Acheter d'occasion
EUR 10,90
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par legrandfleuve
État: D'occasion: Comme neuf
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Les Réfugiés de la Forêt Noire Broché – 20 mars 2014


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 20 mars 2014
"Veuillez réessayer"
EUR 10,90

Rentrée Littéraire
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

La guerre faisait rage sur tous les fronts. Nous n'avions que de mauvaises nouvelles. Les ateliers, les usines, les entreprises, les fermes se vidaient des hommes capables de travailler. Ces derniers étaient tous mobilisés loin de leur patrie et manquaient à l'essor du pays. La campagne allemande était déserte et trop calme.
Mon père fut parmi ceux-là. Dans la force de l'âge, à trente-huit ans, c'était un bel homme, grand, blond, costaud, plein de courage, qui dirigeait son exploitation agricole avec intelligence et prospérité. Nous vivions bien.
Nous ne pouvions pas compter sur des grands-parents. Ma mère, enfant unique, était restée orpheline à dix-neuf ans, ses parents ayant été tués lors d'un orage en pleine campagne, foudroyés et carbonisés avec les chevaux et la charrette.
Le choc avait été terrible et déstabilisant pour elle, seule, trop jeune pour subir un tel chagrin et assumer la lourde charge qui lui restait.
Quant à mon père, il était ce que l'on appelle «un sans famille». Placé comme ouvrier agricole dans la ferme, il avait à peine vingt ans. Courageusement, les deux jeunes gens s'épaulèrent, travaillant sans relâche et sauvèrent le bien familial.
Puis tout naturellement ils se marièrent, fondèrent une famille, faisant prospérer avantageusement la propriété.
Nous étions une famille heureuse, sans gros soucis, pleine de projets pour notre avenir.
Le départ de mon père nous laissa désemparés, ma mère, mon frère et moi. Forte femme de corpulence et de caractère, ma mère ne se laissa pas abattre très longtemps. Elle avait une résistance terrible et insoupçonnée. Elle prit les choses en main rapidement, pensant que cela ne durerait pas très longtemps.
- Toi, Olga, tu t'occuperas des vaches, de la maison, du poulailler. Ton frère t'aidera.
Ce n'était pas ce dont j'avais rêvé. J'avais mon baccalauréat, je voulais faire des études d'infirmière ; mon rêve s'écroulait.
Ne voulant pas la décevoir, j'acceptai. De toute façon, je n'avais pas le choix.
Georges n'avait que onze ans, il ne pouvait guère m'aider. En plus, son père lui manquait terriblement ; il devenait incontrôlable et ne comprenait pas pourquoi il était parti. Pour lui, la guerre, ce n'était que dans les livres d'histoire.
Ma mère se réservait les travaux des champs. Il est vrai que les tracteurs et tous les engins agricoles ne lui faisaient pas peur, jusqu'aux dépannages qui ne l'effrayaient pas.
Du matin au soir, il fallait la voir, juchée sur d'énormes tracteurs, tirant la charrue, la faucheuse, la remorque. Elle semblait infatigable. Le soir, elle rentrait épuisée, parlait très peu, mangeait et se couchait très tôt.
Dès cinq heures du matin, elle était debout, après une rapide toilette, son petit déjeuner pris à la hâte assise au bout de la table, prête à reprendre sa journée de labeur. Je ne la revoyais qu'à l'heure des repas.

Présentation de l'éditeur

1941 - Olga, jeune fille allemande, dont le père a été mobilisé, travaille dur pour aider sa mère dans l'exploitation familiale agricole. Aussi, quand un prisonnier français vient pour les soulager de leurs travaux, et qu'elle apprend que des centres de convalescence pour officiers cherchent du personnel féminin, pose-t-elle sa candidature ! Recrutée, elle laisse les siens et part vers son destin. Un destin qui est loin d'être celui dont elle rêvait. Il est question, selon les projets d'Hitler, de procréer une « nouvelle race »... Olga se trouve entrainée dans la chaîne sordide de ces jeunes femmes sacrifiées au nom de l'Idéal. Sur son chemin de douleur se trouve Hans... Celui qui saura lui redonner espoir et la guidera vers la reconstruction de son être.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoile

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?