undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
20
4,2 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Spoliées de leur héritage par leur demi-frère, les soeurs Elinor (« sense ») et Marianne (« sensibility ») Dashwood sont contraintes de quitter leur foyer natal et de s'exiler du Sussex vers le Devon. Là-bas, elles s'intègrent peu à peu à la vie locale, autour d'un lointain parent, Sir John Middleton, qui est la générosité faite homme, et de la belle-mère de celui-ci, Mme Jennings, entremetteuse bénévole et intarissable colporteuse des cancans de la bonne société du comté. Elinor ne tarde pas à trouver agréable la compagnie d'Edward Ferrars, qui se trouve pourtant être le frère de sa détestée belle-soeur - mais celui-ci est déjà secrètement engagé auprès de l'intéressée Lucy Steele tandis que sa mère le destine, sous peine de le déshériter, à une tierce personne, plus en fonds. Marianne, quant à elle, tombe amoureuse du séduisant mais inconstant Willoughby - et ignore l'amour muet du grave et digne colonel Brandon. Au terme du roman, qui sera marié à qui? That is the question.
Ce premier roman de Jane Austen (1811) est évidemment remarquable à plus d'un titre. On ne peut, à la première lecture, qu'être fasciné par le cadre familier qui nous est proposé et qui a été si souvent reproduit par des cohortes d'imitateurs : une Angleterre rurale et méridionale, faite de rentiers dont la vie sociale est rythmée par les visites aux cottages des voisins, dans laquelle le thé et le culte tiennent lieu de cérémonies, où l'essentiel est d'acquérir et de conserver en toute circonstance une bonne réputation. Mais on aurait tort de confondre dans le même désintérêt ce cadre (si désuet) et son observatrice (en fait, la première romancière moderne).
L'art de Jane Austen est rien moins que révolutionnaire : elle s'inspire des romans sentimentaux pour fonder l'analyse psychologique moderne ; elle pimente l'étude des sentiments de nouveaux éléments sociaux qui annoncent le roman victorien (l'argent est ainsi pleinement intégré aux stratégies matrimoniales) ; elle conserve l'héritage des élégantes lettres classiques (il y a, ici et là, des phrases d'une beauté proprement racinienne) avec une fraîcheur qui n'appartient qu'à elle. Evidemment, on peut reprocher à Austen le schématisme de ses personnages ou la myopie de ses préoccupations, mais ce serait la juger à l'aune d'un Tolstoï ou d'un Flaubert - qu'elle précède d'un demi-siècle. Au fond, les romans d'Austen sont comme les films d'Ozu : le cadre, l'histoire et les personnages sont toujours les mêmes mais le charme, toujours renouvelé, opère sans effort. Difficile d'expliquer cet art diaphane ; plus aisé de le reconnaître et de le savourer.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est le 3ème livre de Jane Austen que je lis, après Orgueil et Préjugés et Lady Susan. Comme les deux autres, j'ai adoré.
Le genre d'histoire reste très comparable à celle de Orgueil et Préjugés (deux soeurs, deux amours impossibles, beaucoup de préjugés, bon ou mauvais) mais, cependant, je trouve que ce livre n'est pas aussi bien que l'autre. L'histoire met un peu de temps à se mettre en place et les personnages sont peut-être un peu (mais un tout petit peu) moins attachants.
Ca reste un très bon livre avec beaucoup d'humour et beaucoup d'émotion qui peut plaire à absolument tout le monde.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2009
Ecrit peu avant Orgueil et Préjugé, ce roman m'a donné la désagréable impression d'en être une ébauche. Les thèmes sont presque identiques, mais les personages moins attachants, et l'intrigue moins prenante. Deux soeurs qui incarnent l'une la raison, l'autre la passion, "les sentiments", s'éprennent de deux hommes (l'un doux , timide et modéré, l'autre emporté et passionné). Amours attentes et déceptions sont au rendez vous,mais tout finit toujours bien , comme on s'en serait douté.
Les univers des deux soeurs sont tranchés, et la romancière se livre ici à un exerice de style autour des deux mots du titre. Malheureusement, le lecteur,empétré il me semble dans le développement "thèse antithèse", "la raisonnable et la passionnée", se laisse moins embarquer par la romance, et la satire assassine se fait moins subtile que dans orgueil et préjugés.
En bref, à mon avis, ce roman est à lire avant Orgueil et Préjugés ou pas du tout.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2004
Le premier livre que j'ai lu de Jane Austen et qui m'a donné envie de lire tous les autres! Les phrases sont fluides, policées, mais nous peignent en un coup de crayon assassin les travers de la société du 17ième siècle: un vrai régal! L'histoire est fraîche, universelle, et nous sommes tenus en haleine jusqu'à la dernière ligne. Un classique à ne pas rater.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2008
Beucoup d'entre nous connaissent les adaptations filmiques de la romancière anglaise du 18eme mais peu se hasardent entre les pages qui ont donné naissance aux films... c'est un grand tort !

Après un petit temps d'adaptation à la langue de l''époque (en traduction), On se laisse vite prendre dans cette histoire pleine de romance, de rebondissements, et décrivant avec une finesse rare la société anglaise du 18eme et les codes qui la régissent.

Si les us et coutumes en matière d'amour et de mariage sont bien d''un autre temps, en revanche, la maîtrise de la psychologie humaine, et plus particulièrement de la psychologie féminine, que Jane Austen y développe, est absolument surprenante. La romancière décrit avec une acuité profonde les cheminements amoureux de ces deux sœurs si différentes, ce qui confère à l''ensemble de l''œuvre une modernité étonnante.

Tout cela se lit avec délectation et plaisir.

Le plus surprenant demeure toutefois cette ironie du sort qui veut que la sœur la plus raisonnée '-à la limite d'ailleurs de posséder une philosophie stoïque- accède finalement au bonheur tant espéré et se livre ainsi pleinement dans les sentiments qu''elle a toujours éprouvé au fond d''elle, tandis que la plus impétueuse des deux se verra finalement contrainte de réfréner ses ardeurs et d''épouser un autre homme que celui sur lequel elle avait fantasmé, et faire preuve ainsi de cette raison qui lui manquait. Raison pour laquelle elle ne sera pas loin d''éprouver un certain plaisir'

Bref, Jane Austen mérite un détour certain et au final, le lecteur sera heureux d'avoir fait halte dans cette campagne anglaise romantique, aux couleurs si délicieusement surannées. Avec Jane Austen, les sentiments restent suspendus dans le temps car c'est le propre de l'atemporalité des coeurs...
22 commentaires| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juin 2002
Une belle fresque romantique et sentimentale qui met en jeu les émois de deux soeurs, leur fortunes (et infortunes!) diverses, au milieu de personnages secondaires au caractéres particuliers et bien décrit. Il semble que l'auteur s'attache plus au côté psychologique de ses personnages.
Un livre à lire, qui donnera envie de découvrir les autres oeuvres de J.Austen
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un roman captivant tout d'abord de par son incompréhension. Je m'explique : un amour naissant entre Elinor et Edward suivi d'une froideur non expliquée, et une passion fougueuse entre Marianne et Willoughby suivi d'un départ précipité de celui-ci que personne ne s'explique, le tout renforcé par le silence de Marianne sur leur situation et son chagrin inconsolable.
On ne peut que se poser des tonnes de questions sur les raisons de chacun motivant ces brusques changements.
C'est a partir de la moitié du livre que j'ai vraiment senti que je ne le lâcherais plus jusqu'au bout. Il y a tellement de mystères accumulés qu'on a juste envie de vite connaitre le fin mot de l'histoire.
Encore une fois je suis surprise par la facilité et le plaisir qu'offre l'écriture de Jane Austen. Ce roman se dévore à une vitesse folle !
Néanmoins, je dois dire qu'Orgueil et préjugés reste mon préféré.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2011
Jane Austen m'a enchantée avec l'histoire des déboires amoureux de ces deux soeurs et sa description des moeurs de la bourgeoisie. Et je reste fascinée par son habileté à donner du relief à la banalité de leurs vies quotidiennes !

Le décor dans lequel évoluent les personnages donne une ambiance délicieuse, cette Angleterre rurale a un charme fou.

Les personnages féminins principaux ou secondaires sont bien dessinés et dominent le roman. Souvent, elles m'ont fait réagir ou étonnée, notamment Marianne qui m'a plus d'une fois agacée par son attitude méprisante et incorrecte envers Mme Jennings. Les personnages masculins quant à eux sont assez fades, le roman manque d'une figure masculine forte.

En tout cas, j'ai été extrêmement amusée et fascinée de voir comment ce petit monde fonctionnait.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2002
Les histoires d'amours remarquables de deux soeurs anglaises du XVIIIéme. Des joies, des deceptions, des rebondissements, un véritable régal. C'est un concentré d'émotions, du pur bonheur.
Raisons et Sentiments est un livre qui permet de s'évader vers une autre époque, à lire absolument!
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2010
Jane Austen nous décrit sans aucun doute la réalité de l'amour dans l'Angleterre du 18ème siècle avec ses codes et ses pratiques, notamment au sein des familles ayant quelque bien. Car l'amour est entièrement régi par l'argent à cette époque. En va-t-il différemment de nos jours? Je laisse à d'autres le soin de répondre.

Mais le point fort de cet ouvrage est de nous décrire par le plus menu détail les tourments de l'amour. Les deux soeurs, tout aussi différentes qu'elles sont, connaissent ce que des amours contrariées peuvent provoquer dans les coeurs et les esprits. Marianne, la soeur que le coeur semble dominer, verra son corps s'affaiblir alors qu'elle est délaissée par l'objet de ses désirs, lequel jettera son dévolu sur une femme dont l'amour est davantage sonnant et trébuchant. Elinor, celle que l'on qualifierait aujourd'hui de cérébrale, n'est pas moins tourmentée par le fait d'apprendre que celui que son coeur a choisi s'est engagé par ailleurs auprès d'une autre femme. Pour autant, sa réaction est beaucoup plus « polissée » en apparence que celle de sa saeur mais les agitations intérieures n'en sont pas moins importantes.

Enfin, le style linguistique d'un autre temps donne à cet ouvrage, qui conserve une actualité certaine, un ton qui est doux à l'oreille. Lire des passages à haute voix m'a procuré un plaisir avéré.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici