Acheter d'occasion
EUR 16,90
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Bon marché et sécurisé. Articles d'occasion contrôlés.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Schubert : Winterreise ("Le voyage d'hiver")

4.3 étoiles sur 5 30 commentaires client

8 neufs à partir de EUR 17,90 3 d'occasion à partir de EUR 16,90
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Jonas Kaufmann


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Interprète: Jonas Kaufmann
  • Compositeur: Franz Schubert
  • CD (17 février 2014)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Sony Classical
  • ASIN : B00GOI2ZTG
  • Autres versions : CD  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5 30 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 31.955 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
5:34
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
2
30
1:41
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
3
30
2:23
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
4
30
2:59
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
5
30
4:36
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
6
30
3:49
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
7
30
3:34
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
8
30
2:12
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
9
30
2:46
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
10
30
3:05
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
11
30
3:57
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
12
30
2:40
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
13
30
2:12
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
14
30
2:44
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
15
30
2:03
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
16
30
2:04
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
17
30
2:55
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
18
30
0:52
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
19
30
1:37
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
20
30
4:01
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
21
30
4:22
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
22
30
1:20
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
23
30
2:37
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 
24
30
4:00
Ecouter Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Description du produit

SCHUBERT : Le Voyage d'hiver (Winterreise)
JONAS KAUFMANN, ténor
HELMUT DEUTSCH, piano
Le plus illustre cycle de Lieder de Schubert, par le duo dont tout le monde rêve aujourd'hui : Jonas Kaufmann & Helmut Deutsch
On ne présente plus Jonas Kaufmann aujourd'hui, sans doute le plus grand chanteur d'opéra actuel, celui qui fait l'unanimité dans le monde.
Son récital Verdi, paru la saison passée chez Sony Classical (88765492042) a été salué par Opéra Magazine , comme le « plus beau disque du bicentenaire Verdi, en l'année 2013 ».
L'artiste s'illustre partout et dans tous les genres : Concert symphonique, Opéra, et aussi comme ici, en récital. Il s'est d'ailleurs produit au Metropolitan Opera de New York, seul en scène avec son accompagnateur, une des plus grandes salles d'opéra au monde (3 800 places) ; là où Luciano Pavarotti s'était produit lui-même en récital 20 ans après ses débuts, Jonas Kaufmann le fait seulement 5 ans après les siens !
Le cycle est un recueil de 24 Lieder (mélodies) écrit par Schubert, à l'origine pour voix de ténor. C'est un des plus célèbres de tout le répertoire, un des plus illustres aussi qui a fait les lettres de noblesse des plus grands chanteurs de l'histoire.
Voici ce que la presse française écrivait, en 2010, lors d'un récital de La Belle Meunière de Schubert à Paris :
« . un des plus talentueux et intelligent chanteurs de sa génération. Sa musicalité est exceptionnelle, et il apporte une richesse d'intensité aux plus tragiques Lieder du cycle. » - Opéra Magazine Octobre 2010
« . Sa voix est de l'or en fusion, alors que sa musicalité est pratiquement unique parmi les ténors de toujours. Autant dire qu'il a tout pour lui .. » - Le Monde, Octobre 2010
Enfin Jonas Kaufmann est accompagné de son pianiste de prédilection Helmut Deutsch, ce dernier est aujourd'hui un des grands spécialistes des Lieder et s'est produit depuis longtemps déjà auprès des plus grandes voix dont Irmgard Seefried, Ileana Cotrubas, Grace Bumbry et Herman Prey notamment.

Critique

Immortalisé dans les mémoires de mélomanes par les différentes interprétations qu'en donna Dietrich Fischer-Dieskau, avec Gerald Moore en 1955 et en 1970 parmi sept enregistrements, ou avec Jörg Demus en 1965, le cycle de 24 lieder Le Voyage d'hiver (Winterreise en v.o.) a connu quelques réussites récentes sous les traits de Matthias Goerne et Alfred Brendel ou de Ian Bostridge et Leif Ove Andsnes en 2004.

Fort d'une première incursion réussie dans Die Schöne Mullerin, Jonas Kaufmann renoue avec le pianiste Helmut Deutsch après avoir longuement expérimenté le cycle le plus connu de Schubert à la scène. Il faut dire que le timbre particulier du ténor, d'une belle profondeur comme entendu chez Wagner, dans Lohengrin ou Parsifal, s'adapte à merveille à une oeuvre très prisée des barytons. Avec une aisance remarquable, l'interprète s'approprie les contrastes des tableaux menant au drame final de l'amoureux blessé, auquel s'identifie un Schubert malade et solitaire à la lecture des poèmes de Wilhelm Müller.

L'interprétation de Jonas Kaufmann témoigne d'un grand exercice parvenu à la maturité et à l'équilibre des nuances entre le début tout en retenue de « Gute Nacht », son expressivité intense sur « Erstarrung », talonné de près par son partenaire, et le lyrisme mélancolique de « Der Lindenbaum », offrant différents registres à sa palette vocale. Sur le même fil ténu est conduite la ligne parfaite de « Auf dem Flusse ». Avec la charnière que constitue les deux airs « Die Post » et « Der Greise Kopf », après un « Einsamkeit » poignant, le chant s'enfonce vers l'inéluctable fin du voyageur. Si quelques touches d'espoirs résonnent au piano de la part d'un Helmut Deutsch discret puis gagnant en assurance, l'issue ne peut être que fatale jusqu'à la rencontre avec le joueur de vielle.

Le très court « Der Stürmische Morgen », descendu d'une traite, précède le doux « Täuschung », témoignant de pensées contradictoires. Parvenu au carrefour du choix symbolisé par « Der Wegweiser », le héros malheureux se persuade : « Je dois prendre une route dont nul n'est revenu ». « Mut » (« Courage ») l'accompagne jusqu'au dernier souffle de « Der Leiermann ». Le chant pénétrant de Jonas Kaufmann traduit fidèlement et profondément les intentions de l'auteur et du compositeur. Son interprétation, à la fois sobre, expressive et sensible, fait d'ores et déjà date.

Loïc Picaud - Copyright 2017 Music Story

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par jean-marie lambert TOP 500 COMMENTATEURS le 24 février 2014
Format: CD
Le rythme important de sortie des disques et dvd de Jonas Kaufmann pourrait nous mettre mal à l'aise,voire injustement critique;or certaines de ces publications suscitent l'intérêt,et ce "voyage d'hiver" n'en manque pas.
La voix de Jonas Kaufmann est bien adaptée à ce cycle: ce ténor "barytonnant" apporte quelque chose de nouveau,et l'art du chanteur fait ici merveille,même s'il est tenté de faire un sort à chaque note et à chaque mot,et s'il se sent parfois obligé de peser de façon pléonastique sur les vers de Müller. JK est ici néanmoins à son aise dans son jardin,et nous fait partager une interprétation sensible et émue du voyageur.
L'accompagnement d'Helmut Deutsch est un vrai partenariat,non exempt de discussions voire de divergences d'interprétation,comme le montre d'ailleurs l'intelligent et spirituel entretien avec les deux artistes qui figure dans le livret,qui comprend par ailleurs le texte du cycle et sa traduction en français.
Sans être une référence,un disque auquel on reviendra quelquefois,très complémentaire des illustres versions Hotter/Moore et Schreier/Richter,sans parler,bien sûr,des versions Fischer Dieskau.
2 commentaires 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Amazon clientèle TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 21 février 2014
Format: CD Achat vérifié
J'attendais ce "voyage d'hiver", oeuvre ô combien émouvante de Schubert, avec impatience et crainte. Il y a tant d'interprétations dont celles de Fischer-Diskau, que la concurrence est féroce. Comme toujours Jonas Kaufmann émeut, charme, bouleverse, fait vibrer... Il jour avec une très grande maîtrise de l'aspect "baryton" de sa voix et s'élève dans les aigus avec toutes les nuances qu'il sait faire. C'est un grand technicien et surtout un grand musicien qui sait que la musique doit aller droit au coeur sans passer par la décortication intellectuelle. Naturellement chaque lied a son caractère propre rendu vocalement. Il n'est que d'écouter le premier et le dernier, triste à en pleurer et à en mourir, pour mesurer l'art vocal et l'engagement artistique de Jonas Kaufmann. C'est du grand art. De la Beauté à l'état pur. A écouter d'urgence.
Remarque sur ce commentaire 21 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Eliacin TOP 1000 COMMENTATEURS le 18 mars 2014
Format: CD
Jonas Kaufmann est avant tout, et presque uniquement, un chanteur d'opéra.
C'est là son titre de gloire, car il est un des meilleurs ténors actuels. C'est aussi son principal handicap pour ce Winterreise, car on ne s'improvise pas chanteur de lieder.

