Acheter d'occasion
EUR 27,43
+ EUR 2,49 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par tousbouquins
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Expédié par avion depuis les USA; prévoir une livraison entre 10 à 15 jours ouvrables. Satisfait ou remboursé
2 d'occasion à partir de EUR 27,43
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Seventeen Seconds [Remastered] [Import USA] Enregistrement original remasterisé, Import

4.8 étoiles sur 5 12 commentaires client

2 d'occasion à partir de EUR 27,43
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste The Cure


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • CD (4 avril 2006)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000ENC72W
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5 12 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 795.325 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  • Voulez-vous nous parler de prix plus bas?
    Si vous vendez ce produit, souhaitez-vous suggérer des mises à jour par l'intermédiaire du support vendeur ?

Liste des titres

Disque : 1

  1. A Reflection
  2. Play For Today
  3. Secrets
  4. In Your House
  5. Three
  6. The Final Sound
  7. A Forest
  8. M
  9. At Night
  10. Seventeen Seconds

Description du produit

Critique

Ce deuxième album marque un tournant dans la carrière de The Cure, premier volet d’une trilogie qui va les emmener du gris (Faith) au noir absolu (Pornography).

Robert Smith, aidé de l’ingénieur du son Mike Hedges, est cette fois-ci aux commandes. Le tempo est plus lent, la basse de Simon Gallup (qui a remplacé Michael Dempsey) déroulant ses motifs hypnotiques et la batterie métronomique de Lol Tolhurst font peser une atmosphère de plomb sur les morceaux. Cette impression de claustrophobie est à peine atténuée par les échappées mélancoliques d’un clavier minimaliste (dues à Matthieu Hartley, qui a rejoint le groupe) et la beauté triste des mélodies chantée d’une voix lointaine, noyée dans l’écho et couverte par une musique sombre et prenante.

Avec « A Forest », aujourd’hui un classique, The Cure décroche son premier hit anglais (classé à la 31ème position). L’album lui-même connaît un succès inattendu (n°20 en Angleterre) : rigide et froid, subtil et fascinant, il faut plusieurs écoute pour succomber à son charme, peu évident au premier abord.

Parmi les quinze titres supplémentaires de la version « Deluxe », outre le lot habituel de démos et de versions des mêmes chansons en concert, on retrouve le single des Cult Heroes, le groupe parallèle de Smith et Gallup…



Stan Cuesta - Copyright 2017 Music Story

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
10
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 12 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Suite à l'impressionnante compilation "join the dots", c'est au tour des premiers albums du groupe d'être réédités, ici on replonge avec délice dans le premier opus de la fameuse trilogie : "17 seconds - faith - pornography".
En dehors du CD original remasterisé, un petit livret d'une vingtaine de pages nous raconte un peu l'histoire de cet album, on apprend entre autre qu'à cette époque le bassiste originel Michael Dempsey est évincé car il n'aimait pas du tout les titres de seventeen seconds, il partira chez les Lotus Eaters au profit du fabuleux Simon Gallup (une des meilleures choses qui soient arrivées à Cure !), d'autre part Cure va assurer pendant cette période la première partie de Siouxsie et c'est d'ailleurs Smith qui sera pendant la tournée à la fois guitariste de Cure et des Banshees.
Pour ceux qui n'auraient pas encore le CD original, il s'agit d'un disque qui s'écoute avec plaisir sans jamais révéler tous ses mystères (cette magnifique et mystérieuse pochette). Les deux faces assez similaires commencent par deux intros énigmatiques : a reflection, the final sound, se poursuivent avec deux morceaux d'anthologie (play for today, a forest), on fait alors le plein de mélancolie (secrets, at night, in your house, 17 seconds), un classique.
Le second CD proposé ici offre à la manière d'un documentaire, des inédits : deux morceaux composés par Smith et Gallup avant que celui-ci ne rejoigne Cure (I'm a cult hero, Dig you), ces titres plutôt énergiques ressemblent à du Blur première période.
Lire la suite ›
1 commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
SEVENTEEN SECONDS : voilà bien pour moi le premier exemple qui me vient à l'esprit pour définir ce qu'on appelle dans le jargon musical un disque culte. Ce qui est exceptionnel, avec ce disque et avec d'ailleurs la plupart des grands disques de Robert Smith et ses divers comparses, c'est que chaque admirateur en a sa propre définition, vision, représentation, et sensations.
Pour certains, c'est le disque le plus honnête de Cure : le moins boursouflé, celui dont le son ouaté est le plus finement évocateur, et celui qui contient le morceau emblématique du groupe (et de bravoure en concert), A Forest.
Pour d'autres, c'est le plus important de leur discographie, définition du fameux son Cure inimitable - mais souvent imité, première étape de la fameuse trilogie glacée, qui éclatera ensuite dans un sommet quasi expressionniste de violence, de colère et d'intensité avec Pornography. En somme, tout est déjà en friche dans Seventeen Seconds.
Pour moi, c'est un peut tout ça réuni. Avec en plus un constat majeur: il s'agit d'un album rare. Rare, et dense. Rare, parce que l'album est épuré au strict minimum musical, ne contenant finalement que très peu d'instruments (une caisse claire assourdie, une basse étouffée, quelques grains parsemés de guitare cristalline, un clavier cotonneux, une voix monotone), très peu de textes, et... très peu de notes. Et dense, parce que le minimalisme de Seventeen Seconds, justement, emmène loin, loin, l'auditeur, avec ... aussi peu de notes.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Jidé COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR le 23 janvier 2004
Format: CD
Dire que "17 seconds" est le premier disque d'une fameuse trilogie est quelque peu trompeur : ce disque n'a ni le désespoir profondément gris de "Faith", ni la noirceur gothique et violente de "Pornography". C'est plutôt un disque blanc (à l'image de sa pochette floue), impressionniste, à la mélancolie suave et surtout, aux mélodies pop limpides.Pourtant, rien de compliqué dans cette musique : Robert Smith le confesse lui-même, "mon secret de guitariste, c'est que je ne m'entraîne jamais" : et tant mieux, loin des guitar-heroes fatigants, il tisse des arpèges étonnants de simplicité, parfois maladroits, mais remarquables d'efficacité (notamment sur le long et culte "A Forest"). Les deux autres (Gallup et Tolhurst) ne sont pas en reste : boucles rythmiques au bord de l'apoplexie, basse ronronnante comme un chat asmathique, synthétiseurs vaporeux ... cette musique souvent lente, aime à se perdre dans les brouillards de la mélancolie, dans les brumes du songe, et dans les bruines de l'adolescence. A noter que, outre le cultissime "A Forest", l'album contient également deux perles absolues : "Play for today" et la méconnue "M". Ce qui fait qu'on pourrait presque trouver une seconde trilogie pour ce bijou, qui est aussi la suite du rose post-punk "3 Imaginery Boys" et l'annonciation de l'équilibre pop de "The Head on the door".
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Sorti au printemps 1980, ce disque constitue la trilogie de CURE avec FAITH (1981) et PORNOGRAPHY (1982). Bien que ces deux oeuvres aient leurs qualités intrinsèques et soient également recommandables, 17 SECONDS reste le chef d'oeuvre absolu du groupe. Certains morceaux qui le composent sont dans le genre, voire au-delà, ce qui se fait de mieux. Sans doute qu'à 21 ans, le peu disert et ténébreux Robert SMITH n'avait pas conscience qu'il venait de pondre un chef d'oeuvre : les morceaux justement, tels que A FOREST, M, AT NIGHT, IN YOUR HOUSE, PLAY FOR TODAY, SECRETS, 17 SECONDS ont marqué durablement des auditeurs du monde entier de par leur propension à s'insinuer durablement dans leur mémoire, évoquant à la fois le spleen, la fragilité, mais aussi la beauté rendue palpable grâce à des compositions qui font mouche.

Certes, on peut être en droit de préférer le premier effort sorti en 1979, soit THREE IMAGINARY BOYS, fragile et plein d'une savoureuse énergie punk dont la liste de chansons remarquables est sidérante : 10.15 SATURDAY NIGHT, KILLING AN ARAB, BOYS DON'T CRY etc' Ou bien PORNOGRAPHY dont le propos est d'une puissance telle que que l'on est à quelques encablures du suicide. Pour autant, s'il devait en rester un, ce serait bien ce nitescent SEVENTENN SECONDS, tellement marquant qu'il en est indispensable.

A cette époque, THE CURE était une formation qui évoluait en trio. Pour cet enregistrement, elle a fait appel à un quatrième membre aux claviers, M. HARTLEY dont la contribution sur le résultat final est tout de même limitée.
Lire la suite ›
12 commentaires 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents