Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,90

Strikes (1979) / Vinyl record [Vinyl-LP]

4.6 étoiles sur 5 7 commentaires client

Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.
Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Blackfoot


Détails sur le produit

  • Album vinyle
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Import
  • ASIN : B005NAHZ78
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 7 commentaires client
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
On peut qualifier Blackfoot comme étant la version indienne des Lynyrd puisqu'il présente beaucoup de similitudes avec cette formation (écoutez "Left turn on a red light" ou "Highway song" pour vous en convaincre) et qu'il est constitué de 3 indiens dont Rick Medlocke, passé auparavant par Lynyrd qu'il rejoindra d'ailleurs plus tard. Seul, l'autre guitariste Charlie Hargrett n'en est pas un. Si certains morceaux peuvent être classés comme du hard rock (je pense notamment au 1er morceau "Road fever"), Blackfoot n'est pas du tout à classer dans cette catégorie comme certains auraient tendance à le faire (un groupe comme les Molly Hatchet est plus enclin à l'être). Un titre mélodique comme "Run and hide" dans lequel tout le penchant lyrique de Rick s'exprime suffit pour s'en convaincre définitivement. 2 reprises réussies du "I got a line on you" de Spirit et du "Wishing well" de Free montrent que les Blackfoot ne sont pas repliés sur eux-mêmes et qu'ils savent aussi jouer du southern rock avec des accents blues ou rhytm'n blues très présents. Il y a aussi la slide de Rick sur "Train train", introduit par l'harmonica de son grand-père, et les envolées de guitares majestueuses sur les 7 mn du morceau final "Highway song" (on ne peut s'empêcher de trouver des ressemblances étonnantes avec "Free bird" de qui vous savez!). En tout cas, le 1er chef d'oeuvre des Blackfoot avant les 2 autres qui vont suivre : "Tomcattin" et "Marauder".
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par ferryboite1949 MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 4 avril 2009
Format: CD Achat vérifié
Comment ? Personne n'a encore décerné à ce "Strikes" les cinq étoiles qu'il mérite amplement ?
Bon, comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, je me dois de réparer immédiatement cette injustice.
Doit-on rappeler que cet album (le 3ème de la discographie) est le premier du bestiaire ou de la trilogie animale (avec Tomcattin (II) et Marauder (III) ? Ces trois albums, ainsi que le live "Highway Song" qui suivra, sont indispensables et correspondent à la meilleure période du groupe, celle avec le chanteur et guitariste Rickey Medlocke (qui a quitté Blackfoot et rejoint Lynyrd Skynyrd depuis).
Bien évidemment, les membres du groupe, en musiciens rigoureux, ont procédé au nettoyage et au tri des morceaux avant le pressage du disque, comme cela devrait toujours être le cas ! C'est dire que tout est bon et que chaque chanson constitue un joyau indispensable.
Un album somptueux !
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Imaginez votre Papa chéri débarquant sur votre lieu de travail à l'improviste, faisant de grands sourires à vos collègues en leur lâchant quelques anecdotes bien embarrassantes sur votre enfance, puis vous poussant gentiment de votre bureau pour y aller de son grain de sel sur la note de synthèse que vous êtes en train de rédiger pour votre boss, ou se mettant aux commandes de la machine que vous manipulez pour vous en expliquer le fonctionnement... Ouch ! Ce fut pourtant la fierté de Rickey Medlocke de faire apparaître son grand-père Shorty sur tous les albums de Blackfoot, et ce jusqu'à sa mort...

Oui, le jeune Rickey fait certainement, comme tout ado qui se respecte, des crises terribles à ses grands-parents qui l'élèvent, peut-être pour sécher les cours de sport de la Robert E. Lee High School de Jacksonville (Floride), dispensés par un certain Leonard Skinnerd, mais il n'a en tous cas pas à cacher sa guitare sous son lit ou à faire le mur pour aller donner un concert secret dans un des bars mal famés des quartiers Ouest.

Rickey a en effet un papy formidable du nom de Shorty Medlocke (1910-1982), descendant direct de la confédération indienne Blackfoot, composée de 4 tribus : les Pikuni, les Pikuni du Nord, les Blood et les Siksika. Shorty, dont certains fans de Lynyrd Skynyrd affirment malgré les démentis qu'il est le fameux Curtis Loew de "Second Helping", transmet à Rickey la culture de ses ancêtres, et, étant lui-même un musicien reconnu dans le milieu du Delta Blues, apprend surtout à son petit-fils, dès ses trois ans, à jouer du banjo. Le gamin est doué.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jean-claude TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 4 février 2011
Format: CD
Strikes, c'est l'album sur lequel figure le fameux facies peu hospitalier d'un serpent aux intentions pas forcément amicales. Sorti en 1979, Strikes est le numéro 3 de Blackfoot ; il débute le tiercé des pochettes que le groupe a consacrées aux animaux, poursuivi sur Tomcattin (un bon gros félin noir tout aussi sympathique) et Marauder (un volatile qui semble être un rapace). Avant Strikes, Blackfoot a laissé entrevoir certaines promesses du nom de No Reservations (1975) et Flyin' High (1976). La bande de Jacksonville les confirme dans Strikes, un album qui accroche bien, concentré autour d'un hard rock solide, coloré de southern blues. Belles mélodies, gros riffs qui tuent, rythmique de derrière les fagots, les arguments de Strikes sont suffisamment séducteurs pour le mener, pour la première fois, dans le Billboard (42). Road Fever affiche sans attendre le potentiel agressif et furieux de ce disque, qui enchaîne, avec efficacité et au forceps, un blues rock vitaminé (I Got A Line On You). Sombre mélodie, Left Turn On A Red Light offre un autre aspect de Blackfoot, plus tempéré et aussi agréable. Pay My Dues, mid-tempo bien carré, Wishing Well, sudiste à donf, Train Train, un classique du sud très agité, et la ballade de service Highway Song (plus de 6 minutes quand même) compètent le répertoire inspiré d'un groupe qui, porté par sa popularité croissante, hausse son niveau de jeu et fera encore mieux dans les années 80. Je n'y serai pas mais, en attendant, y a l'feu dans la maison !
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?