Acheter d'occasion
EUR 6,19
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Saturne ou l'Herbe des âmes Broché – 23 novembre 1998

Découvrez toutes les nouveautés de la Rentrée Littéraire 2017
4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 160,33 EUR 5,59
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,00 EUR 6,40

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

LE ROI DE MISERE

Ô rien, rien ne pouvait me laisser entrevoir cette naissance du monde et de moi-même. Gustave Roud.

Les chroniques des navigateurs celtiques du VIIe siècle rap­portent qu'il existe dans l'extrême de l'Occident, au-delà des brouillards et des tempêtes qui rythment l'existence tumultueuse de l'Océan, une terre entourée par l'eau de toute part et qui fut nommée l'île des amantes infortunées. Ces chroniques sont perdues depuis bien longtemps et ce qui en demeure n'est que trace dans la mémoire fugitive des coureurs de mer.
La légende dit aussi que ces navigateurs étaient d'une espèce singulière, non point des gens frustes péniblement racolés sur les rivages de l'Irlande ou du pays de Galles et qui, embarqués presque toujours malgré eux, vivaient dans l'obsession légitime des menaces qui pesaient sur leurs vies inconstantes, mais des hommes presque tous d'âge mûr, délivrés des angoisses et des incertitudes de la jeunesse et tous hantés pareillement par la rumeur musicale qui montait de la mer, les berçait depuis l'enfance et semblait les appeler vers ce lointain qu alternativement le soleil et la brume caressaient. On dit aussi qu'à la source de ce voyage étrange vers le large, en un temps où les embarcations ne s'aventuraient guère au-delà des eaux où la terre ferme était encore visible, il y avait un vieux roi, un roi en vérité depuis longtemps en ruine, un souverain déchu depuis son adolescence, que l'on avait relégué dans une pauvre chaumière construite tout près de la côte. Il ne s'était jamais plaint de son sort, élevant quelques moutons noirs qu'il menait paître sur les collines, coupant et séchant la tourbe qui le protégeait du froid et veillant sur les oiseaux qui, en grand nombre, peuplaient son royaume. Dans les villages et dans les cités, on avait oublié très vite jusqu'à son existence. Lui seul savait encore qu'il était roi, mais il lui suffisait bien d'être roi sous son unique regard. Car il savait que les rochers et les herbes le reconnaissaient dans sa dignité royale, et à leur façon ne manquaient jamais de lui témoigner affection et fidélité. Quand il ne gardait pas ses moutons, qui d'ailleurs n'avaient nul besoin de gardien, quand il ne s'occupait pas des tourbières et laissait les oiseaux à leurs caprices, le roi était assis sur la pierre, face à l'océan. Il s'était construit une sorte d'abri de branches et de peaux qui le gardait de l'humide et du froid quand la tempête était grosse. Peu à peu, en lui, le temps et l'espace s'étaient abolis. De temps à autre passait un homme de peine ou un berger en quête de quelque bétail égaré, ou l'une de ces vieilles femmes qui errent parfois dans le crépuscule, humbles et grises, comme si elles étaient à la recherche de leur ombre perdue. Il n'était aucun de ces passants qui, aper­cevant ce souverain en haillons, ne s'agenouillât sur la terre détrempée, à quelques pas de lui, en silence avant de se retirer hâtivement sans jamais détourner la tête.
La légende ajoute encore - mais peut-on ajouter foi à ce que l'imagination humaine, à travers les générations, construit d'énigmes et d'enchantements - que dans cet incessant dialogue avec les sables de la mer et les brouillards, le roi était habité par un visage. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur

Saturne est le messager des forces sombres qui pèsent sur la destinée humaine et qui l'inclinent à la hantise de la mort, à l'obsession du passé ou à la soif de destruction. Certes, la lecture du mythe nous introduit à ce paysage de la mélancolie fondée sur le regret, le remords et le ressentiment ; mais le récit légendaire porte aussi le témoignage de la rédemption de Saturne et de son dernier voyage vers des terres qui ne sont plus celles du désespoir mais celles de la Connaissance. Saturne nous murmure, à travers le mythe, qu'au-delà de la mélancolie, s'annonce l'âge d'or qui n'est ni derrière ni devant nous, mais en nous, si notre regard est la mesure de ce qui nous est promis. La quête entreprise ici par Claude Mettra participe de ce retour au polythéisme à travers lequel les hommes d'aujourd'hui peuvent réinventer leur relation avec le Divin. Entrer dans l'intimité de Saturne, c'est s'inviter au banquet d'immortalité ou l'esprit trouve sa nourriture prédestinée.

Claude Mettra, ancien producteur de l'émission «Les chemins de la connaissance» sur France Culture, est l'auteur de nombreux ouvrages dans les domaines de l'art, de l'histoire ou de la philosophie dont : Van Gogh, le vertige de l'absolu, La chanson des Nibelungen. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 17 février 2009
Format: Poche
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : chariot de course 2 roues

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?