EUR 28,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quel avenir pour quelles ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Quel avenir pour quelles églises ? : What future for Which Churches ? (Anglais) Broché – 2 août 2006


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 28,00
EUR 28,00 EUR 26,70
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

L'angélisme n'est plus de mise

Lucie K. Morisset, Luc Noppen et Thomas Coomans

Renonçons à l'angélisme. Les églises ferment. Massivement. Partout en Occident, particulièrement dans l'hémisphère Nord (pour l'instant ?), les temples des traditions religieuses historiques sont désaffectés, abandonnés, voués à d'autres fins ou démolis. Et rien, comme l'évoquent d'ailleurs ouvertement certaines autorités ecclésiastiques, n'indique un renversement de la tendance : si la pratique n'était pas en chute libre, la décroissance du recrutement de desservants et l'augmentation propor­tionnelle de leur moyenne d'âge suffiraient pour confirmer la désuétude de ces dizaines de milliers de lieux de culte construits sous d'autres auspices. Il existe donc bien un déficit de ressources humaines et matérielles qui met en péril un patrimoine ecclésial qui, dans bien des cas, fait partie du patrimoine national : nul besoin de quelque sentiment religieux pour ressentir l'attachement à «son» église.
Le Québec - peut-être parce que s'y regroupent plusieurs des tradi­tions religieuses historiques qui y ont d'autant multiplié les lieux de culte, sans doute parce qu'aucune n'y est «établie», c'est-à-dire officiellement reconnue et soutenue par l'État, probablement parce que son institution patrimoniale (calquée sur celle de la France) est accoutumée à un certain interventionnisme, certainement parce que les églises y restent les hauts lieux de l'investissement collectif- vit intensément la désaffectation de ses églises depuis une bonne dizaine d'années.
En 1997, le Premier Colloque international sur l'avenir des biens d'Églises, tenu à Québec, avait permis de faire le point sur la situation des églises dans les villes-centres, particulièrement dans le monde anglo-saxon ; depuis, Les églises du Québec. Un patrimoine à réinventer, La conversion des églises au Québec : un siècle d'expériences, Le devenir de l'art d'église dans les paroisses catholiques du Québec et Le patrimoine religieux du Québec : entre le cultuel et le culturel, pour ne mentionner que ces publications, ont cherché à mettre à profit bilans et expertises pour dénouer le noeud gordien de la patrimonialisation des églises; une Commission parlementaire de l'Assemblée nationale du Québec a même lancé une consultation publique, en 2005, pour évaluer les voies d'avenir du «patrimoine religieux». Tout le monde paraît aujourd'hui convenir, en effet, que la patrimonialisation des «lieux de culte» en appelle aux autorités publiques, que ce soit en termes réglementaires ou par des moyens financiers, puisque la prise en charge de ces bâtiments se ferait au nom du patrimoine, c'est-à-dire au nom de l'intérêt collectif. Néanmoins, bien que la meilleure chose qui semble pouvoir advenir d'une église est de demeurer ouverte au culte, il devient de moins en moins possible, dans le contexte économique actuel, d'affecter de tels grands bâtiments à l'usage exclusif de quelques pratiquants, pendant un nombre limité d'heures par semaine.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoile


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?