undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
16
4,5 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 novembre 2011
ATTENTION ERREUR PRESENTATION !
l'édition rené chateau vidéo ne comporte que la VF, pas de VO ni sous-titres ! pas d'italien donc, que du français.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2005
Ce film sublimissime nous narre la vie de la decheance d'une famille de paysans venus s'installer a Milan dans les annees 1960. Comme tous les chef d'oeuvres, il s'offre a differentes interpretations. Ce film est un temoignage sociologique sur le phenomene de l'exode rural dans l'Italie des annees 1960. Il a aussi une dimension politique: a travers la complicite du frere cadet qui desire retourner a la campagne et de son frere aine ouvrier chez Fiat, c'est l'influence de Gramsci(theoricien communiste italien)qui ressort. Enfin, cette decheance prend une dimension tragique et a la structure d'un opera de Verdi(Visconti etait au debut un metteur en scene de theatre et d'opera). Les communistes italiens lui reprocherent egalement d'avoir ete influence par la culture bourgeoise europeenne(Dostoievski, Thomas Mann).
Mais, malgre toutes ces influences, ce film est avant tout un grand film de cinema ou Visconti est au sommet de son art(voir la scene du meurtre d'Annie Girardot en montage alterne avec un combat de boxe) et ne donne pas encore dans la peinture soporifique d'aristocrates decadents.
Un de mes films preferes!
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2004
Grandiose : Alain Delon, boulversant de sensibilité, et Renato Salvatori, qui se transforme tout au long du film en bête, jouent deux frères qui se disputent l'amour d'Annie Girardot, une prostituée en quête de rédemption qui ne la trouvera jamais, même dans la mort. Un noir et blanc sublime par ses contrastes et des scènes inoubliables (nottament la scène où Annie Girardot déclare sa haine à Renato Salvatori, qui va ensuite la tuer). Luchino Visconti montre son talent et nous emporte dans les coulisses de l'exode rural en Italie. Bien meilleur, selon moi que le Guepard, et pourtant moins connu.
11 commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
un des films les plus poétiques du néoréalisme italien (1960) ; une famille de l'Italie du sud appauvrie et traditionaliste -dans les années de reconstruction et de ré-industrialisation de l'après-guerre- vient chercher une meilleure vie dans le nord, à Milan, une mère et quatre frères -un cinquième fils vit déjà à Milan marié à la Cardinale- qui vont lutter avec pertinacité -chacun a leur manière- face à leur destin ; Visconti éclaire un fils après l'autre, particulièrement l'ange Rocco -servi par la beauté invraisemblable d'Alain Delon qui interprète avec une sensibilité à fleur de peau un saint angélique morfondu par la culpabilité- et le démon Simone -extraordinaire Renato Salvatori sauvage, frustré, à la dérive (dans une complète autodestruction)- qui se fait dépasser dans le milieu de la boxe par son puiné Rocco -Roger Hanin en manager homosexuel-, une femme se met entre eux -une Annie Girardot fragile et forte- aime l'un, subit l'autre et sombre dans une Milan saupoudrée de neige d'une blancheur incandescente, encore illuminée par un soleil froid d'hiver que le noir et blanc de Visconti sublime -vous ne marcherez plus jamais de la même façon sur le toit du Duomo après avoir vu la scène mythique entre Delon et Girardot-. Chef d'oeuvre absolu. A voir et à revoir.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Rocco et ses frères ou le cinéma tel qu'on le rêve: du romanesque, des coups et des pleurs, des PERSONNAGES.
Ce qui est étonnant pour un marxiste comme Visconti, c'est d'avoir réussi un film aussi manifestement chrétien. Rocco a beau être un boxeur, quand il est frappé, il tend l'autre joue. Et le dérouillage que lui inflige son frère ressemble fort à une crucifixion. Le film compte des scènes de boxe qui en remontrent aux américains et, comme toujours dans le grand cinéma italien, un arrière-plan social et politique précieux. Ainsi de la scène d'ouverture: en dix minutes se succèdent l'arrivée en gare de Milan de la famille pauvre du Mezzogiorno soudée autour de la mamma, l'émerveillement devant la richesse de la métropole, la difficulté à trouver son chemin dans les transports en commun de la métropole, la découverte de l'appartement sinistre et de la barre HLM, l'excitation des enfants de découvrir au matin du premier jour dans le Nord la neige, l'ostracisme des installés : « et d'où viennent-ils ? de Lucanie. Où est-ce ça ? Encore des sauvages ! ». Le plus beau rôle de Delon, le plus beau aussi de Girardot (mais qu'elle est belle dans ce film !) qui nous fait une Marie Madeleine fort acceptable.
La pochette de l'album des Smiths The Queen Is Dead reproduit une très belle photo de Delon KO dans le caniveau.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
un des films les plus poétiques du néoréalisme italien (1960), une famille en provenance d'une Italie du sud appauvrie et traditionaliste -dans les années de reconstruction et de ré-industrialisation de l'après-guerre- vient chercher une meilleure vie dans le nord à Milan , une mère et quatre fils -un cinquième fils vit déjà dans la grande ville marié à la Cardinale- qui vont lutter -chacun à leur manière- avec pertinacité face à leur destin ; Visconti éclaire un fils après l'autre, particulièrement l'angélique Rocco -servi par l'invraisemblable beauté d'Alain Delon qui interprète avec une sensibilité à fleur de peau cet ange blessé morfondu par la culpabilité- et le démon Simone -extraordinaire Renato Salvatori sauvage et frustré s'enfermant dans une autodestruction méthodique- qui se fait dépasser dans le milieu de la boxe par son puiné Rocco -Roger Hanin en manager inverti-, une femme se met entre eux -Annie Girardot tendre, passionnée et fragile- aime l'un, subit l'autre et sombre dans une Milan saupoudrée de neige d'une blancheur incandescente, encore illuminée par un soleil froid d'hiver que le noir et blanc de Visconti sublime -vous ne marcherez plus jamais de la même façon sur le toi du Duomo après avoir vu la scène mythique en Delon et Girardot-- Chef d'oeuvre absolu. A voir et à revoir.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tout en nuance, l'acteur fait corps avec son personnage trop bon, trop beau pour être vrai et finit par rejoindre son autre extrême, la méchanceté de son frère joué par renato salvatori! A voir aussi pour la naissance d'une autre star, madame Girardot.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 décembre 2013
Fort joli film de Visconti. On ne voit pas le temps passé, avec un Alain Delon au mieux de sa forme, une Annie Girardot magnifique en prostituée… La rivalité entre les deux frères pour une même femme.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2014
Et Delon, en plus, tout jeune, avec une rpésence incroyable !
Visconti peint ces immigrés de l'intérieur, leur difficile adaptation, leur nostalgie, et le sacrifice de Rocco, véritable prince Myschkine du film, prêt à tout pardonner,à s'oubleir pour garder sa famille unie...
Girardot extraordinaire, en prostituée à la fois provocante et désespérée... Un très beau film, dont les images en noir et blanc sont absolument parfaites.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2011
Un film clé de Lucchino Visconti qui s'insère entre le néo-réalisme et le flamboiement de ses futures oeuvres.
La photographie noir et blanc est superbe.
La musique de Nino Rota accompagne cete famille sicilienne débarquée à Milan et qui se désagrège de par le déracinement,l'argent et le désir.
Alain Delon en boxeur se sacrifie en vain pour préserver la famille;Renato Salvatori joue pafaitement le frère jaloux,brutal et irresponsable et la belle Annie Girardot est écartelée entre Salvatori et Delon;la mère(Katina Paxinou)a un jeu un peu outrancier en mater dolorosa.
Un grand classique.
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)