Acheter d'occasion
EUR 0,73
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RevivalBooks Ltd
État: D'occasion: Bon
Commentaire: A slight tan to the page edges. Minor Shelfwear. Previous owners name inside front page. Plus de 6 millions de produits vendus. Envoi rapide et la livraison. Excellente Réactions des clients. Plus de 6 millions de produits vendus. Envoi rapide et la livraison. Excellente Réactions des clients.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Scoop (Anglais) Broché – 28 juin 2012

3.0 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les 32 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 55,44 EUR 3,41
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 28,88
Broché, 28 juin 2012
EUR 13,35 EUR 0,73
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 16,89 EUR 16,13
Fournitures diverses
"Veuillez réessayer"
EUR 20,00
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Jeune encore, John Courtenay Boot s était acquis, selon son éditeur, «une situation solide et enviable dans les lettres contemporaines». Chacun de ses romans tirait à quinze mille exemplaires, enlevés bon an mal an par des lecteurs fidèles dont il avait tout sujet de respecter le goût et le jugement. Entre deux romans, il soignait sa cote auprès des intellectuels en confectionnant, sans presque se soucier du profit, quelque ouvrage d'histoire ou récit de voyage parfumé à la dernière mode. L'exemplaire dédicacé de ses éditions originales se revendait parfois jusqu'à trente pour cent au-dessus du prix payé au libraire. Ayant débuté à dix-huit ans par une Vie de Rimbaud, il en était, avec Temps perdu, récit de ses aventures chez les Indiens de Patagonie où l'abus délibéré de la litote laissait entendre des choses épouvantables, à son huitième livre, dont la plupart des commensaux habituels de Lady Metroland étaient capables de citer trois ou quatre titres. Très répandu dans ce monde charmant, il faisait le plus grand cas de la belle Mrs Algernon Stitch qui en était l'un des fleurons et, comme tous ceux qui la fréquentaient, lui apportait volontiers l'ordinaire de ses ennuis pour en recevoir la solution.
Ce fut avec cette intention que, par un matin frisquet de juin, il traversa le parc pour aller sonner à sa porte, celle d'un merveilleux petit hôtel particulier de Nicholas Hawksmoor dissimulé au fond d'une impasse, non loin du palais de Saint-James.
Algernon Stitch était debout dans le hall, coiffé d'un chapeau melon, serrant de sa main droite passée dans la manche de son pardessus une valise cramoisie aux armes royales, la gauche farfouillant dans la poche intérieure et gênée par un parapluie glissé sous le bras. Comme il avait aussi, plié entre les dents, un journal du matin, les paroles qu'il émettait étaient confuses :
- B'sang, m'en sortirai jamais ! reconnut cependant John Boot.
Mais le domestique qui avait ouvert la porte arrivait à la rescousse.
Il se saisit d'abord du parapluie et de la valise et les déposa prestement sur la table, puis dégagea le pardessus qu'il présenta en pied à son maître, tandis que John Boot délestait le ministre de son journal.
- Merci. Merci infiniment. Bien aimable. Venu voir Julia, eh ?
D'en haut, de très haut, le long des spirales majestueuses du grand escalier, descendit un filet de voix étonnamment sonore pour son volume :
- Tâchez de ne pas être en retard pour le dîner, Algy. Nous avons les Kent. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur

Lord Copper, newspaper magnate and proprietor of 'The Daily Beast', has always prided himself on his intuitive flair for spotting ace reporters. That is not to say he has not made the odd blunder, however, and may in a moment of weakness make another. Acting on a dinner party tip from Mrs Algernon Stitch, he feels convinced that he has hit on just the chap to cover a promising little war in the African Republic of Ishmaelia.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par Phil-Don TOP 1000 COMMENTATEURS le 27 juillet 2015
Format: Broché
'Scoop' relate les aventures de William Boot qui, suite à une erreur d'homonymie, est promu envoyé spécial pour aller commenter une pseudo-guerre dans un obscur pays d'Afrique. Son journal lui demande avant tout des scoops - sans trop se fier à la validité des informations.

Je ne connaissais d'Evelyn Waugh que le magnifique 'Brideshead Revisited' et découvre ici un auteur très amusant qui m'a fait parfois penser à Tom Sharpe - mais plus sage et sans grivoiserie aucune. L'humour s'accompagne d'une satire de la presse écrite qui reste d'actualité aujourd'hui.

'Scoop' a été une agréable découverte, je ne m'attendais pas à tant d'humour chez Waugh. J'attribue 4/5 étoiles car j'ai trouvé un peu longue la partie se déroulant en Afrique - or, les passages les plus drôles se passent en Angleterre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
cette critique du monde journalistique anglais des années 1930 n'a pas pris une ride. C'est drole et mordant. On passe un très bon moment!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
C'est triste que ce chef-d'oeuvre de Waugh soit si mal traduite ici. La traduction est tout simplement paresseuse : chaque fois que le texte presente une difficulte quelconque, le traducteur en simplifie le sens. Waugh for Children!Scoop
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta) (Peut contenir des commentaires issus du programme Early Reviewer Rewards)

Amazon.com: 4.0 étoiles sur 5 99 commentaires
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Who Doesn't Like Evelyn Waugh 20 mars 2013
Par Richard M. Kennedy - Publié sur Amazon.com
Format: Broché Achat vérifié
There can't be much of anything more absurd than me reviewing the work of a colossal literary figure, like Waugh. Well maybe there could be if I were having a go at say, Alfred Lord Tennyson. Numerous qualified critics have long spoken of 'Scoop.' The Times;' "Mr. Waugh's ribald wit spurts in a brisk uninterrupted flow upon the caprices of sensational journalism." 'The Guardian;' " This satirical masterpiece." These critical observations are impossible to compete with then and now. Among the so many wacky elements of the story, the newspaper du jour of 1938, when the story was penned, was the Daily Beast. So, no, Tina Brown didn't get there first.

I loved the book this read through. I'd read it in school, probably around 1964. Doubtful that I appreciated it as much as today. The very successful author of 'Me Before You,' JoJo Moyes was directly responsible for me rereading 'Scoop.' The work and its protagonist, 'Boot,' John Courteney BootScoop, to be precise, are artfully employed in Ms. Moye's earlier work, 'The Last Letter from Your Lover.'

All the references aside, 'Scoop,' was a smashing read. Try it. You won't be disappointed. It is after all a classic.
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mistaken Identities and A Satiric View Of Journalism Combine For A Very Funny Novel 15 octobre 2015
Par R. J. Marsella - Publié sur Amazon.com
Format: Broché Achat vérifié
In Scoop Evelyn Waugh combined his own journalistic experience covering a foreign war with an hysterical case of mistaken identity to great comic effect. William Boot is a country wildlife writer who is unwittingly mistaken for his namesake who has tried to use his influential Aunt to get a post on the newspaper The Beast. William is dispatched to Ishmalia to cover the revolution there and while the professional reporters are off on wild goose chases he stumbles on the big scoop. Waugh is always funny but in Scoop there are so many sub plots that add to the humor. This is a great novel and the theme is as relevant today as it was then.
4.0 étoiles sur 5 Fall from Grace 18 juillet 2016
Par Pierre C. Ruette - Publié sur Amazon.com
Format: Format Kindle Achat vérifié
His humour is is an inverse reflection of his real closed mind mentality. It's funny, but dripping with excess bile. I really enjoyed reading Waugh as an adolescent and obviously his baleful societal characterisations must have gone over my head at the time and I just found them as humorous as my other favorite writer of the time P.G. Wodehouse. Waugh's early short stories now make far more depressing reading. Wodehouse continues to pass the funny bone test irrespective of time. Waugh remains a great weaver of words but I cant help thinking he's never met a cat he wouldn't cheerfully kick in the stomach without a second thought, if it dared come near him.
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 The More Things Change, The More They Remain the Same 21 juillet 2010
Par M. Frost - Publié sur Amazon.com
Format: Broché Achat vérifié
This masterpiece of comedy, satire, and farce worked so very well for me because it has a timeless quality about it, mainly due to its subject: the (un)workings of journalism. Don't get bogged down on the politics of the 1930s or the then state of international affairs in Europe or between the European powers and others. I think it helps to keep in mind three things while reading this savagely funny book. First, think of any and all scandals in journalism you can remember. There are so many infamous ones of both recent and vintage variety. Then think of how many times you've seen the press say how important some overseas war story was and how they were going to cover it, only to see them pack off quickly when the next even bigger story hits. Finally, think press Moguls. Obsessed press magnates in search of fame & fortune for their publications, journalistic scandals, and giving short shrift on important stories has been with us since journalism was deemed a career field. But it takes a Waugh to bring out the "fun", which he brillantly does by creating the unforgettable and unforgettably likeable William Boot, lover of all things quaint and rural, and his Addams Family-like disfunctional decaying manor and family. Transposing him by accident to not-so-war-torn East Africa and situating him with unsavory foreign correspondents becomes a sheer delight. The eclectic cast of eccentric characters is a joyous hoot. And unlike the somewhat bleak ending of Black Mischief, the earlier comedic masterpiece set in an Ethiopian-like setting, great characters like Corker and Pigge suffer, are humiliated, but at least they aren't eaten.

Anyone who likes Mike Royko's The Boss, his warts and all journalistic bio on Mayor Richard Daley the First and his beloved Chicago, will love Scoop.
5.0 étoiles sur 5 A comic classic 14 décembre 2016
Par John J. Moll - Publié sur Amazon.com
Format: Broché Achat vérifié
Evelyn Waugh has the ability to wrench out the most hilarious events from absolutely impossible-to believe situations. (I couldn't stop laughing about the milch-goat!!)
Unfortunately, the degrading language concerning our black brothers is disturbing. I considered lowering it a star because of that but have chosen not to. Although it is degrading, it accurately depicts the attitudes of the time.
Good, farciful fun.
Ces commentaires ont-ils été utiles ? Dites-le-nous