• Prix conseillé : EUR 19,25
  • Économisez : EUR 10,25 (53%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par Siegfried Frespuech.
EUR 9,00 + EUR 2,99 Livraison en France métropolitaine
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Ségolène Royal : Les coulisses d'une défaite Broché – 21 juin 2007

1.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 9,00
EUR 9,00 EUR 0,01

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

À CONTRE-COURANT

De Ouakam à Chamagne, les débuts d'une rebelle

27 septembre 2006. L'autobus des journalistes suit les voi­tures de l'ambassade de France vers Ouakam, grande banlieue tranquille de Dakar. C'est un gros bourg plutôt résidentiel de quelques dizaines de milliers d'habitants, au bout de la presqu'île du Cap-Vert, avec une grande vague prisée des surfeurs, des protubérances volcaniques que l'on appelle «mamelles», une grande mosquée et une base militaire où stationnent aujourd'hui encore les forces françaises du Cap-Vert. Le père de Ségolène Royal y était en poste au début des années 1950.
Ségolène est de retour. Elle est arrivée au Sénégal il y a un peu plus de vingt-quatre heures, pour une visite de deux jours. Bien sûr, Ouakam est au programme. Mais on ne va pas s'éter­niser : l'école primaire, lieu symbolique, ne mérite quand même pas plus d'une demi-heure.
«Quand j'étais ministre à l'Enseignement scolaire, j'ai fait envoyer des livres à cette école», confie en aparté celle qui, théoriquement, n'est encore candidate à rien. Le directeur, des enseignants, des enfants sont rassemblés dans une classe du bâtiment de plain-pied devant lequel poussent quelques fleurs. Elle tapote la tête des élèves, salue les responsables.
«Je voudrais que l'école prenne son nom», murmure un vieil enseignant. «Nous aimerions vous voir présidente de la Répu­blique», glisse le directeur. La candidate sourit et poursuit son chemin.
La mer est toute proche, il fait doux, les odeurs tièdes font rêver de vacances. Les journalistes montent dans le bus attendre ils ne savent trop quoi. Ségolène est partie. Ils s'étonnent. «Elle est allée voir sa maison, à deux pas d'ici, glisse un de ses conseillers. Mais avec un photographe seulement ; elle veut une photo juste pour elle.»
C'est ici qu'elle est née, quatrième d'une fratrie qui devait encore s'agrandir. A Ouakam, elle a vécu les deux premières années de sa vie. «C'est très émouvant d'être là, confie-t-elle. Retrouver le lieu de ma naissance, c'est important. Inconsciem­ment, il y a peut-être un retour aux sources, un besoin de me rapprocher de mes origines, de prendre contact avec quelque chose qui est en moi, profondément.»
Bien qu'elle y ait à peine vécu, elle magnifiera plus tard, du fond de son village des Vosges, l'idée d'être née ailleurs, au-delà des frontières, tout là-bas : «C'est une chance extraordinaire d'être née à Dakar : c'est une ouverture sur le monde. Cette alliance entre le mondial et le local est une richesse extraordi­naire dans la tête.» De façon plus générale : «C'est important, le contact avec ses origines. Les racines personnelles font partie de la solidité intérieure.»
Dakar. La veille, alors qu'elle se recueillait sur la tombe de Léopold Sédar Senghor, le président défunt à l'aura incontestée, un chef de village a clamé : «Ta fille Ségolène est venue de France te saluer et demander que les esprits des ancêtres la pro­tègent durant cette période difficile de la campagne. Nous te demandons de la soutenir.» Elle a ensuite été reçue «comme la fille du pays» par le président Abdoulaye Wade... Du moins est-ce ainsi qu'elle l'a ressenti.
Dans la soirée, devant les socialistes français de Dakar, interpellée vigoureusement par un militant qui la supplie d'«aller jusqu'au bout» et d'être candidate à l'investiture, celle que l'on nomme là-bas la «Madone de Ouakam» a lâché les amarres :
«Eh bien, je vais suivre le conseil qui vient de m'être donné. Ce sera le serment de Dakar.» Même s'il faudra attendre l'annonce officielle, quelques jours plus tard, à Vitrolles, il est évident qu'elle ne pourra pas se dédire d'un serment prêté à l'endroit même où elle est née.

Présentation de l'éditeur

Lorsqu'elle entre officiellement en scène en septembre 2006, après un an de campagne officieuse, Ségolène Royal prend le large en quelques semaines dans la course présidentielle. Une femme, enfin ! Avec son style et son langage, inhabituels dans sa famille politique. Alors que nul ne l'avait vue venir, elle s'impose dans son propre camp, avant de surmonter les obstacles d'une campagne riche en crocs-en-jambe.

Malgré sa volonté hors du commun, en dépit de sondages et d'une conjonctures favorables, elle perdra son pari. Sans jamais prononcer le mot «défaite». Au contraire, «quelque chose s'est levé qui ne s'arrêtera pas», lancera-t-elle.
Quand la députée des Deux-Sèvres, présidente du Poitou-Charentes, a-t-elle cru à son destin ? Comment prépare-t-elle sa revanche, annoncée dès 20 h 02 le soir du 6 mai 2007 ? A quand son OPA sur le PS ?

De sa désignation comme candidate du parti socialiste jusqu'au soir du premier tour des législatives, Christine Courcol et Thierry Masure ont suivi Ségolène Royal jour après jour. Un parcours plein d'imprévus. Leur enquête dans les coulisses de sa campagne, précédée d'un portrait biographique, retrace les combats d'une «femme libre», déterminée à ne jamais renoncer.

Christine Courcol et Thierry Masure sont journalistes politiques à l'AFP.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

13 avril 2012
Format: Broché
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?