EUR 12,00
  • Prix conseillé : EUR 15,60
  • Économisez : EUR 3,60 (23%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats en France métropolitaine. Détails
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Red a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Red Import

4.8 étoiles sur 5 29 commentaires client

Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations
27 neufs à partir de EUR 7,77 6 d'occasion à partir de EUR 12,85
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Red
  • +
  • In The Court Of The Crimson King
  • +
  • Starless And Bible Black
Prix total: EUR 45,06
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (27 mai 2008)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Dc
  • ASIN : B00065MDSQ
  • Autres éditions : CD  |  Cassette
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5 29 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 6.672 en CD & Vinyles (Voir les 100 premiers en CD & Vinyles)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Red
  2. Fallen Angel
  3. One More Red Nightmare
  4. Providence
  5. Starless

Description du produit

Description du produit

Als King Crimson im Juli 74 das Studio betrat, hatte die Band zwei Jahre mit intensiven Tourneen und der Veröffentlichung der Alben "Larks´ Tongues in Aspic" und "Starless & Bible Black" hinter sich. Jamie Muir (Percussion) und David Cross (Geige/Mellotron) hatten die Band verlassen und gleichzeitig zementierte die Band ihren Ruf als eine der stärksten Bands der internationalen Rockszene. Mit vielen ehemaligen Mitgliedern und Freunden am Sax, Geige, Oboe und Klarinette produzierte die Band mit "Red" das letzte Crimson-Studioalben der 70er Jahre und ein wahres Meisterwerk des Jahrzehnts, das zahlreiche Musiker und Bands wie Steve Vai, Vernon Reid, Primus und viele mehr beeiflusste.

Critique

Le titre claque comme un coup de fouet : rouge, zone d’alerte maximale du compteur (figurant très clairement au dos de la pochette, l’aiguille flirtant avec la graduation extrême, quand le bolide va trop vite, l’embardée fatale menaçant à chaque virage, et que l’on pressent, les freins à la limite, sauf à utiliser au plus vite le siège éjectable, ne pas devoir sortir indemne du crash final). C’est, sans conteste possible, le sentiment hantant en cette fin d’année 1974 le maestro Fripp qui, sentant proche la mort des dinosaures du prog (il est un des premiers à employer cette expression qui fera date) et la fin donc d’une époque, décide de quitter le devant de la scène pour se consacrer (et ceci, on s’en apercevra bien plus tard, pour longtemps) à des travaux plus confidentiels, sans laisser à personne d’autre que lui-même le soin d’immoler sa créature (qui ne le satisfait donc plus vraiment), mais sans manquer non plus l’occasion de lui rédiger le plus noir des codicilles testamentaires.

Car ce dernier album, avant fort longtemps, est bien l’œuvre au noir de King Crimson, d’un King Crimson ramassé sur ses forces vives (David Cross vient de claquer la porte et on ne laissera même pas le temps à Ian Mac Donald de retrouver sa place comme prévu), réduit donc à un trio en guise de symbole de sa disparition programmée, et en fait déjà effective à la sortie de l’album, structure lui permettant de décupler la véhémence de ses sombres ardeurs (on sait à quel point dans le rock en général, mais dans le rock progressif aussi, c’est ce type de formation qui permet la plus totale et dévastatrice cohésion), quand bien même les participations moins que négligeables des deux sus-nommés et autres partenaires d’antan (Mel Collins en particulier), permettent, pour autant, le bilan fastueux d’une aventure musicale pour le moins exceptionnelle.

Et la pochette là non plus ne fait pas dans le mystère : noir pour noir, tout y est noir, à l’exception du titre coloré comme il se doit, et ce n’est pas le vague sourire ornant les lèvres de John Wetton qui peut faire oublier le rictus fermé et le regard dur et obstiné du maître, dont le visage, à l’instar des deux autres, affrontant en gros plan l’objectif, est plongé dans un sombre et éclairant contre-jour.

Inutile de dire que les atmosphères élégiaques et mélancoliquement nostalgiques (même si un romantisme sombre s’inscrit toujours en filigrane) se font de plus en plus passagères. Et si les deux réelles mélodies éclairant l’album sont toujours aussi poignantes et magnifiquement timbrées par la voix chaude et sur l’instant (mais jamais très longtemps) rassurante de John Wetton, elles le cèdent donc à chaque fois très rapidement aux contrées arides et inquiétantes que l’animal blessé fréquente avec toujours plus d’angoissante assiduité. Avec cette différence qui caractérise en quelque sorte les deux faces de l’album.

Pour « Fallen angel » (première face où la formule trio donne toute sa puissance hallucinée) elle cède la place à un riff énergique, épais, obsédant et pourtant mélodique, entraîné par la batterie virevoltante du fantastique Bill Bruford où la guitare frippienne moins tranchante qu’à l’accoutumée se fond avec la basse de Wetton en un tellurique amalgame sonore sur lesquels s’époumonent désespérement John Wetton et le cornet dissonant de Marc Charig. Et «Red» en début de face (un pur instrumental uniquement composé par Fripp) et son riff étouffant, cahotique, et obsessionnel à peine interrompu par une brève et lugubre accalmie, ouvre plus que magistralement le bal de ce rock âpre et violent, d’une noire intelligence et d’une exceptionnelle profondeur, habité par cette sombre et farouche prégnance qui le fait ressembler à une sorte de heavy-metal métaphysique, repris avec encore plus d’intensité, si c’était possible, par «One more red nightmare» (au titre plus que bien choisi) et son solo de saxophone déchiré, pour clore une des page les plus virulement torturées de l’œuvre crimsonienne.

Quant à «Starless» (deuxième face où les chemins d’une expérimentation visionnaire sont de nouveau plus que magistralement explorés) qui suit «Providence» un pur, énigmatique et totalement déstabilisant instrumental, où s’illustre une dernière fois avant son départ définitif, plus crispant que jamais, le violon de David Cross, c’est à un de ces formidables crescendos (construit autour d’une boucle de guitare torturante à souhait, déflagration circulairement entre-retenue) dont le groupe a le secret que le mélodie (installée dans un premier temps sur de splendides et majestueuses nappes de mellotron) cède la place (avant que de ré-émerger du chaos, irréelle et superbe, au final) pour une pièce qui, à l’instar de « Lark’s tongue in aspic part 2 » et « Fracture » sur les albums précédents, emmène l’auditeur aux confins du jazz, de la musique contemporaine, dans une sarabande sonore toujours réinventée, d’une tension d’une insoutenable densité, où sont convoqués dans un apothéotique final tous les pouvoirs incantatoires du roi pourpre, laissant pantois et décomposé celui qui l’écoute pour la première fois, regrettant comme Bill Bruford que l’aventure ne se prolonge pas plus longtemps, mais convaincu d’avoir entendu une des les plus grandes œuvres que, toutes tendances confondues, le rock ait jamais produites.



Eva John - Copyright 2017 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
26
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 29 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 8 juillet 2017
Format: CD
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE50 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 18 mai 2013
Format: CD
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Vous voulez voir plus de commentaires sur cet article ?

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique