undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo nav_PhotoM16 soldes montres soldes bijoux
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Ramones (Expanded)
 
Zoom
Voir une image plus grande (avec un zoom)
 

Ramones (Expanded)

7 avril 2009 | Format : MP3

EUR 13,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 6,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
2:13
30
2
2:32
30
3
1:32
30
4
2:24
30
5
1:56
30
6
1:36
30
7
2:40
30
8
2:15
30
9
1:57
30
10
1:58
30
11
2:21
30
12
1:52
30
13
1:43
30
14
2:17
30
15
3:02
30
16
1:36
30
17
1:55
30
18
1:56
30
19
1:42
30
20
1:05
30
21
1:54
30
22
2:12
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.9 étoiles sur 5
5 étoiles
16
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 18 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Jidé COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR le 20 février 2005
Format: CD
Commencez par la pochette : un noir et blanc basique, 4 types aux allures déglinguées, 4 glandeurs même pas soignés, faux frères aujourd'hui tous disparus (à l'exception du batteur).
Et cette entame, éternelle : « Hey Oh, Let's Go ! » ... mais où ça ? En plein dedans !
On se figure mal en effet le choc de la sortie de cet album, en 1976, alors que le paysage rock est dominé par des super musiciens aux budgets d'enregistrement proches des productions hollywoodiennes. Car avant tout, le premier album des Ramones est un disque enregistré vite, sans argent et sans talent (apparent, du moins, les Ramones ayant décidé de faire de la musique avant même de savoir la jouer, de peur d'arriver trop tard) : 6400 dollars, 17 jours, 14 morceaux (auxquels s'ajoutent ici une dizaine de démos pur jus), 28 minutes de musique (sans les bonus). Le métronome du studio est bloqué à 128 beats et toutes les chansons sont enregistrées à une vitesse plus lente qu'en concert, ce qui ne les empêche nullement d'être bien plus rapides que la moyenne et de jouer parfaitement leur rôle.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 42 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Mélomania COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 27 mai 2016
Format: CD Achat vérifié
Un album enregistré à l'ancienne pour un groupe qui amorce une révolution dans le monde de la musique ? C'est l'éponyme des Ramones, un album qui inscrit le punk rock dans les annales. Bon, pour le coup, je vais faire comme les Ramones et filer droit au but car, enfin, quoi de plus bêta que les trois accords, la rythmique frénétique et simplette et ce chant qui a l'air de ne pas vraiment y être mais finalement si (c'est tout le charme de Joey que de ne pas être un vocaliste punk lambda) ? Hein ? Ben rien. Sauf que réussir ce machin là, dès le supra-accrocheur Blitzkrieg Bop, c'est pas si simple, c'est même en vérité très compliqué. Alors, à l'image de nos Shériffs à nous (qui leur doivent beaucoup mais le font tellement bien !), c'est dans un innocence, une naïveté inattendue que réside tout l'irrésistible succès de ces faux frères fameux. On se dit même que les early-Beatles ne sont parfois pas bien loin (I Wanna Be Your Boyfriend) sauf que l'agression électrique et la punkitude (dont il sont quand même un peu les inventeurs) ressurgit bientôt (Now I Wanna Sniff Some Glue) et ça fait un bien fou ! Parce que, souvenez-vous, en 1976 ce sont les dinosaures du prog rock et du heavy metal/hard rock qui domine le bal et que souvent ces messieurs, tout pétris de leur autosuffisance, ont des tendances à l'excès d'ambition. Et donc ça fait du bien d'entendre du rock qui sent la graisse de mob, le cuir rapé et la bière tiède, de la musique qu'on se dit qu'on pourra jouer aussi avec les potes (on ne pourra pas en fait, voir plus haut).Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Lester Gangbangs TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 12 mai 2013
Format: CD Achat vérifié
Les Ramones, c’est un peu les Dalton du punk. Sauf que contrairement aux faire-valoir de Lucky Luke, les Ramones ne sont pas frères et pas aussi cons que ce qu’ils ont l’air.
Même si dans le trio fondateur (Dee-Dee, Johnny et Joey), ils sont quand même un peu cinglés à le base, en tout cas pas dans la « norme », que ce soit dans leurs goûts musicaux ou dans leur façon de s’habiller. Rassemblés par ce qu’ils détestent (le style west-coast, les hippies, le prog), plutôt que par ce qu’ils aiment (seuls les Beatles font l’unanimité, leur nom vient d’un pseudo – Paul Ramon – que McCartney utilisait lors de l’épisode Hambourg de la saga des futurs Fab Four), ils vont instaurer un look (cheveux longs, lunettes noires, Perfecto, tee-shirt, jeans troués, Converse) recopié jusqu’à l’écœurement depuis par tous ceux qui se sont cherchés une crédibilité « rock ».
Ces trois-là n’auraient jamais fait parler d’eux s’ils n’avaient pas croisé la route du quatrième larron, Marky, un ingénieur du son, qui deviendra le batteur, et un peu la tête pensante du groupe. Pas envie et pas les moyens techniques de rivaliser avec Genesis ? Et bien, les Ramones vont faire dans la simplicité, dans le dénuement. Intro, couplet, refrain, deux minutes (voire moins) chrono, avec en point de mire l’évidence des ritournelles sixties en général, et celles produites par Spector en particulier. Les Ramones n’ont pas lu Tolkien ou Huxley ? Pour les textes (une centaine de mots, des fois moins), ils parleront de leur quotidien, de sniffer de la colle, de glander, de se sentir un peu paumé, de pas savoir s’y prendre pour draguer les filles.
Lire la suite ›
10 commentaires 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique