• Prix conseillé : EUR 43,00
  • Économisez : EUR 15,10 (35 %)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par monde_de_kamelia.
EUR 27,90 + EUR 4,99 Livraison
+ EUR 4,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par monde_de_kamelia
État: D'occasion: Très bon
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 43,00
Livraison à EUR 0,01 sur les livres et gratuite dès EUR 25 d'achats sur tout autre article Détails
Vendu par : Amazon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Suivre ces auteurs

Une erreur est survenue. Veuillez renouveler votre requête plus tard.


Réussite, échec et abandon dans l'enseignement supérieur Poche – 16 février 2015


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
EUR 27,90
EUR 27,90 EUR 18,00

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Extrait de l'introduction de Christophe Michaut et Marc Romainville

Depuis son fort développement dans le dernier tiers du XXe siècle, l'enseignement supérieur est confronté à des taux d'échec et d'abandon élevés qui sont régulièrement dénoncés comme autant de gaspillages sociaux, humains et financiers. Les «taux de survie» dans l'enseignement tertiaire montrent en effet que 30 % des nouveaux inscrits quitteront en définitive cet enseignement sans aucun diplôme (OCDE, 2009). Un autre tiers seulement des étudiants ayant accédé au supérieur y obtiendra un diplôme dans les temps prévus. Notre «société du savoir» et notre «économie de la connaissance» s'accommodent mal de rendements aussi faibles d'un palier du système éducatif jugé par ailleurs déterminant pour la croissance économique et sociale des pays développés (Aghion & Cohen, 2004). De plus, à l'heure où plus de la moitié d'une classe d'âge accède désormais à ce type d'enseignement dans la plupart des pays européens, on ne peut plus se contenter de prétendre que ce problème ne touche qu'une petite partie de jeunes privilégiés, comme c'était le cas du temps des «héritiers» de Bourdieu et Passeron (1964).

Au-delà des seuls enjeux économiques et sociaux, les politiques d'enseignement supérieur doivent, de plus, faire face à un ensemble de problèmes dans un contexte de limitation des financements publics (Baudelot & Leclercq, 2005) : aménagement de la carte des formations supérieures, attribution des aides financières accordées aux étudiants, régulation des parcours des étudiants, détermination du degré d'autonomie à accorder aux établissements... Ces derniers sont de plus en plus contraints de rendre compte de leur fonctionnement aux étudiants et à leur tutelle dans le cadre de procédure d'accréditation et d'assurance-qualité, notamment pour renforcer leur attractivité.

Par ailleurs, les étudiants sont invités à poursuivre de plus en plus leurs études alors que la rentabilité salariale de ces dernières diminue (Selz & Thélot, 2004), que les conditions d'accès à l'emploi se détériorent et que les déclassements s'amplifient (Giret, Lopez & Rose, 2005). L'objectif de conduire une proportion croissante d'une génération diplômée de l'enseignement supérieur ne pourra être atteint avec la seule croissance de la demande d'éducation supérieure, même si l'instauration ces dernières années de la norme européenne en trois cycles standardisés stimule cette demande.

Présentation de l'éditeur

Depuis son fort développement dans le dernier tiers du XXe siècle, l'enseignement supérieur est confronté à des taux d'échec et d'abandon élevés qui sont régulièrement dénoncés comme autant de gaspillages sociaux, humains et financiers. De surcroît, il lui est demandé d'élever le niveau de formation des jeunes tout en faisant preuve d'une plus grande justice sociale. Face à ces impératifs, les établissements sont incités à lutter contre l'échec et les étudiants contraints à réussir leurs études. Mais que signifie «réussir des études» ? Accéder à la formation et à l'établissement désirés, atteindre un certain niveau d'études, acquérir des compétences utiles sur le marché du travail ou seulement obtenir le diplôme ? Et quels facteurs sont associés à la réalisation d'un parcours réussi ?

Le phénomène apparaît bien plus complexe qu'il n'en a l'air : il dépend à la fois des conditions d'accès et de sélection des établissements, des pratiques pédagogiques des enseignants et des caractéristiques des étudiants. Par ailleurs, certaines structures d'enseignement supérieur mettent en place des politiques et des dispositifs de détection et de prévention du décrochage ou d'abandon des études. Sont-ils efficaces et équitables ?

Réunissant les contributions de chercheurs en économie, en psychologie, en sciences de l'éducation et en sociologie, l'ouvrage tente de répondre à ce problème social en offrant une synthèse des travaux récents dans des contextes nationaux variés (Belgique, France, Québec, Suisse).

Marc Romainville

Docteur en sciences de l'éducation, il est professeur aux Facultés universitaires de Namur, en Belgique. Il y est responsable du Service de pédagogie universitaire et directeur du département Éducation & Technologie. Ses domaines privilégiés de recherche concernent l'échec dans l'université de masse, les pratiques étudiantes et les mutations des pratiques enseignantes à l'université.

Christophe Michaut

Christophe MICHAUT est maître de conférences en sciences de l'éducation à l'Université de Nantes et chercheur au Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN). Spécialiste de l'évaluation de l'enseignement supérieur, il est l'auteur de plusieurs articles scientifiques sur les pratiques et les politiques de sélection des élèves et des étudiants.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
    Apple
  • Android
    Android
  • Windows Phone
    Windows Phone
  • Click here to download from Amazon appstore
    Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.

kcpAppSendButton


Détails sur le produit


Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client


Évaluer ce produit

Partagez votre opinion avec les autres clients