Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

So Alone Import

4.5 étoiles sur 5 11 commentaires client

Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle

Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Johnny Thunders


Détails sur le produit

  • Cassette (14 juillet 1992)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000005JBH
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5 11 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.261.543 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD
Johnny Thunders est une légende du rock ; cela commence à être su, mais on ne le dira jamais assez.
Après avoir été l'âme des New-York Dolls, puis le leader des Heartbreakers, il sort cet album fourre-tout, où se retrouvent des compositions de toutes les époques... mais aucun fond de tiroir. Et Thunders montre son vrai visage. Car jusqu'alors, il était au service d'un groupe, d'une idée : le glam décadent des Dolls, le punk vitaminé des Heartbreakers... peu de place pour les ballades sublimes et les hommages aux idoles - surtout pas, le punk c'était tabula rasa. Du coup, So Alone déboule à fond la caisse avec une reprise de "Pipeline", mythique morceau surf, avant de découvrir ce qui est peut-être une des plus belles chansons du rock'n roll, "You can't put your arms round a memory". Et tout l'album poursuit sur le même mode, soufflant le chaud et le froid sur l'auditeur transi, avec une remarquable cohérence malgré la diversité des intervenants. Jamais Thunders n'est aussi sincère que lorsqu'il dévoile d'où il vient (lui, le petit rital du Bronx), ses racines rythm'n blues, son amour pour T.Rex (en bonus sur cette réédition...).
Tout simplement indispensable.
1 commentaire 13 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
après bien des déboires avec les heartbreakers,johnny décide de faire un ep solo.quelle réussite!!!ce disque est sublime.il cotoie la perfection avec des titres comme "(she's so) untouchable"et d'autres encore.aidé par des pointures comme Phil lynnot ou Chrissie Hynde,Johnny nous prouve qu'il est un musicien hors norme.
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par rockin-jl le 9 janvier 2009
Format: CD
Totalement d'accord avec les autres commentateurs, ce disque de Johnny Thunders (1952-1988) est son chef d'oeuvre et mérite de figurer dans tous les best of rock du siècle passé. Thunders fut le fondateur et l'ame des New York Dolls, précurseur du mouvement punk et icone des groupes anglais, il fut aussi un guitar héro sous-estimé, admiré pas Slash des Guns par exemple.Aprés les Dolls il fonde les Heartbreakers pour un grand album rock L.A.M.F.et ils tournent en 76 en Angleterre avec les Sex Pistols sur leur "anarchy in the UK tour".Il grave ce "so alone" à Londres en 1978 avec ses amis musicos anglais pour un résultat étonnant.Si vous en etes resté à l'image du punk qui éructe "no futur" sur 3 accords faux , vous allez etre surprit..; de toute facon ce disque n'a rien de punk, c'est un sacré disque de rock'n'roll, un point c'est tout, comme London Calling des ClashLondon Calling (New Version).
Johnny y reprend 3 classiques des sixties (pipeline,l'instrumental du groupe surf the Chantay/great big kiss, reprise des Shangri-las un groupe féminin/le standard rythm & blues d'Otis Blackwell "daddy rollin stone"avec Marriott Performance: Rockin' the Fillmoreet Lynott
...Lire la suite ›
4 commentaires 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Darko TOP 500 COMMENTATEURS le 9 février 2013
Format: CD
L'avantage avec les Johnny américains c'est qu'on a le choix...Celui ci était un looser magnifique, un type bourré de talent, guitariste des mythiques New York Dolls puis des Heartbreakers, mais aussi un infernal junkie accro à l'héro qui vers la fin n'enregistrait plus en solo que des disques mal foutus pour se payer ses doses ...

Rescapé du massacre, après la déroute de la tournée anglaise des Heartbreakers et l'enregistrement calamiteux de "L.A.M.F", ce "So alone", sorti en 1978, apparait alors comme un petit miracle. Le son est excellent, les guitares accordées, les compos carrées et Johnny Thunders a rarement aussi bien chanter. Il faut dire que l'américain a su plutôt bien s'entourer pour l'occasion : les ex Pistols Steve Jones (guitare) et Paul Cook (batterie), les ex Heartbreakers Walter Lure (guitare) et Billy Rath (basse) sont de la partie, ainsi que pas mal de guest stars : Phil Lynott (Thin Lizzy), Steve Marriott (Small Faces, Humble Pie), Chrissie Hynde (Pretenders), Peter Perrett (Only Ones), Paul Gray et Steve Nicol (Eddie & the Hot Rods) et quelques autres....

Le résultat donne un authentique disque de rock & roll, tendance punk new yorkais, bourré de guitares abrasives et de soli teigneux, parfois enrichis par l'apport d'instruments d'un usage plutôt inhabituel chez Johnny Thunders : le piano de Steve Lillywhite sur "Great Big Kiss", l'harmonica de Steve Marriott sur le "Daddy Rollin stone " d'Otis Blackwell ou le sax de John Irish Earle sur "Subway train" et "Untouchable".
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?