Acheter d'occasion
EUR 5,16
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Rétrospective Poche – 9 janvier 2014

Ce titre fait partie de la promotion 2 livres Folio achetés = 1 livre offert (voir conditions sur la page de l'opération en cliquant ici)
4.5 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,70 EUR 5,16

Promotion Folio
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Au moment de pénétrer, vers minuit, sur l'immense et austère esplanade dépouillée de tout ornement, de statue ou de fontaine hormis de lourdes chaînes métalliques ceinturant ses bordures, le metteur en scène a l'impression que l'angoisse de sa compagne est enfin retombée, tandis que le regard de l'actrice rayonne de gratitude à l'égard de celui qui l'a emmenée avec lui. Du perron de l'ancien hospice hébergeant jadis les pèlerins et transformé depuis en parador, deux grooms à la chevelure d'argent se précipitent vers eux pour prendre leurs bagages. Sans se laisser dissuader par l'heure tardive ni par la fatigue évidente de ses invités, leur hôte les presse d'admirer la célèbre cathédrale : à cette heure, juchés sur le fronton entre ses clochers jaunâtres, des souverains et des saints se dressent en leur honneur. Leur guide improvisé énumère les saints patrons et les bâtisseurs du sanctuaire dans un anglais fruste mais fluide et s'extasie devant l'étendue de la place où des fidèles affluent chaque jour : nul doute qu'il s'acharne à prouver à ses invités que la sainteté du lieu où ils viennent de poser le pied ne le cède en rien à celle de leur pays d'origine.
Enchanté par la splendeur de la cathédrale et par la majesté de l'hôtel qui les attend tout à côté, le metteur en scène Yaïr Mozes se félicite de n'avoir pas décliné la requête de son ambassade et, malgré le poids des ans, d'avoir atterri dans ce pays lointain afin d'assister à une rétrospective de ses films. Mais, comme souvent au cours des dernières années, la tristesse le submerge à la pensée de son directeur de la photographie, qui épaulerait déjà sa caméra et, au coeur de cette pureté hivernale, tenterait de fixer sur la pellicule, sinon la cathédrale elle-même immortalisée un nombre incalculable de fois, du moins l'éclat de la lune dont la pâleur se reflète sur les chaînes de la place, voire l'ombre des marches massives menant à la ville ancienne. Et le metteur en scène songe que, s'il s'emportait, comme jadis, contre le gaspillage d'une précieuse pellicule, son directeur de la photographie sourirait sans un mot et arguerait que des prises de vue inopinées, sans aucun rapport avec l'intrigue ou les personnages, offraient, plus d'une fois, la possibilité d'enrichir sur la table de montage des enchaînés banals entre des scènes et d'insuffler à un film éminemment réaliste cette dimension mystique et symbolique si prisée de son ex-scénariste.
Eût-il été encore en vie que Tolédano, le directeur de la photographie, ne se serait pas tenu coi sous le flot intarissable des explications de leur hôte auquel il convenait décidément d'imposer des limites, mais il se serait écarté et, de manière à la fois furtive et ostensible, aurait gavé sa caméra affamée du profil, ou de la silhouette, voire de la seule ombre de Ruth, elle dont l'amour qu'il lui vouait avait causé la mort de Tolédano.
C'est peut-être à cause d'elle que, des années après son décès, Mozes se souvient autant de lui, car l'actrice, objet de l'amour malheureux du directeur de la photographie, est devenue, depuis, la compagne de voyage attitrée de Mozes ou, plus précisément, une «figure» qu'il a prise sous son aile. A cette heure, la voilà sous sa protection, vêtue d'un manteau à poils râpé, un peu courbée, presque recroquevillée mais, malgré les traces laissées par les ans, elle demeure attirante, alors que son attention bienveillante, qui paraît sincère même quand elle ne l'est pas, encourage le déluge verbal nocturne qu'il convient d'endiguer, une fois pour toutes. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Dans ce roman pétillant d’intelligence, l’un des plus grands écrivains israéliens scrute l’âme d’un homme qui se demande «comment ne pas renoncer au désir pendant le peu de temps qui nous reste». Prix Médicis étranger et prix du Meilleur Livre étranger 2012.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par M. Grynwald TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 16 décembre 2012
Format: Broché Achat vérifié
1. Le point de départ du roman: Yaïr Mozes, un metteur en scène de cinéma israélien, septuagénaire et célèbre dans son pays, est invité en Espagne à une rétrospective de ses films de jeunesse. Il s'y rend avec l'actrice, Ruth, qui a participé à tous ses films. Dans la chambre qu'il partage avec Ruth est accroché un tableau sur le thème de la « Charité romaine » qui lui rappelle le dernier film qu'il a réalisé avec Trigano, le scénariste avec lequel il a travaillé au début de sa carrière et la cause de sa rupture avec ce scénariste.
De façon plus précise: dans ce tableau une jeune femme donne le sein à un vieillard mourant de faim. Or, Ruth, qui était alors en couple avec Trigano, avait refusé de tourner une scène analogue et ce refus avait été accepté par Mozes mais n'avait pas été admis par Trigano qui avait alors rompu tant avec sa compagne qu'avec Mozes.

2. Ces éléments de départ permettent au romancier de raconter la vie de ses personnages, principalement Mozes, Ruth et Trigano et de construire une intrigue qui tient en haleine jusqu'à la dernière ligne.

3. J'ai trouvé ce roman remarquablement bien écrit et bien construit. L'écriture est claire, sans fioriture inutile. Les divers éléments du roman forment une construction dont j'ai admiré l'ingéniosité.
Avec un sujet du type de celui choisi par le romancier d'autres seraient tombés dans le piège du vaudeville ou du « blingbling » racoleur.

4.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Skin-deep, le déclassé TOP 500 COMMENTATEURS le 11 décembre 2012
Format: Broché
Il est des livres qui éveillent le regret de n'avoir pas été lus à l'âge de vingt ans. D'autres, au contraire, révèlent un regard d'une telle maturité sur l'existence que l'on se réjouit de les avoir découverts à un âge plus avancé. "Rétrospective" d'Avraham B. Yehoshua appartient incontestablement à la seconde catégorie. C'est un livre d'une richesse thématique inouïe, dans lequel l'écrivain, septuagénaire comme son personnage, semble avoir voulu fondre toute l'expérience d'une vie - ses sentiments intimes, ses interrogations sur l'art, la fraternité et le destin de son pays. Un livre d'une intelligence qui met par instants les larmes aux yeux et d'une sagesse magique posant sur les êtres un regard empreint d'une compréhension que seule la vieillesse possède envers la faiblesse des hommes. Peut-on comprendre pleinement un roman si exigeant et si imposant avant d'avoir laissé derrière soi sa jeunesse? Fermez les yeux et ne serait-ce que l'espace de quelques secondes songez à ce qui importe le plus à la vie d'un homme: à ce qui l'éclaire - l'amour, l'amitié, la foi en ce qui est accompli -, ou bien à ce qui la blesse et la rend vulnérable - la rivalité, le renoncement, la culpabilité. Ce sont tous ces aspects sombres ou lumineux de l'existence humaine que nous sommes invités à partager en suivant à fleur de conscience, sur plusieurs semaines et à un rythme d'une lenteur euphonique, les pensées d'un vieil homme israélien, le cinéaste Yaïr Mozes.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Passionnant ouvrage,qui vous tient en alerte , à bout de souffle . Intéréssantes questions .. A méditer , pour les érudits et les artistes peintres . A recommander !
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
J'ai lu ce livre car je fais partie d'un cercle de lecture. Mais il ne m'a pas plu du tout
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?