• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Revenir au capitalisme, p... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par neufoudoccaz
État: D'occasion: Comme neuf
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Revenir au capitalisme, pour éviter les crises Broché – 25 février 2010

3.1 étoiles sur 5 7 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 25,90
EUR 20,00 EUR 14,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Cahiers de vacances Cahiers de vacances

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Présentation de l'éditeur

Conséquence d'un manque d'éthique des banquiers, la crise ? Effet d'un esprit de lucre insensé incitant à prendre trop de risques pour obtenir davantage de bonus ? Trop simpliste, réplique Pascal Salin. Produit d'une déréglementation excessive ? Faux, corrige-t-il. Plutôt de trop de mauvaises réglementations, de mauvaises politiques économiques et monétaires... et d'une insuffisance de capitalisme. Dès lors, l'Etat redevient-il la solution, comme le prônent les partisans de l'interventionnisme et de la régulation, de nouveau à la mode ? Rien de moins sûr, souligne-t-il. Le " retour de l'Etat " risque plutôt de nous enfoncer encore plus... Par un esprit libre, le décryptage de la crise et des hypocrisies auxquelles son interprétation dominante donne lieu.

Biographie de l'auteur

Pascal Salin est professeur émérite à l'université Paris-Dauphine. Il est notamment l'auteur de La Vérité sur la monnaie et de Libéralisme.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.1 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Le livre de Salin est excellent. Le commentaire de Latour est mensonger, et de toute évidence il n'a pas lu le livre. Il parle en idéologue borné, anti-libéral.

L'approche de Salin est celle d'un scientifique, économiste, qui met ses théories à l'épreuve des FAITS. La théorie qui permet le mieux d'expliquer la mise en place des crises est la théorie autrichienne des cycles. Mais pour comprendre cela, il faut lire le livre.

Recommandé pour tous ceux que la réalité intéresse. La principale cause de la crise est la politique monétaire totalement inflationniste qui a permis une création monétaire sans précédent dans l'histoire, tout en garantissant les banques contre les faillites. Toutes les conditions étaient réunies pour favoriser l'irresponsabilité, et les prises de risques excessives. Ce qu'un capitalisme "normal" n'aurait jamais rendu possible : l'autorégulation par la faillite est l'essence du capitalisme, basé sur le respect des droits légitimes de propriété. Jamais un dirigeant propriétaire de ses fonds - donc responsable - n'aurait pris les risques qu'ont pris les salariés aux commandes de grandes banques dont l'actionnariat est très dispersé.
Remarque sur ce commentaire 28 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
Pascal Salin dans "Revenir au capitalisme" fait quelque chose d'assez rare dans la pensée moderne : il propose un retour en arrière. Cela fait certainement de lui un penseur courageux, à défaut d'un penseur lucide. L'auteur a la nostalgie du vrai capitalisme, celui de nos grands-parents (je suis quinquagénaire, calculez donc). De quel capitalisme s'agit-il donc ? De celui qui refuse l'hédonisme et la satisfaction immédiate ; de celui qui aime l'épargne et la parcimonie ; de celui qui ne jure que par l'effort et le travail honnêtes ; de celui qui va jusqu'à l'esprit de sacrifice lui-même. Finie donc la consommation à tout crin, hic et nunc ! Tout comme il existe un authentique amour du loup pour l'agneau selon la formule amusante de Socrate dans le Phèdre, il existe un héroïsme libéral, et Pascal Salin est convaincu que si le capitalisme pouvait retrouver ses racines écossaises et puritaines (l'idée des racines écossaises et puritaines est de moi, attention !), notre monde irait beaucoup mieux, et la crise (due entièrement à un excès de réglementation) ne serait plus qu'un mauvais souvenir.

C'est ici que la lecture de Jean-claude Michéa s'avère indispensable, notamment de son meilleur livre (à mon humble avis), "L'Empire du moindre mal". Je reconnais que la façon d'écrire de Michéa est disons assez brouillonne et que ces analyses gagneraient à être étoffées, mais c'est un philosophe qui a l'immense et rare avantage de la clarté et qui dit des vérités que l'on ne trouve pas ailleurs.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Chacun pense ce qu'il veut de Pascal Salin et du contenu de ses ouvrages. Pour ma part, l'ayant lu avec un grand intérêt, même si je ne partage pas toutes ses analyses, je dois lui reconnaitre le mérite d'exister et de proposer une analyse différente du matraquage keynesien insupportable dont nous abreuvent les médias et les politiques depuis toutes ces années, et que l'on devrait avaler sans broncher comme la seule vérité universelle.

Pascal Salin nous propose dans cet ouvrage une analyse de la crise complètement à contre courant de ce que l'on peut lire et entendre à longueur de temps, et propose des solutions pour le moins iconoclastes, qui pourraient choquer les bonnes âmes keynésiennes.

J'ai fait mes études d'économie dans un bastion keynésiano-marxiste (Bordeaux 4 pour ne pas la nommer) et la lecture du livre de Pascal Salin représente pour moi une bouffée d'oxygène dans la puanteur étouffante de la pensée unique.

Merci Professeur Salin pour ce petit voyage au pays de la liberté et de la responsabilité !
Remarque sur ce commentaire 24 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
L'ouvrage de Pascal Salin a plusieurs mérites qui justifient d'emblée sa lecture: sa clarté et sa pédagogie et surtout son positionnement libéral. Si vous voulez connaître et comprendre les arguments des économistes les plus libéraux, Pascal Salin est votre homme, tant il est vrai que la production économique actuelle pour le commun des mortels est marquée par un retour écrasant du keynésianisme plus ou moins light.
Sur le plan du contenu, l'explication de la crise est assez convaincante (les exigences politiques des gouvernements américains expliqueraient pour lui la bulle immobilière et les mauvais prêts) et tranche avec l'hypocrisie qui porte à concentrer les critiques sur le secteur bancaire. Néanmoins sur cette partie de l'ouvrage on peut au moins faire deux critiques, l'auteur ne remet pas la crise dans un contexte plus global de stagnation des revenus et d'inégalités croissantes (comme l'ont pu faire Stiglitz ou Artus en France)et il semble sous-estimer les facteurs qui rendent les marchés de capitaux fondamentalement moins efficients que les marchés traditionnels.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus