Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 7,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Purge (La cosmopolite) par [Oksanen, Sofi]
Publicité sur l'appli Kindle

Purge (La cosmopolite) Format Kindle

3.6 étoiles sur 5 36 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 7,99

Longueur : 408 pages Composition améliorée: Activé Page Flip: Activé

Descriptions du produit

Revue de presse

« Purge est un puzzle où l’intime et l’Histoire s’enchevêtrent tragiquement. Un livre à la fois âtre et violent, constamment sous tension. » Les InrocKuptibles

Présentation de l'éditeur

« Un vrai chef-d’oeuvre. Une merveille. 
J’espère que tous les lecteurs du monde, les vrais, liront Purge. »
 Nancy Huston

En 1992, l’union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes. 
Ainsi, lorsqu’elle trouve Zara dans son jardin, une jeune femme qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte. Ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille va se révéler, en lien avec le passé de l’occupation soviétique et l’amour qu’Aliide a ressenti pour Hans, un résistant. La vieille dame va alors décider de protéger Zara jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix. 
Sofi Oksanen s’empare de l’Histoire pour bâtir une tragédie familiale envoûtante. Haletant comme un film d’Hitchcock, son roman pose plusieurs questions passionnantes : peut-on vivre dans un pays occupé sans se compromettre ? Quel jugement peut-on porter sur ces trahisons ou actes de collaboration une fois disparu le poids de la contrainte ? 
Des questions qui ne peuvent que résonner fortement dans la tête des lecteurs français.


Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 995 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 408 pages
  • Editeur : Stock (25 août 2010)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B005OJC65E
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.6 étoiles sur 5 36 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°7.866 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par ecce.om TOP 100 COMMENTATEURS le 28 juin 2012
Format: Poche
L'Estonie fait partie des pays ballottés par l'Histoire, soumis aux invasions successives entrecoupées de brèves périodes d'indépendance.

Ce roman se déroule au moment où la République d'Estonie se libère de la férule soviétique. Aliide, une vieille dame, recueille une jeune femme en piteux état qui fuit son souteneur.
D'abord méfiantes l'une envers l'autre, pour des motifs qui vont apparaître au fil du récit, les deux femmes liées par leurs secrets, vont finir par s'apprécier et faire front aux évènements.

Ce livre évoque le destin de ces ex-républiques soviétiques, les exactions commises, les douleurs et les privations, les périodes d'espoir souvent déçues.
Mais il évoque aussi le sort des femmes qui hier comme aujourd'hui, sont comme le chantait Lennon, "les nègres du Monde".

Sur cette trame particulièrement intéressante, il y avait là de quoi rédiger un roman hors normes.
De fait, le traitement choisi ne peut laisser indifférent. Le style proposé est assez original pour susciter des avis tranchés : phrases sèches ou descriptions appuyées, arythmie, retours en arrière incessants, brefs passages très crus, fragments de journaux intimes, de comptes rendus...

Après un départ languissant, j'ai trouvé que le livre prenait son allure de croisière et j'ai tourné avidement les pages.

Et pourtant au final, je suis un peu déçu : tout ça pour ça ?
Lire la suite ›
5 commentaires 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Gerard Müller TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 29 mai 2013
Format: Poche Achat vérifié
Purge/Sofi Oksanen /Prix Fémina étranger 2010
L’histoire commence quand Zara demande asile à Aliide.
L’action se passe en Estonie. On est 1992 et l’Union Soviétique vient de s’effondrer et la population estonienne fête le départ des Russes.
La vieille Aliide vit dans la campagne et craint les pillards : aussi est-elle méfiante à l’égard de Zara. Qui est donc Zara ?
Aliide a vécu toutes les guerres et les invasions : 1941 les nazis, 1944 les soviétiques. D’où sa méfiance perpétuelle.
Aliide ne le sait pas encore : Zara a appartenu à un réseau de prostitution à Berlin dont elle vient de s’échapper de façon rocambolesque.
Peu à peu les deux femmes vont faire connaissance et le secret familial qui les lie va peu à peu se révéler.
L’auteur, Sofi Oksanen est née de père Finlandais et de mère Estonienne, ce qui explique sa totale connaissance des mentalités. Elle nous décrit parfaitement les dégâts du communisme et les ravages de la prostitution, ainsi que les trahisons, les tortures, la collaboration avec l’occupant, les déportations en Sibérie. À chaque époque sont lot de terreurs et de violences.
Le style est dur, bref, souvent violent, haché. Avec il faut bien le dire quelques passages maladroits voire inutiles et redondants « Sur la route qui menait à cette ferme, il y avait beaucoup de saules pleureurs. Les saules pleureurs y étaient particulièrement nombreux. » On avait compris !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle
J’ai lu ce roman d’une traite. J’ai été happé par cet ouvrage. Je pense que cela est dû, pour partie, à sa construction. En effet, les chapitres s’entrecroisent, s’emmêlent. Il y a 3 histoires imbriquées les unes dans l’autre. Celle d’Aliide, la vieille, celle de Zara, la jeune, puis, celle de l’Estonie, de 1935-1992. Il y a des retours en arrière dans le temps. L’histoire du roman se distille, lentement, s’explique se comprend au fil des pages. Cela donne le suspens. Le lecteur découvre à chaque fois et assemble les pièces du puzzle et tout devient clair. Les phrases sont courtes et simples. Le ton est dur, voir cru…ce qui peut mettre mal à l’aise. Mais, c’est à la réalité brutale, que le lecteur est confronté. Sofi Oksanen n’épargne rien, ni personne. Elle dénonce.
« Purge », dans la définition donnée, par le petit Robert, est, le fait d’éliminer, autoritairement, les éléments politiques indésirables, c’est l’épuration. A travers l’histoire d’Aliide, la vieille, c’est l’histoire de l’occupation nazie, puis celle du joug Russe que l’on découvre dans ce petit pays balte. Lénine n’est pas mort. Jusqu’en 1992, date de l’indépendance de l’Estonie, le lecteur va parcourir 50 ans de communisme : la peur, la dénonciation, la surveillance, la torture, le travail dans le kolkhoze et les quotas à respecter, la faim, la déportation vers la Sibérie, dénoncée dans la littérature de Soljenitsyne et, déjà, dans celle de Dostoïevski dans « Souvenirs dans la maison des morts », puis, l’endoctrinement. « Purge », c’est, aussi, le purgatoire.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique