sauf peut-être le chapitre "philosophie de la procrastination".
Bonne lecture !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents