• Prix conseillé : EUR 20,00
  • Économisez : EUR 8,10 (41%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par davidlong68.
EUR 11,90 + EUR 2,99 Livraison
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par herlivres
État: D'occasion: Comme neuf
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 20,00
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Amazon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Rosa Mortalis : Une enquête de Thierry Sauvage Broché – 1 février 2013

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 11,90
EUR 11,90 EUR 7,47

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Rosa Mortalis : Une enquête de Thierry Sauvage
  • +
  • Le massacre des faux-bourdons : Une enquête de Thierry Sauvage
Prix total: EUR 32,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Extrait

La nuit dernière j'ai rêvé que je revenais aux Marronniers.
Le manoir en pierre grise s'élevait au bout de l'allée, sévère et droit, avec ses toits pointus, ses cheminées effilées.
J'avançais dans le sentier gravillonné, sans faire de bruit, comme si je flottais au-dessus du sol, mais ça n'avait rien d'étonnant puisque c'était un songe. Les charmilles, presque nues, s'écartaient devant moi, dévoilant la façade principale rongée par un lierre capricieux. La peinture s'écaillait en pellicules blanchâtres aux portes et volets, des rideaux sales tombaient aux fenêtres, flasques comme des linceuls.
De chaque côté de la maison, les deux marronniers étalaient, au bout d'un tronc massif à l'écorce en lambeaux, leur couronne majestueuse. Fidèles à mon souvenir, ils se tenaient là, gardiens du temple, tranquilles et fiers...
Tout à coup, le ciel s'est chargé de gros nuages sombres qui défilaient en accéléré au-dessus de ma tête. Ils fondaient sur le manoir, s'accrochaient aux toits telles de monstrueuses araignées, tentaient de glisser leurs pattes velues par les fenêtres, d'arracher les volets de bois. La bâtisse résistait, délabrée mais indestructible, comme elle avait résisté aux morts, aux silences, aux secrets.
Le vacarme du vent est devenu assourdissant. Un vertige m'a saisie, j'ai serré les mains sur mes oreilles, je suis tombée à genoux. Une sueur froide s'est plaquée entre mes omoplates, les muscles de mes épaules se sont crispés. Je reconnaissais cette bouffée d'angoisse qui me submergeait, lorsque, enfant, tremblante dans ma chambre obscure, je guettais les craquements de l'escalier.
Aussi brusquement que l'ouragan avait surgi, le calme est revenu. Le ciel a pris cette nuance délavée d'après l'orage. Je me suis ressaisie et j'ai continué de progresser vers l'habitation honnie de mon enfance.
Je ne suis pas entrée dans le manoir. Ce n'était pas mon intention. Je l'ai contourné, ai dépassé les écuries abandonnées, la chapelle qu'elle aimait tant, et je suis arrivée à la roseraie de maman.
Même si cela fait des années que je n'y ai pas mis les pieds, je sais qu'elle est à l'abandon, que les rosiers sont morts, noirs et secs comme du bois brûlé, mais dans mon rêve, ils tendaient vers les visiteurs leurs feuilles vertes et brillantes. Dans mon rêve, ils fleurissaient à foison, écarlates, orange, rose pâle, jaunes... saturant l'air de leur parfum capiteux. Et dans mon rêve, maman était vivante.
Elle se tenait debout entre ces murs végétaux, maigre et chenue dans sa robe trop ample, un foulard de couleur vive noué autour du crâne. D'une main gracile, elle sectionnait les roses fanées et les posait dans le panier qu'une fillette, qui avait mon visage mais n'était pas moi, tenait avec dévotion.
Quand je ne serai plus là...
Quand tu ne seras plus là ?
Quand le Seigneur m'aura rappelée à lui, il faudra t'occuper de ta soeur. Elle est si fragile, il faut la protéger. Toi, tu es forte, forte comme ce sarment.
Je le ferai, maman. Je te le promets.

Présentation de l'éditeur

En pleine déroute personnelle, accablé par la naissance de ses jumelles et la ruine subséquente de sa vie sexuelle, Thierry Sauvage, la quarantaine, le poil et l'oeil sombres, croupit au grade de lieutenant du fait d'un manque flagrant d'ambition. La défaillance d'un collègue le place en première ligne sur l'affaire du meurtre de Bernie Sainte-Croix, fille d'un industriel fortuné, étrangement obsédée par les roses bleues. La soeur jumelle de celle-ci, Thérèse, présente de bien curieux troubles de la mémoire. Alors que la ville est transformée en champ de bataille par des activistes altermondialistes, Sauvage s'y perd un peu entre les soeurs Sainte-Croix et ses propres filles, sans compter que sa nouvelle voisine ressemble à s'y méprendre à Sharon Stone dans Basic Instinct. Quant à Joanna, sa fidèle et monumentale acolyte, voilà qu'un gendarme fou la convainc de traquer le monstre qui a détruit la vie de sa mère, vingt-cinq ans plus tôt. Comédie policière autour d'un lieutenant de police impossible à prendre au sérieux, Rosa mortalis nous emmêle dans un drôle d'imbroglio. Qui est qui ? Qui a tué qui ? Élisa Vix sème le trouble et le rire.

Elisa Vix

Née en 1967, Élisa Vix s'est lancée dans l'écriture de romans policiers après la publication d'une... thèse vétérinaire. Elle a déjà publié trois romans dans la série Thierry Sauvage : La Baba-Yaga (2005) et Bad dog (2006) aux Éditions Odin, Andromicmac (2010) chez Krakoen. La Baba-Yaga est en cours d'adaptation pour France 2. Bad dog a reçu le prix du meilleur polar francophone de Montigny-lès-Cormeilles et a été adapté pour France Télévisions (diffusé en novembre 2010). Élisa Vix a également publié La Nuit de l'accident au Rouergue en 2012.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

27 février 2013
Format: Broché|Achat vérifié
Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?