• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 15 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Sous les vents de Neptune a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Bon marché et sécurisé. Articles d'occasion contrôlés.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Sous les vents de Neptune Poche – 23 avril 2008

4.1 étoiles sur 5 64 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 14,28
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,80
EUR 7,41 EUR 2,33
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Sous les vents de Neptune
  • +
  • Dans les bois éternels
  • +
  • Un lieu incertain
Prix total: EUR 23,40
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Adossé au mur noir de la cave, Jean-Baptiste Adamsberg considérait l'énorme chaudière qui, l'avant-veille, avait stoppé toute forme d'activité. Un samedi 4 octobre alors que la température extérieure avait chuté aux alentours de 1°, sous un vent droit venu de l'Arctique. Incompétent, le commissaire examinait la calandre et les tuyauteries silencieuses, dans l'espoir que son regard bienveillant ranime l'énergie du dispositif, ou bien fasse apparaître le spécialiste qui devait venir et qui ne venait pas.
Ce n'était pas qu'il fût sensible au froid ni que la situation lui fût désagréable. Au contraire, l'idée que, parfois, le vent du nord se propulsât directement sans escale ni déviation depuis la banquise jusqu'aux rues de Paris, 13e arrondissement, lui donnait la sensation de pouvoir accéder d'un seul pas à ces glaces lointaines, de pouvoir y marcher, y creuser quelque trou pour la chasse au phoque. Il avait ajouté un gilet sous sa veste noire et, s'il n'avait tenu qu'à lui, il aurait attendu sans hâte la venue du réparateur tout en guettant l'apparition du museau du phoque.
Mais à sa manière, le puissant engin terré dans les sous-sols participait pleinement à l'élucidation des affaires qui convergeaient à toute heure vers la Brigade criminelle, réchauffant les corps des trente-quatre radiateurs et des vingt-huit flics du bâtiment. Corps à présent engourdis par le froid, engoncés dans des anoraks, s'enroulant autour du distributeur à café, appliquant leurs mains gantées sur les gobelets blancs. Ou qui désertaient carrément les lieux pour les bars alentour. Les dossiers se pétrifiaient à la suite. Dossiers primordiaux, crimes de sang. Dont l'énorme chaudière n'avait que faire. Elle attendait, princière et tyrannique, qu'un homme de l'art voulût bien se déplacer pour se mettre à ses pieds. En signe de bonne volonté, Adamsberg était donc descendu lui rendre un court et vain hommage et trouver là, surtout, un peu d'ombre et de silence, échapper aux plaintes de ses hommes.

Ces lamentations, alors qu'on parvenait à maintenir une température de 10° dans les locaux, auguraient mal du stage ADN au Québec, où l'automne s'annonçait rude - moins 4° hier à Ottawa et de la neige, déjà, par-ci par-là. Deux semaines ciblées sur les empreintes génétiques, salive, sang, sueur, larmes, urine et excrétions diverses à présent capturés dans les circuits électroniques, triés et triturés, toutes liqueurs humaines devenues véritables engins de guerre de la criminologie. À huit jours du départ, les pensées d'Adamsberg avaient déjà décollé vers les forêts du Canada, immenses, lui disait-on, trouées de millions de lacs. Son adjoint Danglard lui avait rappelé en maugréant qu'il s'agissait de fixer des écrans et en aucun cas les surfaces des lacs. Cela faisait un an que le capitaine Danglard maugréait. Adamsberg savait pourquoi et il attendait patiemment que ce grondement s'estompe.

Revue de presse

« C’est là le charme des romans de Fred Vargas, l’aspect inattendu, saugrenu même parfois, qui vient renouveler les postures classiques du roman policier. » Le Monde des Livres
 

