Acheter d'occasion
EUR 8,09
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par Librairie Colibrio
État: D'occasion: Bon
Commentaire: couverture souple, format moyen , bon état. Couverture pliée. 3-210409 - Sans famille : Suivi de En famille, Hector Malot, L' Archipel , 2007, Vendeur Pro
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Sans famille : Suivi de En famille Broché – 18 avril 2007

4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 8,09

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Au village

Je suis un enfant trouvé.
Mais jusqu'à huit ans j'ai cru que, comme tous les autres enfants, j'avais une mère, car lorsque je pleurais, il y avait une femme qui me serrait si doucement dans ses bras, en me berçant, que mes larmes s'arrêtaient de couler.
Jamais je ne me couchais dans mon lit, sans qu'une femme vînt m'embrasser, et, quand le vent de décembre collait la neige contre les vitres blanchies, elle me prenait les pieds entre ses deux mains et elle restait à me les réchauffer en me chantant une chanson, dont je retrouve encore dans ma mémoire l'air, et quelques paroles.
Quand je gardais notre vache le long des chemins herbus ou dans les brandes, et que j'étais surpris par une pluie d'orage, elle accourait au-devant de moi et me forçait à m'abriter sous son jupon de laine relevé qu'elle me ramenait sur la tête et sur les épaules.
Enfin quand j'avais une querelle avec un de mes camarades, elle me faisait conter mes chagrins, et presque toujours elle trouvait de bonnes paroles pour me consoler ou me donner raison.
Par tout cela et par bien d'autres choses encore, par la façon dont elle me parlait, par la façon dont elle me regardait, par ses caresses, par la douceur qu'elle mettait dans ses gronderies, je croyais qu'elle était ma mère.
Voici comment j'appris qu'elle n'était que ma nourrice.
Mon village, ou pour parler plus justement, le village où j'ai été élevé, car je n'ai pas eu de village à moi, pas de lieu de naissance, pas plus que je n'ai eu de père et de mère, le village enfin où j'ai passé mon enfance se nomme Chavanon ; c'est l'un des plus pauvres du centre de la France.
Cette pauvreté, il la doit non à l'apathie ou à la paresse de ses habitants, mais à sa situation même dans une contrée peu fertile. Le sol n'a pas de profondeur, et pour produire de bonnes récoltes il lui faudrait des engrais ou des amendements qui manquent dans le pays. Aussi ne rencontre-t-on (ou tout au moins ne rencontrait-on à l'époque dont je parle) que peu de champs cultivés, tandis qu'on voit partout de vastes étendues de brandes dans lesquelles ne croissent que des bruyères et des genêts. Là où les brandes cessent, les landes commencent ; et sur ces landes élevées les vents âpres rabougrissent les maigres bouquets d'arbres qui dressent çà et là leurs branches tordues et tourmentées.

Présentation de l'éditeur

«Je suis un enfant trouvé. Mais jusqu'à huit ans j'ai cru que, comme tous les autres enfants, j'avais une mère, car, lorsque je pleurais, il y avait une femme qui me serrait si doucement dans ses bras, en me berçant, que mes larmes s'arrêtaient de couler. [...] Voici comment j'appris qu'elle n'était que ma nourrice.»

Ainsi commence Sans famille, paru en 1878, l'un de ces grands romans consacrés à l'enfance, avec Le Petit Chose et Poil de Carotte, qui ont marqué des générations de jeunes lecteurs. Aucun n'a oublié Rémi l'orphelin, ni le vieux saltimbanque, le singe et les trois chiens savants qui lui tiennent lieu de famille. Ils sont nés de l'imagination d'Hector Malot (1830-1907), humaniste et romancier dont l'oeuvre de feuilletoniste aura traversé sans dommage le XXe siècle.

Cette nouvelle édition illustrée, suivie de En famille (1893), l'histoire d'une petite fille abandonnée, est préfacée par Pierre Richard, interprète du signor Vitalis dans l'émouvante adaptation télévisée diffusée par France 2.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
De cette histoire en deux romans qui est l'une des classiques de la littérature d'enfance, il ne faut rien plus dire. Cette nouvelle édition qui met ensemble Sans Famille et En Famille est très commode est séduisante. Le grand format et la fonte lisible sont opportuns. L'illustration du film sur la couverture est charmante (et la choix de costume pour le film se peut défensible), mais elle est un peu déroutante au lecteur qui sait le costume distinct et bizarre des personnages principals du premier roman. L'introduction écrite par le cinéaste est intéressante, mais elle est plus apropriée au film qu'au roman. Pour les enfants qui découvrent l'histoire en voyant le film, cette édition est le prochain pas dans le monde imaginaire séduisante où l'amour et la gentillesse triomphent de la misère et de la brutalité.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?