undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:9,31 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 juin 2009
Près de 800 pages, huit ans de travail, six ans d'interviews, 300 témoignages...
Et les chiffres ne prouvent rien...ici il faut lire.
Cette biographie de Neil Young est remarquable en tous points.
Jimmy Mc Donough ne vise pas à percer un mystère, mais à l'exposer sous toutes ses facettes, multiples, souvent contradictoires (a "cross of himself and a fox"). Mais quand la contradiction devient chez un artiste la preuve même, et sur le long terme, de la cohérence, cette approche est la seule qui vaille.
Les grandes biographies sont souvent d'origine américaine...Une spécialité. Mais l'amoncellement des faits, des plus ténus aux plus officialisés par la notoriété ne suffit pas à l'exploration des choses de l'art...Et quand celui-ci noue inexorablement le brut de décoffrage et une sophistication jamais précieuse, mais imposée par une voie intérieure dont la mouvance est la continuité même, çà se complique...C'est néammoins réussi.
Dans ce bouquin, il y a la musique.
De l'enfance à Toronto, à Winnipeg avec le divorce des parents ("When I was a young boy/ ma mama said to me/ Your father 's left home today / I think he's gone to stay/ We drove back to Winnipeg"...), de Thunder Bay avec les Squires, de Toronto en passant par New York...du voyage mythique jusqu'à LA à la suite qui se pousuit encore aujourd'hui...on trouvera tout.
Plus tous les portraits obligatoires, vivants,y compris pour les morts...Le Loner a été bien accompagné par ceux qui lui ont offert sa solitude ( Rassy, David Briggs, Elliot Roberts, Danny Whitten, le Crazy Horse et on en passe ... personne n'est oublié, et contairement à ses satanées apparences, Neil n'a oublié personne).
Bon, il faut lire l'anglais...
Mais c'est la seule condition à une lecture sinon obligatoire.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)