Acheter d'occasion
EUR 10,29
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 6 images

Robert Guédiguian, cinéaste Relié – 6 février 2013

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !

4.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
EUR 17,99 EUR 10,29

Les 10 livres les plus attendus du moment Les 10 livres les plus attendus du moment

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

UN CINÉASTE DE QUARTIER

Robert Guédiguian, «cinéaste de l'Estaque». L'expression, accolée au nom du réalisateur, est devenue plus que familière : une évidence. Elle pourrait figurer sur sa carte d'identité à la rubrique «signe particulier». Mais comme toutes les évidences, il est nécessaire de l'interroger, d'examiner ce qu'elle recouvre. «Cinéaste de l'Estaque», la signification est double : d'une part, Robert Guédiguian est issu de ce quartier excentré de Marseille, situé tout au bout des quais portuaires de la ville, au nord-ouest ; d'autre part, l'Estaque est au centre de son cinéma, c'est le lieu où il tourne, il en est devenu le filmeur ou le peintre, après d'illustres prédécesseurs, comme Braque et Cézanne.
Rien de cela n'est faux, même si on mesure les risques de faire correspondre, comme dans une équation sans inconnue, un homme, cinéaste qui plus est, à un bout de territoire. Guédiguian, cinéaste de l'Estaque ? Cinéaste marseillais ? Il y a presque là-dedans une assignation mentale à résidence, une identité posée une fois pour toute, qui enferme et rassure. Avec condescendance, on convient que l'emblème ou le porte-parole, malgré toute la considération que mérite ce rôle, n'a pas la liberté suffisante pour accéder à l'universel. Danger de réduction d'un univers artistique au pittoresque, au même titre que d'autres catégorisations, comme celle qui désigne Robert Guédiguian comme «le cinéaste de la classe ouvrière».
Et pourtant, n est possible de reprendre l'expression - «cinéaste de l'Estaque» -, et d'en renverser les significations trop vite admises. Car cette expression-là, à bien la considérer, n'emmène ni sur un chemin étriqué, ni vers un horizon étroit. N'en déplaise aux tenants de la souche et de l'«origine contrôlée», elle ne chante pas les valeurs du terroir, au demeurant toujours introuvables. Elle est au contraire synonyme d'ouverture, de pluralité et de complexité. Ce livre se propose d'en donner quelques indices. Mais s'il en fallait d'ores et déjà une preuve, une seule, la plus simple réside dans le fait même de se revendiquer de l'Estaque. Il s'agit là, incontestablement, de reconnaître son appartenance à un quartier de Marseille, celui dont on est issu. C'est une première identité, mais elle est loin d'être exclusive. Car le jacobinisme obtus, où il n'est d'autre possible que de se réclamer Français, n'a pas sa place ici. L'être estaquéen est plus proche de la manière d'être Arabe. Être Arabe, c'est se vivre comme une somme d'identités indissociables et complémentaires (le village ou le quartier, la ville, la région, la terre, la religion, le rite, la langue, ses variétés dialectales...), où le local dialogue avec le global, l'individu avec le collectif, le matériel avec le spirituel. Ces quelques mots, tout en dialectique, dressent d'ores et déjà un portrait de Robert Guédiguian et de son cinéma.
Dans Le Voyage en Arménie, Anna (Ariane Ascaride), cardiologue marseillaise et communiste, une fois celle-ci arrivée dans le pays de son père, Barsam (Marcel Blüwal), est l'objet d'une douce pression afin qu'elle reconnaisse l'évidence de son identité arménienne. Elle-même cède par intermittence à cet appel amical. Elle cherche sur son visage ce qui rappelle la morphologie des femmes de ce pays. Mais Anna reste lucide sur la part arménienne qui est en elle. Son arménité s'ajoute à ses autres identités, sans prendre le pas sur aucune d'entre elles. «Tu sais que dans une vie, on peut avoir plus d'un pays, plus d'un ami, plus d'une famille», dit Barsam à Anna.
Ce «voyage en Arménie» n'est donc pas pour Anna un retour vers des origines soudain révélatrices et autoritaires, mais un voyage vers ce qui contribue à la constituer au présent, et ce avec quoi elle peut composer, imaginer, inventer. La potentialité d'un enrichissement, pas une vision à angle obtus qui ramène tout, la pensée, les actes à accomplir, à l'aune d'une seule identité et où l'origine revendiquée (d'autant plus haut et fort qu'elle l'est de fraîche date) détermine le reste. Dans Figures du Palestinien, sous-titré «Identité des origines, identité de devenir», Elias Sanbar, aujourd'hui ambassadeur de la Palestine auprès de l'Unesco, a magnifiquement exprimé cette conception de l'identité, qui rejoint celle de Robert Guédiguian : «[...] confondue à tort avec la définition des origines, l'identité relève en réalité du devenir, [...] l'inquiétude identitaire n'advient que lorsque, individus ou groupes, nous nous trouvons confrontés à ce qui nous attend. Loin d'être originelles, nos racines sont devant nous».

(...)

Revue de presse

Depuis plus de trente ans, Robert Guédiguian souffle sur les braises...
Pour le comprendre mieux et l'apprécier plus encore, le livre de Christophe Kantcheff était nécessaire : en remontant pas à pas les chemins sur lesquels l'homme a bâti sa vie...
Pour dévoiler certains mystères sans que pourtant ils se dissipent, il fallait ce livre magnifique consacré à l'auteur de «A la vie, à la mort !». L'iconographie et la mise en page somptueuses associent documents personnels, photogrammes, photos de tournage...
C'est ainsi qu'il réussit notamment à associer, sans qu'ils se contrarient jamais, le récit, la biographie et l'analyse. L'exercice est de haute volée, et il fallait bien cela pour prétendre approcher la complexité cachée d'un art qui érige en principe sacré l'obligation de simplicité, et dont les fulgurances prennent la forme et la force d'évidences. (Pascal Mérigeau - Le Nouvel Observateur du 27 juin 2013)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 16 juin 2014
Format: Relié|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2013
Format: Relié|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?