• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par lise et ses cd.
EUR 12,00 + EUR 2,49 Livraison
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par France CDs
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Envois en Chronopost disponible. Preparation & Expeditions du Nord de la France.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 14,78
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : EliteDigital FR
Ajouter au panier
EUR 17,99
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : musea
Ajouter au panier
EUR 19,67
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : thebookcommunity_fr
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Some Things Never Change

3.4 étoiles sur 5 7 commentaires client

12 neufs à partir de EUR 12,00 24 d'occasion à partir de EUR 1,59
Promotions et bons plans musique CD Vinyle Promotions et bons plans musique CD Vinyle


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Supertramp


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Some Things Never Change
  • +
  • Brother Where You Bound
  • +
  • Indelibly Stamped
Prix total: EUR 25,99
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (24 mars 1997)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: EMI
  • ASIN : B000005RMJ
  • Autres éditions : CD  |  Cassette
  • Moyenne des commentaires client : 3.4 étoiles sur 5 7 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 119.951 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. It's A Hard World
  2. You Win, I Lose
  3. Get Your Act Together
  4. Live To Love You
  5. Some Things Never Change
  6. Listen To Me Please
  7. Sooner Or Later
  8. Help Me Down That Road
  9. And The Light
  10. Give Me A Chance
  11. C'est What ?
  12. Where There's A Will

Descriptions du produit

Descriptions du produit

SUPERTRAMP

Amazon.fr

Malgré des dizaines de millions d'albums vendus et le carton mondial de l'album Breakfast In America en 1979, Supertramp n'est pas parvenu à passer le cap des années 80. En effet, le groupe pop progressif ne s'est jamais vraiment remis du départ en 1982 de son coleader, Roger Hodgson, et a finalement décidé de jeter l'éponge quelques années plus tard. Le public a dû se contenter de compilations et d'albums "live" jusqu'à ce que l'autre tête pensante du groupe, Richard Davies, décide enfin de reformer le "Superclochard" en 1997. Même si Some Things Never Change, l'album de cette réunion inespérée, ne possède pas toute la magie des grands classiques du groupe - Roger Hogdson n'étant pas revenu au bercail - on retrouve cependant une bonne partie de ce qui a fait le charme du Supertramp des années 70. Des chansons comme "You Win, I Loose", "Listen To Me Please" ou "C'est What ?" sonnent en effet comme de bons vieux titres du groupe. Les fans devraient ainsi retrouver leur compte de nostalgie dans un album qui n'en manque vraiment pas ! --James Petit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.4 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Cousin Hub TOP 1000 COMMENTATEURS le 15 mai 2010
Format: CD
Supertramp sans Hodgson, c'est un peu comme Pink Floyd sans Waters. Cela reste toujours très bien fait, mais sans le supplément d'âme réservé aux chefs d'aeuvre... Cet album du retour de Supertramp après quasiment une décennie d'absence aurait pu être grandiose. Sa pochette rappelle les grandes heures d'Hypgnosis : réalisée par Hugh Syme et Dimo Safari , elle représente un couple de personnes âgées prenant le thé sur la lune. Le son, puissant, clair net et précis pourrait même évoquer la perfection des aeuvres floydiennes. Ce coup-ci, Rick Davies n'est pas le seul à chanter puisque Mark Hart de Crowded House l'assiste bien souvent dans les chaeurs, allant même jusqu'à interpréter seul deux morceaux (le long et latino « sooner or later » et le chaloupé « give me a chance »). Sa voix androgyne peut d'ailleurs rappeler (de loin) celle de Roger Hodgson. Malheureusement, ce disque formellement réussi n'a pas la simplicité et le côté accrocheur des grandes aeuvres passées de Supertramp, « Brother where you bound » compris. Le single, plutôt sympa et typiquement Supertramp « you win, I loose » n'a pas l'efficacité d'un « goodbye stranger », « bloody well right », « crime of the century » ou « cannonball » (pour prendre des compositions illustres de Rick Davies). Il en résulte que très rapidement les auditeurs se sont détournés de ce disque trop long (70 minutes !), arguant qu'ils le réécouteraient plus tard.Lire la suite ›
2 commentaires 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Vincent TOP 1000 COMMENTATEURS le 10 octobre 2008
Format: CD
Voici donc qu'en 97 on nous annonçait haut et fort le grand retour des Supers clochards ... Youpiii !!. "Some things never change" n'aura fait illusion que le temps d'un visuel très réussi. Passer la première accroche, mon large sourire aura eu vite fait de se transformer en une simple grimace, de celle que l'on fait enfant quand le goût du bonbon n'a pas véritablement le goût de celui qu'on s'en était fait.
Entrons donc dans le vif du sujet: Ou sont passés Roger Hodgson et Dougie Thomson (le bassiste originel) ??. Pour réparer la tromperie, Rick Davies aura en contre partie rameuté dans ses rangs une ribambelle de musiciens très talentueux: Des cuivres à gogo, percussions signées Jessie Siebenberg (histoire de jouer la carte "familiale"), et rien moins que Carl Veirheyen aux guitares. De ce fait, on ne saurait s'étonner de la couleur de l'album, si ces références ne nous avaient pas été soigneusement dissimulées. En définitive, il s'agit tout simplement du premier album solo de Rick Davies. Sauf qu'évidemment, pour la maison de disque, le nom de Supertramp s'avérait autrement plus vendeur que celui de l'artiste.
Ce disque de plus d'une heure réunit toutes les influences du pianiste chanteur aux travers de morceaux tour à tour rythm'n'bues, Rock jazzy, et même limites Prog parfois. Et puis il faut bien reconnaître que l'esprit Supertramp demeure de temps à autres. Il en résulte un album plutôt plaisant, parsemé de perles et de choses plus anecdotiques. Magnifiquement produit, il fait toujours bon entendre la voix de Rick Davies, dont le timbre n'a miraculeusement pas souffert du poid des années. Some thing never change . 13/20
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par JFJ le 17 décembre 2012
Format: CD Achat vérifié
Ce n'est ni le même son ni les mélodies du passé, mais cet album reste un bon disque qu'il faut posseder dans toute bonne discothèque. On reconnait tout de suite le son Supertramp (sans Roger Hodgson) assez jazzy et de plus Il est remarquablement bien enregistré, les instruments sonnent bien et le son claque parfaitement.
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par gégé-blues TOP 500 COMMENTATEURS le 19 janvier 2008
Format: CD
10 ans après la sortie de "free as a bird" en 1987, Supertramp nous propose "some things never change" en 1997. Il ne reste que trois membres de la formation d'origine, Rick Davies le chanteur-cléviériste, John Helliwell le saxophoniste et Bob Siebenberg le batteur. Comme d'habitude, on peut regretter que la guitare est sous-exploitée et il est vraiment dommage que l'excellent Carl Verheyen, ici présent, ne se fasse pratiquement pas entendre sauf, un peu, sur le bluesy "help me down that road". Si l'album commence par un long morceau jazzy à la rhytmique pulsative, d'autres titres rappellent les grands moments du groupe "you win, I lose" ou "listen to me please". Toujours le gros son, piano syncopé et voix énervée pour nous rappeler la marque de fabrique de Supertramp qui, à défaut de nous captiver, nous offre 12 compos originales pour 70mn de musique appréciable qui nous renvoie par moment aux albums merveilleux qu'étaient "Crisis what crisis" "Crime of century" et "Breakfast in America".
Remarque sur ce commentaire 5 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?