--Ce texte fait référence à l'édition CD .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par PH.DV le 17 janvier 2009
Format: Poche
Premier Vargas que je lis et je ne suis pas déçu. Une vraie écriture, un style travaillé et un commissaire Adamsberg haut en couleur. On en a finit des polars où seule l'intrigue compte et où les enquêteurs sont sans vie et asexués. Adamsberg se bat contre ses démons, 3 au total. Il cherche le démon de son adolescence, le juge Fulgence, auteur d'un crime à l'aide d'un trident, pour lequel le frère du commissaire sera soupçonné. Autre démon : Camille, la femme de sa vie qu'il quitte et après il court encore. Troisième démon: l'alcool.
C'est donc une histoire mêlant intrigue policière, une intrigue sur un demi siècle, et vie intime d'Adamsberg que nous conte Fred Vargas. Et ça tient bien la route. J'avais vu avant l'adaptation, quasi fidèle, pour la TV, de ce livre et je ne pouvais faire autrement que de mettre le visage de Jean-Hugues Anglade sur Adamsberg et ça ne gâche rien à l'affaire.
Un petit bémol, une surdose du "parler québecois" dans la bouche de nos cousins transatlantiques. Pour connaître quelques québecois, leurs phrases ne sont pas truffées d'expressions locales et il leur arrive bien souvent de parler dans la même langue que nous. Une surenchère inutile dans ce livre qui m'a agacé de temps en temps.
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
C'est toujours un bonheur d'entrer dans "un Vargas"; "Pars vite et reviens tard" étant un enchantement, on attendait le "nouveau Vargas" avec plus d'impatience encore que le beaujolais de l'année! ce qui fait qu'en ouvrant "Dans les vents de Neptune" on est d'abord un peu désarçonné...plus encore quand on part au Canada... et puis petit à petit, comme toujours, un pas en entraînant un autre, on se prend d'inquiétude pour Jean Baptiste Adamsberg, et d'intérêt toujours croissant pour ses collègues, particulièrement les Québécois et l'écureuil Gérald.
Et il devient bien difficile, arrivé aux deux tiers du livre, de rester "raisonnable", de tenir compte de l'heure, et de ne pas vouloir tout terminer d'un coup. Ce que je n'ai pas su faire!!!
...Avec en prime une belle histoire de fratrie, et un parfum de langue québécoise qui ajoute encore au charme du livre.
"Prends tes skis et suis ta traque, le pelleteux de nuages.
Et assieds-toi dessus, man.
Et puis tourne."
Pourvu qu'Adamsberg suive le conseil!
1 commentaire 48 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
J'ai moyennement accroché à ce titre auquel je trouve trop de longueurs, de bavardages, une échappée québécoise qui abuse de clichés... J'ai connu mieux comme intrigue policière aussi, même s'il est de coutume d'admettre que c'est généralement un détail dans les livres de Fred Vargas, tant on se laisse endormir par sa plume, son style, son aisance et sa volonté de décomplexer les codes du genre.

Généralement je suis bon public et j'adhère instinctivement, cette fois il m'aura fallu plus de temps. J'ai trouvé Adamsberg fatigant, entre son obsession pour le juge Fulgence et pour Camille, avec laquelle il fait tout de travers, de là à jalouser et suspecter ce bon vieux Danglard... Par contre, j'ai adoré l'épisode avec Violette Retancourt (qui se métamorphose en déesse!). Sans quoi, l'enquête s'essouffle assez vite, même la fin n'est qu'un pétard mouillé, non mais franchement je crois que j'ai été spectatrice de cette lecture, sans m'y fondre complètement.

Côté Audiolib, plus de Thierry Janssen (amère déception), mais François Berland qui nous livre un travail appréciable, au vu des multiples changements d'accents (alsacien et québecois). Même si l'auteur a un peu tiré sur la corde des clichés, c'est drôlement agréable de retenir des expressions aussi attachantes que “le pelleteux de nuages” ou “prends tes skis et suis ta traque, assieds-toi dessus et puis tourne”. ;o)
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Je trouve les critiques postées sur Amazon un peu trop dures. Ce livre est formidablement bien écrit, Fred Vargas joue avec les mots et la langue populaire. Bien sûr ce n'est pas fait pour être réaliste, c'est de la poésie.
Envie de lire d'autres romans de Fred Vargas après ce livre...
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Oui, ce roman policier est bien écrit. Oui, on a du mal à s'en décrocher au fur et à mesure que l'on avance dans sa lecture.
Cependant, Fred Vargas nous avait habitué à mieux dans ses intrigues.
Celle-ci est un peu tordue, et surtout, les ficelles utilisées sont trop grosses : une mémée reine du hacking et robin des bois des temps modernes, sorties on ne sais pas trop d'où; ou encore, un changement d'identité facile fait lors du débarquement en 1944...
Le seul point vraiment interessant, c'est la manière avec laquelle est abordée le personnage d'Adamsberg, qui est poussé comme jamais dans ses retranchements, réagissant de manière totalement nouvelle.
Remarque sur ce commentaire 19 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?