Malheureusement pour lui, les qualités requises d'un interprète de lied sont très différentes de celles d'un chanteur lyrique. Si certains chanteurs, par la maîtrise superlative de leur art, ont su alterner l'un et l'autre répertoire (Hans Hotter, Fritz Wunderlich, dans une certaine mesure Peter Schreier...), Jonas Kaufmann n'est pas de ceux-là: manque de variété dans les couleurs, expressivité extérieure, comme "jouée" (sur une scène) au lieu d'être vécue de l'intérieur, vocalité bridée (on sent bien souvent qu'il ne veut pas "faire opéra", mais alors sa technique ne lui permet pas de proposer autre chose que des aigus éteints ou des forte anémiés)...
Le résultat - et peut-être le but recherché par le chanteur - est un show Kaufmann, qui ravira ses fans (cf la plupart des autres commentaires sur cette page) sans rien de l'intensité intérieure, du dépouillement héroïque nécessaires à rendre justice au chef-d'œuvre de Schubert.

Comme en outre l'accompagnement d'Helmut Deutsch, pourtant un des grands noms du lied, ne propose aucune ligne directrice, aucun voyage musical, dérouté qu'il semble par l'imaginaire inadéquat de son chanteur, on est loin, très loin, d'un grand Voyage d'Hiver.
Lire la suite ›
4 commentaires 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
C'est un Voyage d'Hiver des ruptures.
Première rupture: les notes de passage d'un ténor sont aux environs du fa. À part "Erstarrung" et "Die Post", qui montent jusqu'au la bémol, les notes les plus aigües des lieder du cycle sont en général fa, fa dièse, sol. Dès que la mélodie se meut dans cette zone on sent l'instabilité du passage de Kaufmann. Le piano est mince et détimbré, l'émission est artificielle, les voyelles tendent à être impures. En-dessous, dans le registre de poitrine, la voix est sûre et saine, le timbre naturel.
Deuxième rupture: cette voix de poitrine n'a que deux domaines d'intensité: autour du mezzoforte et fortissimo. Pas de véritables nuances entre les deux, pas non plus de vrai piano.
Ici le timbre est agréablement sombre. Chaque forte se transforme en fortissimo, et celui-ci sonne fort, débridé, vériste.

On ne peut pas vraiment dire que Kaufmann mette ces ruptures au service de l'nterpretation. Les ruptures sont là. Si elles correspondent au sens, elles sont expressives (l'instabilité du passage pour "bin *matt* zum Niedersinken" dans Das Wirtshaus), sinon (disparités des registres dans Rückblick ou Rast), pas de chance, et on a l'impression que c'est la voix et non le chanteur, qui dicte l'interprétation.
Même chose pour la dynamique. Ces explosions stentoriennes donnent l'impression d'un défi au sort quand le texte peut le faire penser, ailleurs (Die Nebensonnen p.ex.) elles.ne sont que brutalement véristes.

Helmut Deutsch au piano est un partenaire sensible.
Lire la suite ›
7 commentaires 18 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Rechercher des articles similaires par rubrique