Acheter d'occasion
EUR 3,43
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le Roi des Aulnes Poche – 5 septembre 1996

4.4 étoiles sur 5 21 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche, 5 septembre 1996
EUR 3,43

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Avec un dossier réalisé par Jean-Bernard Vray

Quatrième de couverture

«3 janvier 1938. Tu es un ogre, me disait parfois Rachel. Un Ogre ? C'est-à-dire un monstre féerique, émergeant de la nuit des temps ? Je crois, oui, à ma nature féerique, je veux dire à cette connivence secrète qui mêle en profondeur mon aventure personnelle au cours des choses, et lui permet de l'incliner dans son sens. [...]Je relis ces lignes. Je m'appelle Abel Tiffauges, je tiens un garage place de la Porte-des-Ternes, et je ne suis pas fou. Et pourtant ce que je viens d'écrire doit être envisagé avec un sérieux total. Alors ? Alors l'avenir aura pour fonction essentielle de démontrer - ou plus exactement d'illustrer - le sérieux des lignes qui précèdent.»

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Claude Lorrain TOP 500 COMMENTATEURS le 28 août 2011
Format: Poche Achat vérifié
Couronné à l'unanimité par le prix Goncourt en 1970, le roman Le Roi des Aulnes de Michel Tournier, dont le titre fait référence au célèbre poème Erlkönig de Gœthe, nous raconte l'odyssée d'Abel Tiffauges (Tiffauges est le nom d'une ancienne terre de Barbe-Bleue).

Abel, dit par certains Mabel (ma belle ?), est un garagiste de 120 kilos doté d'un sexe minuscule. Il rôde autour des établissements scolaires. Au cours des deux années qui précédèrent la débâcle, il a tenu un journal où il ne néglige pas l'imparfait du subjonctif. Ses souvenirs de collège alternent sous la plume de l'auteur avec ses considérations sur l'art, la photographie, l'opéra, le transit intestinal, les turpitudes de l'Église, la « vérole patriotique », « l'aberration conjugale », la peine de mort ou le code pénal, et la justification plus ou moins claire d'une pédophilie qui ne sera franchement dévoilée que vingt ans plus tard, dans Aventures africaines. Tournier l'écrira dans Le Vent Paraclet, l'âme de Tiffauges, ce héros fasciné par les cuisses des petits garçons (avant « la catastrophe pubertaire »), elle est à l'image de celle de son romancier.

Après ce démarrage de quelque 140 pages, dont certaines il est vrai superbes, on découvre un grand roman qui nous entraîne en Prusse orientale, pendant la seconde guerre mondiale.

Tiffauges, qui a été fait prisonnier en Alsace, dit sa joie d'entrer en Allemagne, véritable terre promise.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 30 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
C'est l'histoire d'un fou qui lentement, mais sûrement, se promeut dans un système totalitaire: le Troisième Reich. Pour nous raconter cette ascencion, Michel Tournier jongle entre le journal d'Abel Tiffauges et la narration... et le narrateur finit par être contaminé par la folie de son personnage, à tel point que cette dernière devient normalité. Bien que, par la difficulité de son sujet et de certains des mots employés, il ne soit peut-être pas à la portée de tout le monde, ce livre est magnifique, tant dans l'histoire que dans le style mis en oeuvre.
Remarque sur ce commentaire 31 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Chauffé à blanc par "Vendredi ou les limbes du pacifique", foutu chef d'œuvre qui avait fait l'effet d'une pilule de viagra sur moin cerveau sous-alimenté en produits culturels de qualité, je me suis jeté sur "le roi des Aulnes", du même Michel Tournier, lauréat du prix Goncourt 1970, comme un Biafra sur un steak. Mes attentes ont été récompensées au delà du raisonnable. Tournier signe une fois de plus un roman foisonnant et extrêmement érudit dans lequel la femme est quasiment absente ou rapidement évoquée. Tu me diras, ça nous repose...

Ce récit pétri de philosophie -- je rappelle que Tournier est philosophe de "formation", bien que j'exècre ce terme pour parler de cette discipline... comme si il fallait une formation pour être amoureux ou pacifiste -- ce récit, donc, narre l'épopée d'Abel Tiffauges (le domaine de Tiffauges était le fief du tristement célèbre Gilles de Rais), de son enfance au sein d'un pensionnat de garçons où sa personnalité de gros taré va éclore, jusqu'à son enrôlement forcé dans l'armée française en 1939, puis sa déportation en Prusse orientale, d'abord en tant que prisonnier de guerre, puis façon Eric Zemmour, en tant que, disons-le carrément, collabo sans vergogne qui bouffe à tous les râteliers.

Initié à leur lecture dès son enfance par un camarade joufflu et pervers (dont le prénom, Nestor, est à chercher du coté de la bible), Abel voit dans les moindres aspects de son existence des signes le portant vers un destin grandiose.
Lire la suite ›
1 commentaire 19 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
C'est mon préféré de Tournier, j'avoue l'avoir lu plusieurs fois, et il m'arrive souvent, pour un plaisir intense et rare, de reprendre ce livre pour déguster les scènes de légende et leurs mots rares : la nuit de goinfrerie avec Nestor ("un seau de confiture et un bloc de gruyère"), la découverte du vestiare des petites filles ("La vision que j'eus m'obligea à m'appuyer au chambranle de la porte"), la rencontre de l'élan aveugle, le Oberreichjäger Goering ("les laissées")... C'est merveilleux. Le film avec Malkovitch était bon (pour un sujet pour le moins difficile), mais c'est la référence phorique (Christophe-l'ogre-le cheval noir-Nestor) qui emporte tout et laisse rêveur sur le rôle devoué à la virilité dans notre monde en perdition.
Remarque sur ce commentaire 20 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Abel Tiffauges est convaincu qu'il est voué à un destin exceptionnel. Il pense que tout concourt à la réalisation de ses desseins puisque la Providence elle-même semble ne dresser aucun obstacle en travers de sa route. Pour lui, tout est signe dans le monde et il lui incombe de déchiffrer ces signes pour comprendre le monde et le posséder.

C'est en la personne de l'enfant, pense -t-il , que l'explication de tout réside . L'enfant d'avant la chute: celui qui n'a pas encore connu la souillure avec le passage à la puberté, celui qui n'est encore que pureté, innocence qui symbolise l'unité préservée par opposition au monde de l'adulte celui de la séparation du cocon originel, de la puberté et de l'anéantissement du monde de l'enfance. Monde adulte auquel Tiffauges refuse d'adhérer, de participer.

Abel est un ogre, un prédateur d'enfants, un homme dont le monde et inversé et où le salut réside dans la possession de l'enfant, de tous les enfants afin d'essayer de reconstituer son unité première à lui Tiffauges.

Sa nature monstrueuse prend son plein essor au moment de la deuxième guerre mondiale où il est envoyé en Allemagne pour y travailler. Cette rencontre avec un pays en proie lui aussi à une inversion complète de ses valeurs et de ses lois avec l'idéologie nazie est le terreau idéalement propice sur lequel Tiffauges va pouvoir accomplir librement ses forfaits.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?